Compter, classer, catégoriser

Paul Gourdon, doctorant en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’UMR Géographie-cités, nous communique l’annonce suivante, accompagnée ci-dessous d’un appel à communications.

Cette année la JIG (journée des jeunes chercheur-es de l’Institut de Géographie) propose un appel à communication pour questionner la tension entre catégorisation et hiérarchisation. La journée aura lieu le mercredi 3 avril et aura pour invitée d’honneur Denise Pumain. Vous trouverez ci-dessous l’AAC tel qu’il est communiqué sur les listes de diffusion, aussi, n’hésitez pas à le partager (auprès des masterant-es, doctorant-es et post-doctorant-es de votre connaissance).

Au-delà de cette seule journée, l’ampleur du sujet invite sans doute à élargir le débat, notamment car des thèmes connexes font l’actualité dans les autres sciences sociales (la conférence annuelle de la BSA de 2019 porte sur les hiérarchies sociales ; le CERREV organise un colloque sur le travail des données et les conséquences méthodologiques et épistémologiques de la « culture de la mesure »). Ainsi, un retour sur les opérations de catégorisation et sur les usages de la hiérarchisation, dans l’activité scientifique et dans le monde social, permet sans doute d’engager un travail réflexif large pour les géographes, au-delà des distinctions entre approches quantitatives et approches critiques. Toutes les réflexions et propositions sur ce thème sont les bienvenues.

AAC JIG 2019

Compter, classer, catégoriser. Approche, usage et critique de la hiérarchisation
Mercredi 3 avril 2019 – Institut de géographie, Paris

Date limite d’envoi des propositions : 21 janvier 2019

L’utilisation et la formulation de catégories afin de penser le réel structurent largement l’activité de recherche en sciences sociales et en sciences de la nature. Implicitement ou explicitement, l’usage de ces catégories repose sur des hiérarchisations, qu’il s’agisse d’en produire pour ordonner les phénomènes étudiés ou de mettre en cause des processus de domination. L’objectif de cette journée est d’inciter les jeunes chercheur.e.s à explorer cette tension entre catégorisation et hiérarchisation. Il s’agit autant de questionner ce que ces procédés permettent de penser (organiser/différencier) que d’interroger leurs effets (domination/contestation) ou encore de proposer des alternatives. Cette année, la JIG vous propose de repenser, à partir de vos problématiques de recherche, des concepts structurants dont la portée varie du général au particulier. Nous invitons les jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales et en sciences de la nature (docteur.e.s, doctorant.e.s, étudiant.e.s de Master 2) à articuler, s’il.elle.s le souhaitent, leurs réflexions autour de trois grands axes.

Continuer la lecture

Fractales, tissus urbains et aménagement – quelques précisions

Pierre Frankhauser, en répondant point par point au billet de Cécile Tannier du 12 mars, complète sa discussion et apporte d’autres éléments au débat:

Les tissus urbains sont-ils fractals ? Existe-t-il un processus général qui génère des tissus urbains fractals ? Les modèles fractals sont-ils utiles dans le contexte d’aménagement ? Ces questions, récemment posées, incitent à rappeler que cette approche, par ses propriétés intrinsèques, permet d’introduire une lecture différente de l’organisation spatiale des villes et de contribuer autrement au débat sur l’existence ou non de « lois » ou de l’utilité de « normes » dans ce contexte. Continuer la lecture

Faut-il institutionnaliser l’ECTQG?

Le 20e Colloque Européen de Géographie Théorique et Quantitative s’est tenu à York, du 7 au 11 septembre 2017. Organisé par nos collègues de l’université de Leeds, Michelle Morris, Mark Birkin et Nick Malleson, il a réuni environ 80 participants issus de 20 pays différents, une grande majorité d’Européens mais  aussi quelques collègues du Canada, du Chili, des Etats-Unis, du Nigeria, de Russie et de Tunisie. La qualité des interventions ne laisse aucun doute sur la vitalité de cette non-institution, complètement informelle et auto-organisée, qui tient colloque tous les deux ans depuis 1978 ! Au moins deux articles parus dans Cybergeo en commentent l’importance et la durabilité, ainsi que les significations les plus saillantes, celui  de David Unwin en 1999 et celui de Sylvain Cuyala en 2016. Nous retiendrons de celui de York en 2017 un hommage aux travaux de Sir Alan Wilson, et des « Wilson’s boys » (John Stillwell, Frank Southworth, Martin Clarke, Mark Birkin, Michael Batty), les travaux du CDRC (Consumer Data Research Center), des applications innovantes en géographie de la santé, notamment issues du réseau de l’ESRC pour l’étude de l’obésité, complétées par une conférence d’Anne Vernez-Moundon. Et une diversité de présentations de jeunes chercheurs, toutes passionnantes, à découvrir peut-être un jour dans Cybergeo ? Notre blog est ouvert à la discussion de propositions de sessions thématiques pour la prochaine réunion, organisée par Geoffrey Caruso de l’Université de Luxembourg. A vos plumes !