Les métiers de la ville en débat

Atelier participatif
(source : Agence Ville ouverte)

En France comme ailleurs, délimiter le périmètre des métiers de la ville est une question presque toujours controversée. Dans les débats, de manière récurrente, on oppose des corporations (les architectes contre les ingénieurs au début du XXe siècle), on met en tension des savoir-faire (planification versus projet), on envisage l’idée de projet selon différentes acceptions (gestion de processus versus spatialisation d’intentions), etc. Cette question prend maintenant d’autant plus d’acuité que les intervenants de la fabrique urbaine sont devenus plus nombreux et hétérogènes : aux architectes, ingénieurs, économistes des premiers temps, s’ajoutent désormais des acteurs de l’action sociale de proximité, de l’animation socioculturelle ou encore de la communication.

C’est dans ce contexte que Cybergeo a publié dans sa rubrique Débats, entre avril 2016 et septembre 2018, sept textes aux formats et statuts divers, sous la responsabilité de Laurent Matthey et Antoine Fleury. Chacun à leur manière, ces textes reviennent sur les enjeux de la détermination des savoirs et savoir-faire légitimes de la fabrique urbaine, ainsi que sur les cursus susceptibles de former les professionnels.

Le dernier en date est signé par Véronique Biau, architecte-urbaniste en chef de l’État et docteure en sociologie. L’auteure y met en perspective les interrogations actuelles sur les référentiels (de métiers, de compétence, d’enseignement) et sur la qualification professionnelle en urbanisme, par rapport aux analyses menées sur les métiers et organisations de la fabrication de la ville depuis une quinzaine d’années. Nous vous invitons à le lire et, à cette occasion, à relire les six autres textes, qui contribuent tous ensemble à ce débat, fondamental pour toutes les personnes qui s’intéressent à la ville, à sa gestion et à son aménagement. Le débat n’étant pas clos, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos textes si vous souhaitez réagir à ceux qui ont déjà été publiés ou ajouter votre pierre à l’édifice !

A lire ou relire dans Cybergeo :

Fractals, urban fabrics and planning – a few clarifications

Pierre Frankhauser, in answering the contribution from Cécile Tannier of 12 March point by point, supplements her discussion and fuels the debate:

Are urban fabrics fractal? Is there a general process that gives rise to fractal urban fabrics? Are fractal models useful for planning? These recently asked questions call for a reminder that, through its intrinsic properties, this approach can be used to introduce a different reading of the spatial organization of cities and to contribute otherwise to the debate on whether or not there are “laws” or whether “norms” are useful in this context. Lire la suite

Fractales, tissus urbains et aménagement – quelques précisions

Pierre Frankhauser, en répondant point par point au billet de Cécile Tannier du 12 mars, complète sa discussion et apporte d’autres éléments au débat:

Les tissus urbains sont-ils fractals ? Existe-t-il un processus général qui génère des tissus urbains fractals ? Les modèles fractals sont-ils utiles dans le contexte d’aménagement ? Ces questions, récemment posées, incitent à rappeler que cette approche, par ses propriétés intrinsèques, permet d’introduire une lecture différente de l’organisation spatiale des villes et de contribuer autrement au débat sur l’existence ou non de « lois » ou de l’utilité de « normes » dans ce contexte. Lire la suite

Redécouvrir Albert Demangeon

Denis Wolff, spécialiste des travaux de ce « géographe de plein vent », nous informe :

Après avoir organisé une journée d’études consacrée au géographe Albert Demangeon, la Bibliothèque Mazarine présente une exposition. Intitulée Albert Demangeon (1872-1940) : Méthodes, archives et combats d’un géographe de plein vent, elle permet d’admirer de nombreuses archives que la famille et les descendants de l’illustre géographe y ont déposées : on y découvre des carnets de terrain, des photographies, des dessins, des manuscrits, des notes de lecture, une correspondance très riche…

Cette exposition révèle la diversité de son œuvre comme de ses terrains de recherche, et témoigne de son inscription dans l’école française de géographie, notamment par sa thèse sur la Picardie puis sa participation à de grandes œuvres, telles la Géographie universelle. Elle dévoile certaines de ses méthodes, telles les enquêtes par questionnaires, et son inscription dans l’actualité de son époque. Elle démontre enfin son intérêt constant pour la pédagogie.

A cette occasion, un ouvrage a été édité qui n’est pas un catalogue mais reprend nombre de documents présentés dans l’exposition (cf. ci-contre) ; sa recension paraîtra prochainement dans Cybergeo. Un dossier de presse a également été réalisé. Rappelons que la liste des écrits de Demangeon avec leurs comptes rendus est déjà parue dans Cybergeo.

Visiter cette exposition, c’est aussi découvrir une bibliothèque splendide face à la Coupole et à la Seine. Elle dure jusqu’au 4 mai. L’entrée y est libre pendant les heures d’ouverture. Voir tous les renseignements pratiques sur le site de la Bibliothèque Mazarine.

 

Waldo Tobler (1930-2018)

Colette Cauvin-Reymond, March 10th, 2018, analyzes the contribution of one of the greatest creators of scientific cartography.

From 1956, when he first published, to his passing on 20 February 2018, the teaching and publications of this Professor Emeritus had a major impact on several generations of geographers and cartographers. His work lives on since he is currently being rediscovered by some researchers and we can only wish for it to continue for a long time as Waldo Tobler has profoundly renewed and transformed cartography. He truly contributed to making cartography a full-blown scientific discipline, a status that was acknowledged at the Vienna conference in 1975. Lire la suite

Waldo Tobler (1930-2018)

Colette Cauvin-Reymond, le 10 mars 2018, analyse la contribution essentielle d’un des grands créateurs de la cartographie scientifique.

De 1956, date de sa première publication, au 20 février 2018 où Waldo Tobler nous a quittés, ce professeur émérite a marqué par ses écrits et ses enseignements plusieurs générations de géographes et de cartographes, et ceci par vagues successives, puisqu’il semble que certains chercheurs le redécouvrent actuellement. Ceci devrait continuer longtemps – et nous ne pouvons que le souhaiter – car ce chercheur a complètement renouvelé, transformé la cartographie et a réellement contribué à ce que cette discipline ait une place à part entière en tant que science ainsi que ce statut lui a été reconnu au colloque de Vienne en 1975. Lire la suite

About fractal models in urban geography and planning: refuting the aesthetics and the universal norm

Cecile Tannier shares her views about literature on fractals.

Fractal models have been used in urban geography for forty years. Their main applications were for analyzing urban forms but they were also used to simulate urban growth. Research in the field has significantly contributed to better characterise the local and global shape of cities and to better understand their evolutions. Yet concomitantly, one can deplore the circulation of some myths about the interpretation of fractal analysis results and about the possible usage of fractal models for urban analysis and planning. I propose here to undermine some of these myths on the basis on some scientific publications in the field.
Lire la suite

A propos des modèles fractals en géographie urbaine et en aménagement : réfutation de l’esthétique et de la norme universelle

Cécile Tannier nous propose ici une réflexion stimulante sur les modèles fractals en géographie urbaine et en aménagement. La plupart des idées émises dans ce billet sont tirées de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches intitulé : Analyse et simulation de la concentration et de la dispersion des implantations humaines – Modèles multi-échelles et trans-échelles

Les modèles fractals sont utilisés en géographie urbaine depuis maintenant presque quarante ans, essentiellement pour l’analyse de la forme des villes mais aussi pour la simulation de la croissance urbaine. Les recherches menées dans ce domaine ont significativement contribué à améliorer la caractérisation des formes urbaines et la compréhension de leurs évolutions. En parallèle toutefois, on peut déplorer la circulation d’un certain nombre de mythes, relatifs tant à l’interprétation des résultats d’analyses fractales qu’à l’usage possible des modèles fractals pour l’étude des villes et l’aménagement urbain. Je propose ici de démonter quelques-uns de ces mythes en m’appuyant sur la littérature scientifique dans le domaine. Lire la suite

Instagram, une source pour la recherche et l’enseignement en géographie ?

Texte commenté :
Piganiol V., 2017, « Instagram, outil du géographe ? », Cybergeo : European Journal of Geography, rubrique E-Topiques.

Ce texte, récemment publié dans la rubrique E-Topiques, ouvre un questionnement qui dépasse le propos de l’auteur en lui-même : Instagram, réseau social basé sur la photographie désormais célèbre, peut-il constituer une source intéressante, pertinente et fiable pour le géographe ? L’angle d’approche originel de l’auteur est celui de l’enseignement de la géographie (en particulier dans le secondaire), mais en repartant du titre, des questionnements similaires peuvent être esquissés concernant la recherche en géographie. Lire la suite

Toponymie et géographie

La Place d’armes à Oran (source : Wikipedia Commons)

Cybergeo a publié récemment dans sa rubrique E-Topiques un texte consacré aux noms des places d’Oran. L’auteure – qui a rédigé une thèse sur les conceptions, formes et usages des places de cette ville algérienne – y donne à voir leur émergence, leur importance et leur signification, en insistant sur les permanences ou à l’inverse les changements, en lien avec des contextes politiques et urbains qui se reconfigurent. Elle conclut que « les places d’Oran s’illustrent par la variation de leurs noms, qui symbolisent chaque passage marqué par un évènement politique, un changement de régime ou une chute du pouvoir ». Ce texte fait écho à une recension publiée il y a quelques années par la revue et qui portait sur l’ouvrage de Florence Bourillon intitulé Changer les noms de rues de Paris. La Commission Merruau – 1862 où l’historienne décrit une entreprise toponymique et politique majeure : le changement et l’attribution des noms de rues du Grand Paris haussmannien. Frédéric Giraut évoque « une entreprise remarquable de construction d’un paysage toponomastique qui relève des différentes dimensions du nationalisme banal et capital, et de l’affirmation de la modernité urbaine dans l’univers quotidien ». Ces deux textes publiés à plusieurs années d’intervalle témoignent de la diversité des sources à disposition des chercheurs travaillant sur cet objet : cartes et plans constituent une première source qui peut être complétée par des arrêtés, délibérations et autres documents écrits, permettant de mieux comprendre la logique et les enjeux des choix de dénomination. Les deux textes rappellent aussi combien les noms de rues sont politiques. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que la toponymie (les noms de rue constituent une sous-catégorie onomastique au sein des toponymes) soit devenue un objet de recherche à part entière pour les géographes, qu’ils travaillent sur l’Afrique du Sud post-apartheid ou sur les savoirs vernaculaires des peuples autochtones.

Rappelons au passage que la revue accueille bien volontiers vos propositions spontanées de manuscrits à publier dans les rubriques « Revue de livre » et « E-Topiques » (pour des textes atypiques, éclectiques, utopiques, mais toujours géographiques). Contactez-nous !

A lire ou relire dans Cybergeo :

La ville à toute heure : le Mobiliscope

Julie Vallée, Constance Lecomte, Guillaume Le Roux et Hadrien Commenges présentent le Mobiliscope, dont nous avons déjà parlé dans notre dernier édito :

C’est un outil de géovisualisation qui donne à voir les rythmes quotidiens des villes en tenant compte des mobilités quotidiennes. Développé dans l’UMR Géographie-cités, cet outil est librement accessible en ligne. Grâce à sa fonction d’animation heure par heure et à son interface interactive, le Mobiliscope permet d’explorer les variations de la population présente en croisant des questionnements relatifs à l’espace (où ? dans quel secteur ?), au temps (quand ? à quelle heure ?), à la population (qui ? pour quel groupe de population ?) et à l’activité réalisée (quoi ? quelle activité ?). Des indices mesurant l’ampleur de la ségrégation spatiale aux différentes heures de la journée sont également proposées,.

Le Mobiliscope peut ainsi aider à sortir de l’approche résidentielle et statique couramment adoptée dans les travaux relatifs à la ségrégation sociale ou aux « effets de quartiers ». A l’heure où se développent par exemple des concertations sur l’élargissement des horaires d’ouverture des bibliothèques, il constitue un outil de réflexion pour faire coïncider les temporalités de l’action publique avec celles des populations.

La version actuelle de l’outil est centrée sur l’Ile-de-France à partir des données de l’Enquête Globale Transport de 2010 (STIF ; OMNIL ; DRIEA). De nouveaux développements sont à l’étude, notamment pour étendre le Mobiliscope à d’autres villes françaises… et pourquoi pas étrangères !

Vos commentaires et suggestions sont les bienvenus pour aider à améliorer le Mobiliscope.

Agricultures (péri)urbaines

Source : Région Ile-de-France

De nombreux articles de presse ou posts de blog se sont récemment fait l’écho d’une tendance qui semble prendre de l’ampleur dans les modes de gestion et d’aménagement actuels de la ville : l’agriculture urbaine. Les journées des agricultures urbaines en Méditerranée, organisées du 7 au 9 novembre 2017 à Marseille, ou encore les résultats de l’appel à projets « Réinventons la métropole » lancé il y a un an par la Métropole du Grand Paris n’y sont sans doute pas étrangers. Si Cybergeo n’a pas encore reçu de propositions d’articles concernant la mise en culture – qui semble s’accentuer – d’espaces jusque-là délaissés au cœur de la ville dense, comme par exemple les toits, les parkings ou les caves, nous avons plusieurs articles invitant à repenser les liens entre ville et campagne au prisme des processus de périurbanisation. Un premier propose une méthodologie d’analyse et de modélisation spatiale à l’échelle d’une (ancienne) région française, le Languedoc-Roussillon, pour mieux comprendre les logiques spatiales de l’urbanisation et des transformations de l’espace agricole. À partir d’enquêtes menées autour de Toulouse et Albi, deux autres articles s’intéressent plutôt aux acteurs périurbains que sont d’une part les collectivités locales, d’autre part les agriculteurs, et ce de manière très complémentaire. Le lecteur y découvrira ainsi les quatre façons pour les maires d’envisager l’agriculture périurbaine : « en tant qu’activité en train de disparaître, en tant qu’activité contribuant à la gestion de l’urbanisation communale, l’espace agricole comme «zone verte» et comme patrimoine et enfin en tant qu’activité économique ». En ce qui concerne les agriculteurs, il pourra y prendre la mesure des paradoxes soulevés par « l’ancrage des producteurs en grandes cultures dans les territoires périurbains, territoires qui sont désormais organisés par des acteurs non agricoles ». Au-delà de la différence d’approche, les différents auteurs attirent par ailleurs l’attention sur une évolution possible (ou nécessaire ?) du métier d’agriculteur dans ce contexte : multifonctionnalité des exploitations agricoles, développement de nouveaux biens et services pour la vie urbaine, etc.

A lire ou relire dans Cybergeo :

Tourisme et numérique

L’aire d’influence des placeurs de géocaching au Havre

À partir de la session 2018, « Les espaces du tourisme et des loisirs » constituent une nouvelle question au programme du CAPES et de l’agrégation externe. C’est l’occasion de revenir sur deux publications récentes de Cybergeo qui présentent toutes deux l’intérêt d’aborder le tourisme selon une entrée chère à notre revue : le numérique. Le plus récent porte sur le géocaching, « jeu collaboratif mondial porté par une société privée et alimenté par une communauté de pratiquants ». En l’illustrant par l’exemple du Havre (France), les auteurs insistent sur les nouveaux rapports qui sont en train de s’établir entre les internautes, organisés en collectif, et les territoires. Ils proposent ce faisant de revisiter la notion de « territoire connecté », considérant que le numérique devient « un support technique de reconnexion de l’homme à son environnement de proximité ». En même temps, l’article rappelle combien les nouveaux outils numériques peuvent participer de la mise en tourisme des espaces locaux, un processus qui ne va évidemment pas sans instrumentalisation politique. C’est l’objet d’un autre article, publié il y a quelque mois et qui attirait notre attention sur le recours au numérique dans les politiques touristiques, à travers le cas de l’Émilie-Romagne (Italie). Rappelant que le marketing territorial et la promotion touristique s’appuient souvent sur des documents iconographiques « pour ériger un territoire en destination et susciter le désir de visite chez le touriste potentiel », l’article propose une méthode originale pour analyser les images diffusées par le site Internet et le compte Facebook dédiés à la promotion touristique. Il montre in fine combien, par le choix des images diffusées, l’administration régionale entend peser sur les choix de fréquentation des touristes, tout en donnant un rôle actif à la population locale. En définitive, ces deux articles – qui n’épuisent pas la thématique du tourisme au sein de la revue – donnent à voir l’ampleur des nouvelles articulations produites par le numérique entre les individus, les pouvoirs locaux et les territoires, en même temps que les brouillages entre des catégories trop binaires telles que, par exemple, touristes et habitants.

A lire ou relire dans Cybergeo :

 

Should the ECTQG be institutionalized?

The 20th European Colloquium on Theoretical and Quantitative Geography was held in York from 7 to 11 September 2017. Organized by our colleagues from the University of Leeds, Michelle Morris, Mark Birkin and Nick Malleson, it brought together some 80 participants from 20 different countries, a large majority of Europeans but also a few colleagues from Canada, Chile, the United States, Nigeria, Russia and Tunisia. The quality of the interventions leaves no doubt about the vitality of this non-institution, completely informal and self-organized, which holds symposium every two years since 1978! At least two articles in Cybergeo comment on the importance and sustainability, as well as the most salient meanings, that of David Unwin in 1999 and that of Sylvain Cuyala in 2016. We will remember from York in 2017 a tribute to the work of Sir Alan Wilson, and “Wilson’s boys” (John Stillwell, Frank Southworth, Martin Clarke, Mark Birkin and Michael Batty), the Consumer Data Research Center (CDRC), innovative applications in health geography, of the ESRC network for the study of obesity, supplemented by a conference by Anne Vernez-Moundon… and a variety of presentations by young researchers, all exciting, perhaps to be discovered one day in Cybergeo? Our blog is open to the discussion of proposals for thematic sessions for the next meeting, organized by Geoffrey Caruso of the University of Luxembourg. Grab your pens!

Faut-il institutionnaliser l’ECTQG?

Le 20e Colloque Européen de Géographie Théorique et Quantitative s’est tenu à York, du 7 au 11 septembre 2017. Organisé par nos collègues de l’université de Leeds, Michelle Morris, Mark Birkin et Nick Malleson, il a réuni environ 80 participants issus de 20 pays différents, une grande majorité d’Européens mais  aussi quelques collègues du Canada, du Chili, des Etats-Unis, du Nigeria, de Russie et de Tunisie. La qualité des interventions ne laisse aucun doute sur la vitalité de cette non-institution, complètement informelle et auto-organisée, qui tient colloque tous les deux ans depuis 1978 ! Au moins deux articles parus dans Cybergeo en commentent l’importance et la durabilité, ainsi que les significations les plus saillantes, celui  de David Unwin en 1999 et celui de Sylvain Cuyala en 2016. Nous retiendrons de celui de York en 2017 un hommage aux travaux de Sir Alan Wilson, et des « Wilson’s boys » (John Stillwell, Frank Southworth, Martin Clarke, Mark Birkin, Michael Batty), les travaux du CDRC (Consumer Data Research Center), des applications innovantes en géographie de la santé, notamment issues du réseau de l’ESRC pour l’étude de l’obésité, complétées par une conférence d’Anne Vernez-Moundon. Et une diversité de présentations de jeunes chercheurs, toutes passionnantes, à découvrir peut-être un jour dans Cybergeo ? Notre blog est ouvert à la discussion de propositions de sessions thématiques pour la prochaine réunion, organisée par Geoffrey Caruso de l’Université de Luxembourg. A vos plumes !