L’accès ouvert, un espoir qui donne le vertige…

‘Plan S’ Making full and immediate Open Access a Reality by 2020 (Science Europe).


Les années 2018 et 2019 marquent une étape importante dans la politique scientifique de l’accès ouvert. Avec Horizon 2020, l’Europe a annoncé l’obligation d’assurer le libre accès aux publications issues des projets de recherche qu’elle finance. En septembre 2018 cOALition S, un consortium européen d’établissements de financement de la recherche (l’ANR pour la France), soutenu par la commission européenne et l’ERC, publie les 10 principes de son Plan S. L’objectif est clairement désigné : “d’ici 2020, les publications scientifiques résultant de recherches financées par des subventions publiques accordées par les conseils de recherche et organismes de financement nationaux et européens participants doivent être publiées dans des journaux Open Access conformes ou sur des plates-formes Open Access conformes.”

Le problème est que l’expression « open access » peut recouvrir des modèles économiques très différents : le “green open access” (auto-archivage par l’auteur de ses travaux), le “gold open access”, avec toute l’ambiguïté qu’il comporte puisque pour Couperin, il inclut aussi bien les articles dans des revues à comité de lecture en accès ouvert pour les lecteurs, payé par les auteurs avec des APC (Article processing charges) que le modèle Freemium OpenEdition, sans coût pour les auteurs ou encore les revues intégralement en accès ouvert[i]. C’est la raison pour laquelle a été introduit un nouvel intitulé dans les modèles celui de la voie “diamant” ou “platine” en opposition précisément à la voie “dorée” de plus en plus identifiée comme la voie de l’auteur/payeur (APC).

Alors que l’objectif ne concerne à ce stade que les articles scientifiques et non les ouvrages, chapitres d’ouvrages etc., les dissensions s’affichent au grand jour et dans les médias. Pour nombre de chercheurs, le Plan S de l’Union européenne ne va pas assez loin. Ils n’hésitent pas à dénoncer ouvertement les pratiques “anticoncurrentielles” d’Elsevier en saisissant la Direction générale de la commission européenne[ii]. La maison d’édition s’est en effet engagée depuis plusieurs années dans le « tout accès ouvert »[iii]. Il faut traduire ce que signifie ce « gold open access » ainsi promu : si les lecteurs ont accès aux articles gratuitement, les auteurs paient pour être publiés des APC (« author processing charges ») dont le montant, variable, engendre des profits inédits.

De l’autre côté, logiquement, des associations d’éditeurs et les sociétés commerciales d’édition scientifique se sont élevées contre ce plan qui semble menacer leurs intérêts. Ils ont été soutenus par au moins 1700 chercheurs  qui ont signé une Lettre ouverte[iv] lancée le 28 novembre à l’Union européenne contre le plan S. En France, d’autres ont publié en octobre 2018 une tribune dans Le Monde[v] contre ce même plan, non sans quelques confusions tellement la complexité du paysage est savamment entretenue, avec des arguments plus recevables qu’on ne l’aurait pensé. Qui croire ?

Le Consortium national des bibliothèques françaises Couperin[vi] nous apporte une information utile sur les APC sur le site d’OpenAPC qui ont été versées aux éditeurs commerciaux en 2017, par chacun des 39 grands établissements de recherche enquêtés. Au total, 4 660 887 euros ont été dépensés par ces établissements pour publier 2635 articles, soit environ 1769 euros par article[vii]. Cela vient s’ajouter aux abonnements aux bouquets de revues et aux accès aux bases de données bibliométriques (Scopus d’Elsevier, WOS de Clarivate) dont les coûts, négociés, ne sont pas publiés.

On mesure le bénéfice que les éditeurs retirent pour chaque article en comparant ces montants avec ceux estimés pour traiter un article dans l’alternative Freemium. A Cybergeo , en incluant les coûts d’un ingénieur CNRS qui encadre l’activité de la revue, du temps moyen investi par les évaluateurs, les correcteurs bénévoles et l’éditeur, ainsi que les coûts de la maintenance de la plateforme éditoriale, nous sommes parvenus à un coût moyen de 650 euros pour un article… Si Cybergeo appliquait le coût moyen des APC, elle en retirerait un revenu de près de 100 000 euros/an !

source : https://treemaps.intact-project.org/apcdata/openapc/#institution/country=FRA&period=2017

Le plus extraordinaire dans ces calculs est que ni les APC ni cette dernière estimation “frugale” de 650 euros/article ne prennent en compte la vraie valeur ajoutée des articles, les savoir et savoir-faire scientifiques dépensés par les auteurs et par les évaluateurs. Voilà qui devrait confirmer, s’il en était encore besoin, que la “production scientifique” est bien une activité qui ne peut décidément se réduire aux “modèles économiques” de notre système capitaliste, fût-il avancé…

L’exigence de mise en ligne des articles en accès ouvert financés sur des fonds publics s’est donc institutionnalisée, mais on peut se demander si, loin d’alléger les charges pour la recherche publique, cette obligation ne serait pas en train d’ouvrir un nouveau gouffre de dépenses sans aucun espoir de retour sur investissement. Les bénéfices colossaux et sans risques de l’édition scientifique continuent d’aller aux actionnaires. Et le rachat en 2017 par Elsevier (RELX Group) de Bepress la plate-forme d’archives ouvertes, créée en 1999 sous le nom de Berkeley Electronic Press par deux universitaires américains de l’université de Berkeley, pour un montant estimé de 100 millions d’euros, n’est pas non plus pour nous rassurer sur le devenir du “green open access” (archives ouvertes) dans ce contexte.

Pour voir les résultats de l’enquête Couperin : https://treemaps.intact-project.org/apcdata/openapc/#institution/country=FRA&period=2017


[i] https://openaccess.couperin.org/la-voie-doree-2/

[ii] Formal complaint made on 26/10/2018 regarding RELX and the wider scholarly publishing market to the EU competition authority. https://zenodo.org/record/1472045#.XKtGStjgphG

[iii] https://www.elsevier.com/connect/working-towards-a-transition-to-open-access

[iv] https://zenodo.org/record/1484544#.XLDTLNjgqpp

[v] https://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/10/09/publications-scientifiques-les-pieges-du-plan-s_5366576_1650684.html

[vi] https://www.actualitte.com/article/monde-edition/des-chercheurs-denoncent-les-pratiques-anticoncurrentielles-d-elsevier/91686

[vii] On note des différences de coût qui restent à éclaircir mais qu’on peut supposer en lien avec le chiffre d’affaires global : 1 768 euros/article en accès ouvert au CNRS pour un versement total de l’établissement en 2017 de 1 909 453 euros, contre 2630/article en accès ouvert à l’ENS pour un versement total de 52 615 euros.

Migrations et sélections de populations

Le CGET vient de publier le rapport 2018 de son Observatoire des territoires, qui traite des mobilités résidentielles en France, mesurées précisément entre 1968 et 2014. Préparé sous la direction de Brigitte Baccaïni, l’ouvrage de 121 pages apporte des précisions importantes sur les conséquences territoriales et sociales des changements de logement. Il est assez bien connu que les régions du sud-ouest sont devenues les plus attractives au cours des dernières décennies, tandis que les régions du grand quart nord-nord-est, tout en retenant leurs habitants, perdent relativement de la population du fait d’une faible attraction sur les migrants. Mais le rapport insiste sur un résultat encore plus préoccupant pour le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires, qui souligne la tendance des mouvements migratoires à réduire la mixité sociale, à toutes les échelles de l’observation des territoires. Les migrations non seulement reproduisent mais aussi accentuent les inégalités spatiales de la répartition des catégories sociales. Le rapport s’inquiète aussi des difficultés des populations moins diplômées, qui peinent d’autant plus à trouver un emploi qu’elles sont mobiles, alors que la tendance est inverse pour les plus diplômés.

Des cartes et des graphiques illustrent l’évolution observée depuis les années 1960 jusqu’en 2014. Plusieurs géographes, du CGET ou de laboratoires de recherche, y ont contribué. Le site web du CGET accompagne le rapport avec des outils de visualisation interactive, dans une synthèse illustrée,  et en proposant un outil permettant d’accéder aux principaux indicateurs au niveau de chaque territoire : région, département, et EPCI. Enfin, le site permet de manipuler les sources du rapport.  Il est accompagné d’une note méthodologique et d’un tutoriel détaillant les fonctions du package.

A cette occasion, nous vous invitons à lire ou relire les analyses approfondies publiées dans Cybergeo sur les migrations résidentielles, dans leurs rapports avec les mobilités quotidiennes et internationales et dans différents pays du monde, ou encore à visiter le site interactif du Mobiliscope auquel nous avions consacré un précédent billet.

A lire ou relire dans Cybergeo sur les migrations résidentielles :

… et en rapport avec des migrations internationales :

Compter, classer, catégoriser

Paul Gourdon, doctorant en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’UMR Géographie-cités, nous communique l’annonce suivante, accompagnée ci-dessous d’un appel à communications.

Cette année la JIG (journée des jeunes chercheur-es de l’Institut de Géographie) propose un appel à communication pour questionner la tension entre catégorisation et hiérarchisation. La journée aura lieu le mercredi 3 avril et aura pour invitée d’honneur Denise Pumain. Vous trouverez ci-dessous l’AAC tel qu’il est communiqué sur les listes de diffusion, aussi, n’hésitez pas à le partager (auprès des masterant-es, doctorant-es et post-doctorant-es de votre connaissance).

Au-delà de cette seule journée, l’ampleur du sujet invite sans doute à élargir le débat, notamment car des thèmes connexes font l’actualité dans les autres sciences sociales (la conférence annuelle de la BSA de 2019 porte sur les hiérarchies sociales ; le CERREV organise un colloque sur le travail des données et les conséquences méthodologiques et épistémologiques de la « culture de la mesure »). Ainsi, un retour sur les opérations de catégorisation et sur les usages de la hiérarchisation, dans l’activité scientifique et dans le monde social, permet sans doute d’engager un travail réflexif large pour les géographes, au-delà des distinctions entre approches quantitatives et approches critiques. Toutes les réflexions et propositions sur ce thème sont les bienvenues.

AAC JIG 2019

Compter, classer, catégoriser. Approche, usage et critique de la hiérarchisation
Mercredi 3 avril 2019 – Institut de géographie, Paris

Date limite d’envoi des propositions : 21 janvier 2019

L’utilisation et la formulation de catégories afin de penser le réel structurent largement l’activité de recherche en sciences sociales et en sciences de la nature. Implicitement ou explicitement, l’usage de ces catégories repose sur des hiérarchisations, qu’il s’agisse d’en produire pour ordonner les phénomènes étudiés ou de mettre en cause des processus de domination. L’objectif de cette journée est d’inciter les jeunes chercheur.e.s à explorer cette tension entre catégorisation et hiérarchisation. Il s’agit autant de questionner ce que ces procédés permettent de penser (organiser/différencier) que d’interroger leurs effets (domination/contestation) ou encore de proposer des alternatives. Cette année, la JIG vous propose de repenser, à partir de vos problématiques de recherche, des concepts structurants dont la portée varie du général au particulier. Nous invitons les jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales et en sciences de la nature (docteur.e.s, doctorant.e.s, étudiant.e.s de Master 2) à articuler, s’il.elle.s le souhaitent, leurs réflexions autour de trois grands axes.

Continuer la lecture

Les métiers de la ville en débat

Atelier participatif
(source : Agence Ville ouverte)

En France comme ailleurs, délimiter le périmètre des métiers de la ville est une question presque toujours controversée. Dans les débats, de manière récurrente, on oppose des corporations (les architectes contre les ingénieurs au début du XXe siècle), on met en tension des savoir-faire (planification versus projet), on envisage l’idée de projet selon différentes acceptions (gestion de processus versus spatialisation d’intentions), etc. Cette question prend maintenant d’autant plus d’acuité que les intervenants de la fabrique urbaine sont devenus plus nombreux et hétérogènes : aux architectes, ingénieurs, économistes des premiers temps, s’ajoutent désormais des acteurs de l’action sociale de proximité, de l’animation socioculturelle ou encore de la communication.

C’est dans ce contexte que Cybergeo a publié dans sa rubrique Débats, entre avril 2016 et septembre 2018, sept textes aux formats et statuts divers, sous la responsabilité de Laurent Matthey et Antoine Fleury. Chacun à leur manière, ces textes reviennent sur les enjeux de la détermination des savoirs et savoir-faire légitimes de la fabrique urbaine, ainsi que sur les cursus susceptibles de former les professionnels.

Le dernier en date est signé par Véronique Biau, architecte-urbaniste en chef de l’État et docteure en sociologie. L’auteure y met en perspective les interrogations actuelles sur les référentiels (de métiers, de compétence, d’enseignement) et sur la qualification professionnelle en urbanisme, par rapport aux analyses menées sur les métiers et organisations de la fabrication de la ville depuis une quinzaine d’années. Nous vous invitons à le lire et, à cette occasion, à relire les six autres textes, qui contribuent tous ensemble à ce débat, fondamental pour toutes les personnes qui s’intéressent à la ville, à sa gestion et à son aménagement. Le débat n’étant pas clos, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos textes si vous souhaitez réagir à ceux qui ont déjà été publiés ou ajouter votre pierre à l’édifice !

A lire ou relire dans Cybergeo :

Fractals, urban fabrics and planning – a few clarifications

Pierre Frankhauser, in answering the contribution from Cécile Tannier of 12 March point by point, supplements her discussion and fuels the debate:

Are urban fabrics fractal? Is there a general process that gives rise to fractal urban fabrics? Are fractal models useful for planning? These recently asked questions call for a reminder that, through its intrinsic properties, this approach can be used to introduce a different reading of the spatial organization of cities and to contribute otherwise to the debate on whether or not there are “laws” or whether “norms” are useful in this context. Continuer la lecture

Fractales, tissus urbains et aménagement – quelques précisions

Pierre Frankhauser, en répondant point par point au billet de Cécile Tannier du 12 mars, complète sa discussion et apporte d’autres éléments au débat:

Les tissus urbains sont-ils fractals ? Existe-t-il un processus général qui génère des tissus urbains fractals ? Les modèles fractals sont-ils utiles dans le contexte d’aménagement ? Ces questions, récemment posées, incitent à rappeler que cette approche, par ses propriétés intrinsèques, permet d’introduire une lecture différente de l’organisation spatiale des villes et de contribuer autrement au débat sur l’existence ou non de « lois » ou de l’utilité de « normes » dans ce contexte. Continuer la lecture

Redécouvrir Albert Demangeon

Denis Wolff, spécialiste des travaux de ce “géographe de plein vent”, nous informe :

Après avoir organisé une journée d’études consacrée au géographe Albert Demangeon, la Bibliothèque Mazarine présente une exposition. Intitulée Albert Demangeon (1872-1940) : Méthodes, archives et combats d’un géographe de plein vent, elle permet d’admirer de nombreuses archives que la famille et les descendants de l’illustre géographe y ont déposées : on y découvre des carnets de terrain, des photographies, des dessins, des manuscrits, des notes de lecture, une correspondance très riche…

Cette exposition révèle la diversité de son œuvre comme de ses terrains de recherche, et témoigne de son inscription dans l’école française de géographie, notamment par sa thèse sur la Picardie puis sa participation à de grandes œuvres, telles la Géographie universelle. Elle dévoile certaines de ses méthodes, telles les enquêtes par questionnaires, et son inscription dans l’actualité de son époque. Elle démontre enfin son intérêt constant pour la pédagogie.

A cette occasion, un ouvrage a été édité qui n’est pas un catalogue mais reprend nombre de documents présentés dans l’exposition (cf. ci-contre) ; sa recension paraîtra prochainement dans Cybergeo. Un dossier de presse a également été réalisé. Rappelons que la liste des écrits de Demangeon avec leurs comptes rendus est déjà parue dans Cybergeo.

Visiter cette exposition, c’est aussi découvrir une bibliothèque splendide face à la Coupole et à la Seine. Elle dure jusqu’au 4 mai. L’entrée y est libre pendant les heures d’ouverture. Voir tous les renseignements pratiques sur le site de la Bibliothèque Mazarine.

 

Waldo Tobler (1930-2018)

Colette Cauvin-Reymond, March 10th, 2018, analyzes the contribution of one of the greatest creators of scientific cartography.

From 1956, when he first published, to his passing on 20 February 2018, the teaching and publications of this Professor Emeritus had a major impact on several generations of geographers and cartographers. His work lives on since he is currently being rediscovered by some researchers and we can only wish for it to continue for a long time as Waldo Tobler has profoundly renewed and transformed cartography. He truly contributed to making cartography a full-blown scientific discipline, a status that was acknowledged at the Vienna conference in 1975. Continuer la lecture

Waldo Tobler (1930-2018)

Colette Cauvin-Reymond, le 10 mars 2018, analyse la contribution essentielle d’un des grands créateurs de la cartographie scientifique.

De 1956, date de sa première publication, au 20 février 2018 où Waldo Tobler nous a quittés, ce professeur émérite a marqué par ses écrits et ses enseignements plusieurs générations de géographes et de cartographes, et ceci par vagues successives, puisqu’il semble que certains chercheurs le redécouvrent actuellement. Ceci devrait continuer longtemps – et nous ne pouvons que le souhaiter – car ce chercheur a complètement renouvelé, transformé la cartographie et a réellement contribué à ce que cette discipline ait une place à part entière en tant que science ainsi que ce statut lui a été reconnu au colloque de Vienne en 1975. Continuer la lecture

About fractal models in urban geography and planning: refuting the aesthetics and the universal norm

Cecile Tannier shares her views about literature on fractals.

Fractal models have been used in urban geography for forty years. Their main applications were for analyzing urban forms but they were also used to simulate urban growth. Research in the field has significantly contributed to better characterise the local and global shape of cities and to better understand their evolutions. Yet concomitantly, one can deplore the circulation of some myths about the interpretation of fractal analysis results and about the possible usage of fractal models for urban analysis and planning. I propose here to undermine some of these myths on the basis on some scientific publications in the field.
Continuer la lecture

A propos des modèles fractals en géographie urbaine et en aménagement : réfutation de l’esthétique et de la norme universelle

Cécile Tannier nous propose ici une réflexion stimulante sur les modèles fractals en géographie urbaine et en aménagement. La plupart des idées émises dans ce billet sont tirées de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches intitulé : Analyse et simulation de la concentration et de la dispersion des implantations humaines – Modèles multi-échelles et trans-échelles

Les modèles fractals sont utilisés en géographie urbaine depuis maintenant presque quarante ans, essentiellement pour l’analyse de la forme des villes mais aussi pour la simulation de la croissance urbaine. Les recherches menées dans ce domaine ont significativement contribué à améliorer la caractérisation des formes urbaines et la compréhension de leurs évolutions. En parallèle toutefois, on peut déplorer la circulation d’un certain nombre de mythes, relatifs tant à l’interprétation des résultats d’analyses fractales qu’à l’usage possible des modèles fractals pour l’étude des villes et l’aménagement urbain. Je propose ici de démonter quelques-uns de ces mythes en m’appuyant sur la littérature scientifique dans le domaine. Continuer la lecture

Instagram, une source pour la recherche et l’enseignement en géographie ?

Texte commenté :
Piganiol V., 2017, “Instagram, outil du géographe ?”, Cybergeo : European Journal of Geography, rubrique E-Topiques.

Ce texte, récemment publié dans la rubrique E-Topiques, ouvre un questionnement qui dépasse le propos de l’auteur en lui-même : Instagram, réseau social basé sur la photographie désormais célèbre, peut-il constituer une source intéressante, pertinente et fiable pour le géographe ? L’angle d’approche originel de l’auteur est celui de l’enseignement de la géographie (en particulier dans le secondaire), mais en repartant du titre, des questionnements similaires peuvent être esquissés concernant la recherche en géographie. Continuer la lecture

Toponymie et géographie

La Place d’armes à Oran (source : Wikipedia Commons)

Cybergeo a publié récemment dans sa rubrique E-Topiques un texte consacré aux noms des places d’Oran. L’auteure – qui a rédigé une thèse sur les conceptions, formes et usages des places de cette ville algérienne – y donne à voir leur émergence, leur importance et leur signification, en insistant sur les permanences ou à l’inverse les changements, en lien avec des contextes politiques et urbains qui se reconfigurent. Elle conclut que « les places d’Oran s’illustrent par la variation de leurs noms, qui symbolisent chaque passage marqué par un évènement politique, un changement de régime ou une chute du pouvoir ». Ce texte fait écho à une recension publiée il y a quelques années par la revue et qui portait sur l’ouvrage de Florence Bourillon intitulé Changer les noms de rues de Paris. La Commission Merruau – 1862 où l’historienne décrit une entreprise toponymique et politique majeure : le changement et l’attribution des noms de rues du Grand Paris haussmannien. Frédéric Giraut évoque « une entreprise remarquable de construction d’un paysage toponomastique qui relève des différentes dimensions du nationalisme banal et capital, et de l’affirmation de la modernité urbaine dans l’univers quotidien ». Ces deux textes publiés à plusieurs années d’intervalle témoignent de la diversité des sources à disposition des chercheurs travaillant sur cet objet : cartes et plans constituent une première source qui peut être complétée par des arrêtés, délibérations et autres documents écrits, permettant de mieux comprendre la logique et les enjeux des choix de dénomination. Les deux textes rappellent aussi combien les noms de rues sont politiques. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que la toponymie (les noms de rue constituent une sous-catégorie onomastique au sein des toponymes) soit devenue un objet de recherche à part entière pour les géographes, qu’ils travaillent sur l’Afrique du Sud post-apartheid ou sur les savoirs vernaculaires des peuples autochtones.

Rappelons au passage que la revue accueille bien volontiers vos propositions spontanées de manuscrits à publier dans les rubriques « Revue de livre » et « E-Topiques » (pour des textes atypiques, éclectiques, utopiques, mais toujours géographiques). Contactez-nous !

A lire ou relire dans Cybergeo :

La ville à toute heure : le Mobiliscope

Julie Vallée, Constance Lecomte, Guillaume Le Roux et Hadrien Commenges présentent le Mobiliscope, dont nous avons déjà parlé dans notre dernier édito :

C’est un outil de géovisualisation qui donne à voir les rythmes quotidiens des villes en tenant compte des mobilités quotidiennes. Développé dans l’UMR Géographie-cités, cet outil est librement accessible en ligne. Grâce à sa fonction d’animation heure par heure et à son interface interactive, le Mobiliscope permet d’explorer les variations de la population présente en croisant des questionnements relatifs à l’espace (où ? dans quel secteur ?), au temps (quand ? à quelle heure ?), à la population (qui ? pour quel groupe de population ?) et à l’activité réalisée (quoi ? quelle activité ?). Des indices mesurant l’ampleur de la ségrégation spatiale aux différentes heures de la journée sont également proposées,.

Le Mobiliscope peut ainsi aider à sortir de l’approche résidentielle et statique couramment adoptée dans les travaux relatifs à la ségrégation sociale ou aux « effets de quartiers ». A l’heure où se développent par exemple des concertations sur l’élargissement des horaires d’ouverture des bibliothèques, il constitue un outil de réflexion pour faire coïncider les temporalités de l’action publique avec celles des populations.

La version actuelle de l’outil est centrée sur l’Ile-de-France à partir des données de l’Enquête Globale Transport de 2010 (STIF ; OMNIL ; DRIEA). De nouveaux développements sont à l’étude, notamment pour étendre le Mobiliscope à d’autres villes françaises… et pourquoi pas étrangères !

Vos commentaires et suggestions sont les bienvenus pour aider à améliorer le Mobiliscope.

Agricultures (péri)urbaines

Source : Région Ile-de-France

De nombreux articles de presse ou posts de blog se sont récemment fait l’écho d’une tendance qui semble prendre de l’ampleur dans les modes de gestion et d’aménagement actuels de la ville : l’agriculture urbaine. Les journées des agricultures urbaines en Méditerranée, organisées du 7 au 9 novembre 2017 à Marseille, ou encore les résultats de l’appel à projets « Réinventons la métropole » lancé il y a un an par la Métropole du Grand Paris n’y sont sans doute pas étrangers. Si Cybergeo n’a pas encore reçu de propositions d’articles concernant la mise en culture – qui semble s’accentuer – d’espaces jusque-là délaissés au cœur de la ville dense, comme par exemple les toits, les parkings ou les caves, nous avons plusieurs articles invitant à repenser les liens entre ville et campagne au prisme des processus de périurbanisation. Un premier propose une méthodologie d’analyse et de modélisation spatiale à l’échelle d’une (ancienne) région française, le Languedoc-Roussillon, pour mieux comprendre les logiques spatiales de l’urbanisation et des transformations de l’espace agricole. À partir d’enquêtes menées autour de Toulouse et Albi, deux autres articles s’intéressent plutôt aux acteurs périurbains que sont d’une part les collectivités locales, d’autre part les agriculteurs, et ce de manière très complémentaire. Le lecteur y découvrira ainsi les quatre façons pour les maires d’envisager l’agriculture périurbaine : « en tant qu’activité en train de disparaître, en tant qu’activité contribuant à la gestion de l’urbanisation communale, l’espace agricole comme «zone verte» et comme patrimoine et enfin en tant qu’activité économique ». En ce qui concerne les agriculteurs, il pourra y prendre la mesure des paradoxes soulevés par « l’ancrage des producteurs en grandes cultures dans les territoires périurbains, territoires qui sont désormais organisés par des acteurs non agricoles ». Au-delà de la différence d’approche, les différents auteurs attirent par ailleurs l’attention sur une évolution possible (ou nécessaire ?) du métier d’agriculteur dans ce contexte : multifonctionnalité des exploitations agricoles, développement de nouveaux biens et services pour la vie urbaine, etc.

A lire ou relire dans Cybergeo :