Astérix et le griffon, bal(l)ade géographique

Si la bande dessinée compte parmi ses héros les plus célèbres bon nombre de journalistes (Tintin, Ric Hochet, Spirou et Fantasio…) et de marins (Condor, Corto Maltese…), les géographes en semblent absents – Conversation proposée par : Jean-Baptiste Bing
Ingénieur projet – Université de Technologie de Troyes, France
en dépit d’une profession qui, elle aussi, pourrait facilement offrir un moyen narratif justifiant des déplacements d’un bout à l’autre de la planète. Serait-ce la faute de St-Exupéry, et de son très (trop ?) célèbre géographe qui, fidèle à son cabinet, laisse le terrain aux voyageurs et aux « explorateurs » ? En tout cas, avec Astérix et le griffon (signé par Jean-Yves Ferri au scénario et Didier Conrad au dessin) [1], cette lacune est – un peu – comblée : Terrinconus, « géographe de César », y est opposé aux trois héros dans les lointaines terres des Sarmates.

Continuer la lecture de Astérix et le griffon, bal(l)ade géographique

Prise en compte de la TVB dans les PLU : une mise au point d’un praticien de la planification

Cet article est une réaction à l’article 961 publié dans Cybergeo.

Introduction

 

Selon la revue scientifique et technique de Delclaux et Fleury (2020) visant un état des connaissances sur la mise en œuvre de la trame verte et bleue (TVB) et ayant pour but « d’enrichir notre regard sur l’opérationnalisation de la TVB », la prise en compte de la TVB dans les PLU montrerait des difficultés techniques et serait inopérante.Conversation proposée par : Luc Laurent Docteur en écologie, urbaniste et diplômé en architecture, Responsable de Bioinsight Se référant à cette revue, Bonthoux et Chollet (2021) mentionnent que « son inclusion dans les documents locaux de planification urbaine (SCoT, PLUi, PLU) et sa déclinaison dans les villes et les bourgs restent très modestes (Delclaux et Fleury 2020) », conjecturant ainsi la TVB des documents d’urbanisme comme un possible frein aux initiatives écologiques locales. Continuer la lecture de Prise en compte de la TVB dans les PLU : une mise au point d’un praticien de la planification

Geographers, what are your articles worth? The commercial databases in question

This article is the English translation of “Géographes, que valent vos articles ? Les bases de données commerciales en question”. La Lettre de l’InSHS, INstitut des Sciences Humaines et Sociales – CNRS[1], Issue 55, septembre 2018[2].

Introduction

The question of validity and use of bibliometrics databases to characterize the productions of Social Sciences and Humanities (SSH) researchers are constantly revived in France, not only by the Haut Comité à l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES), which is currently establishing its evaluation criteria Conversation suggested by : Michèle Dassa CNRS-InSHS and Christine Kosmopoulos CNRS-UMR Géographie-cités, but also by the Observatoire des Sciences et Techniques (OST)[3], which organized a seminar in May 2018 bringing together specialists from different non-English-speaking countries. Based on the objective publication data produced by RIBAC[4] and the JournalBase comparative database, it seems useful to us to make a new contribution to this reflection here. Continuer la lecture de Geographers, what are your articles worth? The commercial databases in question

Le métro parisien en période pandémique : le privilège de l’immobilité

La pandémie du Covid-19 a largement impacté nos mobilités quotidiennes depuis mars 2020. Les confinements successifs, les injonctions au télétravail, les changements de programmes d’activités Conversation proposée par :
Olivier Finance
Université de Strasbourg, Laboratoire Image Ville Environnement
ou encore une certaine appréhension liée à la potentielle promiscuité dans les rames et les reports modaux liés ont eu des effets marqués sur la fréquentation des transports en commun.

La mobilisation des données ouvertes de la RATP et d’IDF Mobilités permet d’examiner en creux les effets induits de ces injonctions à rester chez soi dans le cas de la métropole parisienne. La comparaison de la fréquentation des stations du métro et du RER entre 2019 et 2020 ouvre la possibilité de cerner à la fois l’ampleur et les disparités spatiales induites par la pandémie du Covid-19 sur les mobilités métropolitaines (Figure 1).

Figure 1
Évolution 2019-2020 du nombre de validations par station du réseau RATP

Continuer la lecture de Le métro parisien en période pandémique : le privilège de l’immobilité

Aménagement urbain : l’avenir des fractales

Pourquoi une approche fractale de la ville

Les discussions récentes ou actuelles sur la périurbanisation du fait de sa généralité (sans parler de « gilets jaunes »), la recherche d’une ville plus « durable », une certaine remise en cause des densités dans un contexte pandémique, Conversation proposée par :
Gabriel Dupuy
CRIA UMR Géographie-cités 8504, France
ne changent pas la donne. Il reste grosso modo un accord scientifique sur la réalité des villes et du phénomène urbain. Cela n’empêche pas une variété de points de vue (Bognon. S. et al.). Les utopies des années 1800 ont laissé leurs traces, qu’il s’agisse d’I. Cerda, d’E. Howard, de C. Sitte, d’A. Soria, de F. L. Wright, de Le Corbusier. Dans le passé, l’urbanisme a beaucoup fonctionné sur ces utopies de villes infinies dans lesquelles trouvaient leur place des fragments que l’on pouvait réaliser. Aujourd’hui, de telles utopies ne sont plus crédibles. Continuer la lecture de Aménagement urbain : l’avenir des fractales

Covid-19, L’empire des courbes

 

Le propos développé dans cette conversation n’est que peu géographique dans l’angle retenu, et que peu académique dans les formulations. Il s’agit d’un petit exercice Conversation proposée par :
Olivier Finance
Université de Strasbourg, Laboratoire Image Ville Environnement
de vulgarisation statistique autour des courbes dont on nous abreuve en ces temps incertains. Regarder une courbe, poser le bon regard dessus, en comprendre le message, ce n’est pas forcément évident pour chacun·e. Ça s’acquiert, mais ça se perd aussi, parfois. À l’inverse, donner à voir une courbe, ou une courbe plutôt qu’une autre, c’est aussi anticiper la façon dont elle sera perçue, présumer ou parfois se méprendre à propos de l’interprétation qui en sera faite. Le propos qui suit prenait initialement la forme d’une série de tweets illustrés ; leur contenu est repris en intégralité et en l’état sous forme d’un diaporama à visualiser ou télécharger ci-après.

Continuer la lecture de Covid-19, L’empire des courbes

Covid-19 in China: the pandemic exacerbates the speculative mechanism in residential real estate

One of the striking effects of the Covid 19 pandemic has been the dramatic increase in the disconnection between finance and the real economy in the United States and Europe. In China there is a similarly growing disjuncture between house prices and economic fundamentals. Both cases show a process of asset inflation driven by a frenzy of investment in a context of deflationary pressure. But the comparison ends there, because the dynamics Conversation suggested by :
Natacha Aveline-Dubach
CNRS-UMR Géographie-cités, France
of real estate investment in China respond to the logic of a sui generis[1] capitalist regime that has placed the extraction of land value at the heart of its economic model.

Far from being the result of a defined project, the institutional construction of land and property markets has been forged empirically during the period of economic transition. However, it received a major impetus in the mid-1990s, when the state secured property Continuer la lecture de Covid-19 in China: the pandemic exacerbates the speculative mechanism in residential real estate

Covid 19: renforcement du mécanisme spéculatif dans l’immobilier résidentiel en Chine

L’un des effets marquants de la pandémie de Covid 19 a été l’accroissement spectaculaire de la déconnexion entre la finance et l’économie réelle aux Etats-Unis et en Europe. En Chine s’observe une disjonction de même nature, mais qui se manifeste entre les prix des logements et les fondamentaux économiques. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit bien d’un épisode d’inflation des actifs nourri par une frénésie de placement des acteurs économiquesConversation proposée par :
Natacha Aveline-Dubach
CNRS-UMR Géographie-cités, France
sur fond de pression déflationniste. Mais la comparaison s’arrête là, car les dynamiques de l’investissement immobilier en Chine répondent aux logiques d’un régime capitaliste sui generis[1] ayant placé l’extraction de la valeur foncière au cœur de son modèle économique.

Loin d’être le fruit d’un projet défini, la construction institutionnelle des marchés fonciers et immobiliers s’est forgée de manière empirique au cours de la période de transition économique. Elle a néanmoins connu une impulsion majeure au milieu des années 1990, lorsque l’État a sécurisé le droit de propriété et conféré une forte autonomie aux gouvernements locaux tout en recentralisant les revenus fiscaux[2]. Il en a résulté un écart grandissant entre dépenses et revenus municipaux (figure 1) que les gouvernements Continuer la lecture de Covid 19: renforcement du mécanisme spéculatif dans l’immobilier résidentiel en Chine

Encore un effort pour devenir territorial…..

L’exploitation dans le discours politique de termes fortement polysémiques issus du lexique courant constitue une démarche sans cesse recommencée ! Nous avions déjà eu le couple France d’en haut / France d’en bas qui permettait de disqualifier les élites et qui subsumait une proximité à l’égard des couches populaires. La facilité de ces oppositions binairesConversation proposée par :
Bernard Elissalde
Université de Rouen, France
 telles que Paris contre la province, «le pays légal» contre «le pays réel», a toujours fait recette. D’un côté, ceux qui dominent, qui ont le pouvoir, ceux de « la haute » selon l’ancienne expression populaire, et de l’autre, ceux d’en bas, les petits, les anonymes, parfois qualifiés de « vrais gens ». Construites sur les clivages de l’espace social et politique, ces antonymies témoignent de la possibilité toujours renouvelée d’exploiter Continuer la lecture de Encore un effort pour devenir territorial…..

Que penser du sens donné à l’artificialisation et à la désartificialisation des sols ?

De nombreuses études et chiffres sur l’artificialisation des sols

En 2015, le CGDD (Commissariat Général au Développement Durable), après consultation du ministère de l’écologie (MEED à l’époque), de l’agriculture (MAAF), de l’ADEME et du conseil scientifique et du comité d’orientation du programme GESSOL, propose ‘de lancer une évaluation critique de l’ensemble des connaissances scientifiques relatives aux déterminants et conséquences de l’artificialisation des sols ainsi qu’aux leviers d’actions éprouvés pour la freiner et limiter ses impacts négatifs’ (extrait du cahier des charges de l’étude). Cette étudeConversation proposée par :
Anne Ruas
Laboratoire LISIS, Université Gustave Eiffel, Paris, France

est alors confiée conjointement à l’Inra (devenue Inrae) et l’Ifsttar (devenue Université Gustave Eiffel), qui ont fait appel à de nombreux scientifiques pour identifier ce que dit la littérature scientifique sur l’artificialisation des sols. Continuer la lecture de Que penser du sens donné à l’artificialisation et à la désartificialisation des sols ?

Les Jeux Olympiques et Paralympiques à l’heure des villes globales. Analyse des candidatures ratées puis réussies de Paris et Tokyo

Avant-propos : cet article propose une analyse comparative des candidatures de Paris et de Tokyo pour l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques lors des éditions 2008, 2012, 2016, 2020 et 2024. L’analyse présentée ne traite pas de l’influence du report lié à la crise du Covid 19 de Tokyo 2020 en 2021.

Introduction
Les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) de Tokyo 2020 et Paris 2024 sont annoncés comme exemplaires sur les plans environnementaux et budgétaires. Afin d’éviter la construction d’équipements trop ambitieux comme à Athènes, de ne pas reproduire la ségrégation socio-spatiale induite par la préparation des Jeux de Rio ou de Pékin, et pour ne pas s’aligner sur le niveau de dépenses de l’édition de Sotchi, les porteurs des candidatures des capitales japonaise et française s’appuient sur l’expérience des Jeux de Londres et sur les engagements climatiques Conversation proposée par :
Alexandre Faure
Post-doc – Fondation France-Japon de l’EHESS, France
pris lors des Conférences des Parties. Ils promettent des Jeux compacts, avec un faible impact sur la ville Continuer la lecture de Les Jeux Olympiques et Paralympiques à l’heure des villes globales. Analyse des candidatures ratées puis réussies de Paris et Tokyo

Mapping the lockdown effects in India: how geographers can contribute to tackle Covid-19 diffusion

Partha Mukhopadhyay and Shamindra Nath Roy from the Centre for Policy Research co-authored this piece.


The reduction in the number of individuals commuting and travelling have without a doubt decreased the propagation of the coronavirus Covid-19 virus, as indicated by recent research.Conversation proposée par :
Eric Denis, Olivier Telle, Samuel Benkimoun
CNRS et Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France
However, several articles underline the necessity to take into account urban and regional mobilities to better understand the emergence of infectious diseases in particular territories. The difficulty for the research community in considering such data contributes to the vulnerability of societies, notably in countries like India. However, preliminary results from ongoing research using social network data could be a first step to change this.

India under lockdown

India is divided in 32 states or union territories with a total population of 1.3 billion. The country’s economic development has led to the development of significant intra- and inter-regional mobilities. In addition to workers Continuer la lecture de Mapping the lockdown effects in India: how geographers can contribute to tackle Covid-19 diffusion

Motion du comité de rédaction de Cybergeo sur la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Cybergeo – Revue européenne de géographie s’associe à la mobilisation contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Ce projet de réforme participe d’un processus d’individualisation et de mise en concurrence, et remet en cause le service public de la recherche sans lequel les revues scientifiques ne pourraient pas jouer leur rôle dans l’évaluation et la diffusion des connaissances. Le comité de rédaction réaffirme son attachement aux solidarités intergénérationnelles, ainsi qu’à l’autonomie, à la pluralité et à la dimension collective de la recherche publique. Nous revendiquons pour toutes les actrices et pour tous les acteurs de la recherche publique, aujourd’hui et demain, des conditions dignes leur permettant de produire librement des savoirs.Conversation proposée par :
Antoine Fleury
Laboratoire Géographie-cités, Paris, France
Comme la Conférence des présidents du Comité national (CPCN) du CNRS, nous appelons donc à l’ouverture d’un véritable dialogue sur le projet de réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche. Continuer la lecture de Motion du comité de rédaction de Cybergeo sur la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

La science ouverte est une vraie révolution !

Un an après le lancement du Plan national pour la science ouverte en France, se tenaient les 18 et 19 novembre 2019 les Journées Nationales pour la Science Ouverte (JSNO2019), à Paris. Elles ont été l’occasion de faire le point sur les politiques institutionnelles des établissements et des agences de financement, mais aussi de présenter des projets nationaux et européens (Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, University College London Library services, European Open Science Cloud (EOSC)), ou internationaux (Université de Mexico) et d’aborder les questions de l’intégrité scientifique (exposé de Olivier Le Gall) et de l’évaluation (Table Ronde).

Je reviendrai ici sur deux interventions particulièrement engagées.Conversation proposée par :
Christine Kosmopoulos
Laboratoire Géographie-cités, Paris, France

Tout d’abord en début de journée celle de Jean Chambaz (Président de Sorbonne Université), biologiste de formation, qui dénonce sans concession le système capitalistique des grandes maisons d’édition privées, dont les bénéfices colossaux exploitent sans vergogne le travail des chercheurs. Il ne faut pas se le cacher “il s’agit en partie d’une guerre commerciale et nous avons face à nous des prédateurs qui cherchent à faire du profit sur la science”. Continuer la lecture de La science ouverte est une vraie révolution !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search