Agricultures (péri)urbaines

Source : Région Ile-de-France

De nombreux articles de presse ou posts de blog se sont récemment fait l’écho d’une tendance qui semble prendre de l’ampleur dans les modes de gestion et d’aménagement actuels de la ville : l’agriculture urbaine. Les journées des agricultures urbaines en Méditerranée, organisées du 7 au 9 novembre 2017 à Marseille, ou encore les résultats de l’appel à projets « Réinventons la métropole » lancé il y a un an par la Métropole du Grand Paris n’y sont sans doute pas étrangers. Si Cybergeo n’a pas encore reçu de propositions d’articles concernant la mise en culture – qui semble s’accentuer – d’espaces jusque-là délaissés au cœur de la ville dense, comme par exemple les toits, les parkings ou les caves, nous avons plusieurs articles invitant à repenser les liens entre ville et campagne au prisme des processus de périurbanisation. Un premier propose une méthodologie d’analyse et de modélisation spatiale à l’échelle d’une (ancienne) région française, le Languedoc-Roussillon, pour mieux comprendre les logiques spatiales de l’urbanisation et des transformations de l’espace agricole. À partir d’enquêtes menées autour de Toulouse et Albi, deux autres articles s’intéressent plutôt aux acteurs périurbains que sont d’une part les collectivités locales, d’autre part les agriculteurs, et ce de manière très complémentaire. Le lecteur y découvrira ainsi les quatre façons pour les maires d’envisager l’agriculture périurbaine : « en tant qu’activité en train de disparaître, en tant qu’activité contribuant à la gestion de l’urbanisation communale, l’espace agricole comme «zone verte» et comme patrimoine et enfin en tant qu’activité économique ». En ce qui concerne les agriculteurs, il pourra y prendre la mesure des paradoxes soulevés par « l’ancrage des producteurs en grandes cultures dans les territoires périurbains, territoires qui sont désormais organisés par des acteurs non agricoles ». Au-delà de la différence d’approche, les différents auteurs attirent par ailleurs l’attention sur une évolution possible (ou nécessaire ?) du métier d’agriculteur dans ce contexte : multifonctionnalité des exploitations agricoles, développement de nouveaux biens et services pour la vie urbaine, etc.

A lire ou relire dans Cybergeo :

Tourisme et numérique

L’aire d’influence des placeurs de géocaching au Havre

À partir de la session 2018, « Les espaces du tourisme et des loisirs » constituent une nouvelle question au programme du CAPES et de l’agrégation externe. C’est l’occasion de revenir sur deux publications récentes de Cybergeo qui présentent toutes deux l’intérêt d’aborder le tourisme selon une entrée chère à notre revue : le numérique. Le plus récent porte sur le géocaching, « jeu collaboratif mondial porté par une société privée et alimenté par une communauté de pratiquants ». En l’illustrant par l’exemple du Havre (France), les auteurs insistent sur les nouveaux rapports qui sont en train de s’établir entre les internautes, organisés en collectif, et les territoires. Ils proposent ce faisant de revisiter la notion de « territoire connecté », considérant que le numérique devient « un support technique de reconnexion de l’homme à son environnement de proximité ». En même temps, l’article rappelle combien les nouveaux outils numériques peuvent participer de la mise en tourisme des espaces locaux, un processus qui ne va évidemment pas sans instrumentalisation politique. C’est l’objet d’un autre article, publié il y a quelque mois et qui attirait notre attention sur le recours au numérique dans les politiques touristiques, à travers le cas de l’Émilie-Romagne (Italie). Rappelant que le marketing territorial et la promotion touristique s’appuient souvent sur des documents iconographiques « pour ériger un territoire en destination et susciter le désir de visite chez le touriste potentiel », l’article propose une méthode originale pour analyser les images diffusées par le site Internet et le compte Facebook dédiés à la promotion touristique. Il montre in fine combien, par le choix des images diffusées, l’administration régionale entend peser sur les choix de fréquentation des touristes, tout en donnant un rôle actif à la population locale. En définitive, ces deux articles – qui n’épuisent pas la thématique du tourisme au sein de la revue – donnent à voir l’ampleur des nouvelles articulations produites par le numérique entre les individus, les pouvoirs locaux et les territoires, en même temps que les brouillages entre des catégories trop binaires telles que, par exemple, touristes et habitants.

A lire ou relire dans Cybergeo :

 

Should the ECTQG be institutionalized?

The 20th European Colloquium on Theoretical and Quantitative Geography was held in York from 7 to 11 September 2017. Organized by our colleagues from the University of Leeds, Michelle Morris, Mark Birkin and Nick Malleson, it brought together some 80 participants from 20 different countries, a large majority of Europeans but also a few colleagues from Canada, Chile, the United States, Nigeria, Russia and Tunisia. The quality of the interventions leaves no doubt about the vitality of this non-institution, completely informal and self-organized, which holds symposium every two years since 1978! At least two articles in Cybergeo comment on the importance and sustainability, as well as the most salient meanings, that of David Unwin in 1999 and that of Sylvain Cuyala in 2016. We will remember from York in 2017 a tribute to the work of Sir Alan Wilson, and “Wilson’s boys” (John Stillwell, Frank Southworth, Martin Clarke, Mark Birkin and Michael Batty), the Consumer Data Research Center (CDRC), innovative applications in health geography, of the ESRC network for the study of obesity, supplemented by a conference by Anne Vernez-Moundon… and a variety of presentations by young researchers, all exciting, perhaps to be discovered one day in Cybergeo? Our blog is open to the discussion of proposals for thematic sessions for the next meeting, organized by Geoffrey Caruso of the University of Luxembourg. Grab your pens!

Faut-il institutionnaliser l’ECTQG?

Le 20e Colloque Européen de Géographie Théorique et Quantitative s’est tenu à York, du 7 au 11 septembre 2017. Organisé par nos collègues de l’université de Leeds, Michelle Morris, Mark Birkin et Nick Malleson, il a réuni environ 80 participants issus de 20 pays différents, une grande majorité d’Européens mais  aussi quelques collègues du Canada, du Chili, des Etats-Unis, du Nigeria, de Russie et de Tunisie. La qualité des interventions ne laisse aucun doute sur la vitalité de cette non-institution, complètement informelle et auto-organisée, qui tient colloque tous les deux ans depuis 1978 ! Au moins deux articles parus dans Cybergeo en commentent l’importance et la durabilité, ainsi que les significations les plus saillantes, celui  de David Unwin en 1999 et celui de Sylvain Cuyala en 2016. Nous retiendrons de celui de York en 2017 un hommage aux travaux de Sir Alan Wilson, et des « Wilson’s boys » (John Stillwell, Frank Southworth, Martin Clarke, Mark Birkin, Michael Batty), les travaux du CDRC (Consumer Data Research Center), des applications innovantes en géographie de la santé, notamment issues du réseau de l’ESRC pour l’étude de l’obésité, complétées par une conférence d’Anne Vernez-Moundon. Et une diversité de présentations de jeunes chercheurs, toutes passionnantes, à découvrir peut-être un jour dans Cybergeo ? Notre blog est ouvert à la discussion de propositions de sessions thématiques pour la prochaine réunion, organisée par Geoffrey Caruso de l’Université de Luxembourg. A vos plumes !