Migrations et sélections de populations

Le CGET vient de publier le rapport 2018 de son Observatoire des territoires, qui traite des mobilités résidentielles en France, mesurées précisément entre 1968 et 2014. Préparé sous la direction de Brigitte Baccaïni, l’ouvrage de 121 pages apporte des précisions importantes sur les conséquences territoriales et sociales des changements de logement. Il est assez bien connu que les régions du sud-ouest sont devenues les plus attractives au cours des dernières décennies, tandis que les régions du grand quart nord-nord-est, tout en retenant leurs habitants, perdent relativement de la population du fait d’une faible attraction sur les migrants. Mais le rapport insiste sur un résultat encore plus préoccupant pour le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires, qui souligne la tendance des mouvements migratoires à réduire la mixité sociale, à toutes les échelles de l’observation des territoires. Les migrations non seulement reproduisent mais aussi accentuent les inégalités spatiales de la répartition des catégories sociales. Le rapport s’inquiète aussi des difficultés des populations moins diplômées, qui peinent d’autant plus à trouver un emploi qu’elles sont mobiles, alors que la tendance est inverse pour les plus diplômés.

Des cartes et des graphiques illustrent l’évolution observée depuis les années 1960 jusqu’en 2014. Plusieurs géographes, du CGET ou de laboratoires de recherche, y ont contribué. Le site web du CGET accompagne le rapport avec des outils de visualisation interactive, dans une synthèse illustrée,  et en proposant un outil permettant d’accéder aux principaux indicateurs au niveau de chaque territoire : région, département, et EPCI. Enfin, le site permet de manipuler les sources du rapport.  Il est accompagné d’une note méthodologique et d’un tutoriel détaillant les fonctions du package.

A cette occasion, nous vous invitons à lire ou relire les analyses approfondies publiées dans Cybergeo sur les migrations résidentielles, dans leurs rapports avec les mobilités quotidiennes et internationales et dans différents pays du monde, ou encore à visiter le site interactif du Mobiliscope auquel nous avions consacré un précédent billet.

A lire ou relire dans Cybergeo sur les migrations résidentielles :

… et en rapport avec des migrations internationales :

Toponymie et géographie

La Place d’armes à Oran (source : Wikipedia Commons)

Cybergeo a publié récemment dans sa rubrique E-Topiques un texte consacré aux noms des places d’Oran. L’auteure – qui a rédigé une thèse sur les conceptions, formes et usages des places de cette ville algérienne – y donne à voir leur émergence, leur importance et leur signification, en insistant sur les permanences ou à l’inverse les changements, en lien avec des contextes politiques et urbains qui se reconfigurent. Elle conclut que « les places d’Oran s’illustrent par la variation de leurs noms, qui symbolisent chaque passage marqué par un évènement politique, un changement de régime ou une chute du pouvoir ». Ce texte fait écho à une recension publiée il y a quelques années par la revue et qui portait sur l’ouvrage de Florence Bourillon intitulé Changer les noms de rues de Paris. La Commission Merruau – 1862 où l’historienne décrit une entreprise toponymique et politique majeure : le changement et l’attribution des noms de rues du Grand Paris haussmannien. Frédéric Giraut évoque « une entreprise remarquable de construction d’un paysage toponomastique qui relève des différentes dimensions du nationalisme banal et capital, et de l’affirmation de la modernité urbaine dans l’univers quotidien ». Ces deux textes publiés à plusieurs années d’intervalle témoignent de la diversité des sources à disposition des chercheurs travaillant sur cet objet : cartes et plans constituent une première source qui peut être complétée par des arrêtés, délibérations et autres documents écrits, permettant de mieux comprendre la logique et les enjeux des choix de dénomination. Les deux textes rappellent aussi combien les noms de rues sont politiques. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que la toponymie (les noms de rue constituent une sous-catégorie onomastique au sein des toponymes) soit devenue un objet de recherche à part entière pour les géographes, qu’ils travaillent sur l’Afrique du Sud post-apartheid ou sur les savoirs vernaculaires des peuples autochtones.

Rappelons au passage que la revue accueille bien volontiers vos propositions spontanées de manuscrits à publier dans les rubriques « Revue de livre » et « E-Topiques » (pour des textes atypiques, éclectiques, utopiques, mais toujours géographiques). Contactez-nous !

A lire ou relire dans Cybergeo :

Agricultures (péri)urbaines

Source : Région Ile-de-France

De nombreux articles de presse ou posts de blog se sont récemment fait l’écho d’une tendance qui semble prendre de l’ampleur dans les modes de gestion et d’aménagement actuels de la ville : l’agriculture urbaine. Les journées des agricultures urbaines en Méditerranée, organisées du 7 au 9 novembre 2017 à Marseille, ou encore les résultats de l’appel à projets « Réinventons la métropole » lancé il y a un an par la Métropole du Grand Paris n’y sont sans doute pas étrangers. Si Cybergeo n’a pas encore reçu de propositions d’articles concernant la mise en culture – qui semble s’accentuer – d’espaces jusque-là délaissés au cœur de la ville dense, comme par exemple les toits, les parkings ou les caves, nous avons plusieurs articles invitant à repenser les liens entre ville et campagne au prisme des processus de périurbanisation. Un premier propose une méthodologie d’analyse et de modélisation spatiale à l’échelle d’une (ancienne) région française, le Languedoc-Roussillon, pour mieux comprendre les logiques spatiales de l’urbanisation et des transformations de l’espace agricole. À partir d’enquêtes menées autour de Toulouse et Albi, deux autres articles s’intéressent plutôt aux acteurs périurbains que sont d’une part les collectivités locales, d’autre part les agriculteurs, et ce de manière très complémentaire. Le lecteur y découvrira ainsi les quatre façons pour les maires d’envisager l’agriculture périurbaine : « en tant qu’activité en train de disparaître, en tant qu’activité contribuant à la gestion de l’urbanisation communale, l’espace agricole comme «zone verte» et comme patrimoine et enfin en tant qu’activité économique ». En ce qui concerne les agriculteurs, il pourra y prendre la mesure des paradoxes soulevés par « l’ancrage des producteurs en grandes cultures dans les territoires périurbains, territoires qui sont désormais organisés par des acteurs non agricoles ». Au-delà de la différence d’approche, les différents auteurs attirent par ailleurs l’attention sur une évolution possible (ou nécessaire ?) du métier d’agriculteur dans ce contexte : multifonctionnalité des exploitations agricoles, développement de nouveaux biens et services pour la vie urbaine, etc.

A lire ou relire dans Cybergeo :

Tourisme et numérique

L’aire d’influence des placeurs de géocaching au Havre

À partir de la session 2018, « Les espaces du tourisme et des loisirs » constituent une nouvelle question au programme du CAPES et de l’agrégation externe. C’est l’occasion de revenir sur deux publications récentes de Cybergeo qui présentent toutes deux l’intérêt d’aborder le tourisme selon une entrée chère à notre revue : le numérique. Le plus récent porte sur le géocaching, « jeu collaboratif mondial porté par une société privée et alimenté par une communauté de pratiquants ». En l’illustrant par l’exemple du Havre (France), les auteurs insistent sur les nouveaux rapports qui sont en train de s’établir entre les internautes, organisés en collectif, et les territoires. Ils proposent ce faisant de revisiter la notion de « territoire connecté », considérant que le numérique devient « un support technique de reconnexion de l’homme à son environnement de proximité ». En même temps, l’article rappelle combien les nouveaux outils numériques peuvent participer de la mise en tourisme des espaces locaux, un processus qui ne va évidemment pas sans instrumentalisation politique. C’est l’objet d’un autre article, publié il y a quelque mois et qui attirait notre attention sur le recours au numérique dans les politiques touristiques, à travers le cas de l’Émilie-Romagne (Italie). Rappelant que le marketing territorial et la promotion touristique s’appuient souvent sur des documents iconographiques « pour ériger un territoire en destination et susciter le désir de visite chez le touriste potentiel », l’article propose une méthode originale pour analyser les images diffusées par le site Internet et le compte Facebook dédiés à la promotion touristique. Il montre in fine combien, par le choix des images diffusées, l’administration régionale entend peser sur les choix de fréquentation des touristes, tout en donnant un rôle actif à la population locale. En définitive, ces deux articles – qui n’épuisent pas la thématique du tourisme au sein de la revue – donnent à voir l’ampleur des nouvelles articulations produites par le numérique entre les individus, les pouvoirs locaux et les territoires, en même temps que les brouillages entre des catégories trop binaires telles que, par exemple, touristes et habitants.

A lire ou relire dans Cybergeo :