La ville à toute heure : le Mobiliscope

Julie Vallée, Constance Lecomte, Guillaume Le Roux et Hadrien Commenges présentent le Mobiliscope, dont nous avons déjà parlé dans notre dernier édito :

C’est un outil de géovisualisation qui donne à voir les rythmes quotidiens des villes en tenant compte des mobilités quotidiennes. Développé dans l’UMR Géographie-cités, cet outil est librement accessible en ligne. Grâce à sa fonction d’animation heure par heure et à son interface interactive, le Mobiliscope permet d’explorer les variations de la population présente en croisant des questionnements relatifs à l’espace (où ? dans quel secteur ?), au temps (quand ? à quelle heure ?), à la population (qui ? pour quel groupe de population ?) et à l’activité réalisée (quoi ? quelle activité ?). Des indices mesurant l’ampleur de la ségrégation spatiale aux différentes heures de la journée sont également proposées,.

Le Mobiliscope peut ainsi aider à sortir de l’approche résidentielle et statique couramment adoptée dans les travaux relatifs à la ségrégation sociale ou aux « effets de quartiers ». A l’heure où se développent par exemple des concertations sur l’élargissement des horaires d’ouverture des bibliothèques, il constitue un outil de réflexion pour faire coïncider les temporalités de l’action publique avec celles des populations.

La version actuelle de l’outil est centrée sur l’Ile-de-France à partir des données de l’Enquête Globale Transport de 2010 (STIF ; OMNIL ; DRIEA). De nouveaux développements sont à l’étude, notamment pour étendre le Mobiliscope à d’autres villes françaises… et pourquoi pas étrangères !

Vos commentaires et suggestions sont les bienvenus pour aider à améliorer le Mobiliscope.

Agricultures (péri)urbaines

Source : Région Ile-de-France

De nombreux articles de presse ou posts de blog se sont récemment fait l’écho d’une tendance qui semble prendre de l’ampleur dans les modes de gestion et d’aménagement actuels de la ville : l’agriculture urbaine. Les journées des agricultures urbaines en Méditerranée, organisées du 7 au 9 novembre 2017 à Marseille, ou encore les résultats de l’appel à projets « Réinventons la métropole » lancé il y a un an par la Métropole du Grand Paris n’y sont sans doute pas étrangers. Si Cybergeo n’a pas encore reçu de propositions d’articles concernant la mise en culture – qui semble s’accentuer – d’espaces jusque-là délaissés au cœur de la ville dense, comme par exemple les toits, les parkings ou les caves, nous avons plusieurs articles invitant à repenser les liens entre ville et campagne au prisme des processus de périurbanisation. Un premier propose une méthodologie d’analyse et de modélisation spatiale à l’échelle d’une (ancienne) région française, le Languedoc-Roussillon, pour mieux comprendre les logiques spatiales de l’urbanisation et des transformations de l’espace agricole. À partir d’enquêtes menées autour de Toulouse et Albi, deux autres articles s’intéressent plutôt aux acteurs périurbains que sont d’une part les collectivités locales, d’autre part les agriculteurs, et ce de manière très complémentaire. Le lecteur y découvrira ainsi les quatre façons pour les maires d’envisager l’agriculture périurbaine : « en tant qu’activité en train de disparaître, en tant qu’activité contribuant à la gestion de l’urbanisation communale, l’espace agricole comme «zone verte» et comme patrimoine et enfin en tant qu’activité économique ». En ce qui concerne les agriculteurs, il pourra y prendre la mesure des paradoxes soulevés par « l’ancrage des producteurs en grandes cultures dans les territoires périurbains, territoires qui sont désormais organisés par des acteurs non agricoles ». Au-delà de la différence d’approche, les différents auteurs attirent par ailleurs l’attention sur une évolution possible (ou nécessaire ?) du métier d’agriculteur dans ce contexte : multifonctionnalité des exploitations agricoles, développement de nouveaux biens et services pour la vie urbaine, etc.

A lire ou relire dans Cybergeo :

Tourisme et numérique

L’aire d’influence des placeurs de géocaching au Havre

À partir de la session 2018, « Les espaces du tourisme et des loisirs » constituent une nouvelle question au programme du CAPES et de l’agrégation externe. C’est l’occasion de revenir sur deux publications récentes de Cybergeo qui présentent toutes deux l’intérêt d’aborder le tourisme selon une entrée chère à notre revue : le numérique. Le plus récent porte sur le géocaching, « jeu collaboratif mondial porté par une société privée et alimenté par une communauté de pratiquants ». En l’illustrant par l’exemple du Havre (France), les auteurs insistent sur les nouveaux rapports qui sont en train de s’établir entre les internautes, organisés en collectif, et les territoires. Ils proposent ce faisant de revisiter la notion de « territoire connecté », considérant que le numérique devient « un support technique de reconnexion de l’homme à son environnement de proximité ». En même temps, l’article rappelle combien les nouveaux outils numériques peuvent participer de la mise en tourisme des espaces locaux, un processus qui ne va évidemment pas sans instrumentalisation politique. C’est l’objet d’un autre article, publié il y a quelque mois et qui attirait notre attention sur le recours au numérique dans les politiques touristiques, à travers le cas de l’Émilie-Romagne (Italie). Rappelant que le marketing territorial et la promotion touristique s’appuient souvent sur des documents iconographiques « pour ériger un territoire en destination et susciter le désir de visite chez le touriste potentiel », l’article propose une méthode originale pour analyser les images diffusées par le site Internet et le compte Facebook dédiés à la promotion touristique. Il montre in fine combien, par le choix des images diffusées, l’administration régionale entend peser sur les choix de fréquentation des touristes, tout en donnant un rôle actif à la population locale. En définitive, ces deux articles – qui n’épuisent pas la thématique du tourisme au sein de la revue – donnent à voir l’ampleur des nouvelles articulations produites par le numérique entre les individus, les pouvoirs locaux et les territoires, en même temps que les brouillages entre des catégories trop binaires telles que, par exemple, touristes et habitants.

A lire ou relire dans Cybergeo :