Archives de catégorie : Sujets de conversation

Addendum à l’article “Bab el-Mandeb : frictions littorales et maritimes”

Ce post est un addendum à l’article “Le détroit de Bab el-Mandeb et le concept de friction littorale et maritime” publié dans Cybergeo.


Depuis les attentats du 7 octobre 2023 perpétrés par le mouvement terroriste Hamas en Israël et la violente riposte de l’armée israélienne, l’analyse et les hypothèses présentées dans l’article semblent avoir été vérifiées. Reprenons cependant quelques points dans ce contexte relativement simple en mer Rouge malgré les apparences.

Suite à l’attaque du 7 octobre, les Houthies déclarent leur plein soutien au Hamas – dans la lignée de l’Iran – et commencent les frappes contre Israël. Conversation proposée par :
François Guiziou, IDEES Le Havre
Ils débutent alors un ciblage de navires liés à des intérêts israéliens ou à l’économie d’Israël. Ils sont basés sur plusieurs modes opératoires : (1) la demande de déroutage des navires vers la côte ouest du Yémen qu’ils contrôlent ; (2) l’arraisonnement de navires ; (3) les frappes directes de missiles et de drones depuis le littoral. Tout cela a déjà été vu auparavant et est détaillé dans l’article “Le détroit de Bab el-Mandeb et le concept de friction littorale et maritime” publié dans Cybergeo. Continuer la lecture de Addendum à l’article “Bab el-Mandeb : frictions littorales et maritimes”

Un Data Paper Cybergeo utilisé pour enseigner la modélisation multiniveaux à Quantilille 2023

En juin 2023, nous avons dispensé un module d’une journée sur la modélisation multiniveaux Conversation proposée par :
Clémentine Cottineau, Delft University of Technology et Julie Vallée, UMR Géographie-cités
et les effets de contexte géographiques à l’école d’été Quantilille, dédiée depuis 1987 aux méthodes quantitatives en sciences sociales.

Afin de démontrer l’intérêt de l’analyse multiniveaux et son opérationnalisation avec le langage R, nous nous sommes appuyées sur une base de données de la qualité physique et pédologique des vignobles de Côte d’Or, décrite et détaillée dans le Data Paper suivant publié dans la revue Cybergeo : Continuer la lecture de Un Data Paper Cybergeo utilisé pour enseigner la modélisation multiniveaux à Quantilille 2023

Quelles géographies avec (ou sans) Bruno Latour ?

En 2021, la revue Dialogues in human geography publiait un article de Stuart Elden sur la notion de « terrain », qui permettrait de « discuter la matérialité politique du territoire, et de ses complexités » (Elden, 2021, notre traduction). Conversation proposée par :
Pierre-Olivier Garcia, Université Grenoble-Alpes
Elden y reconnaissait, dans ses efforts passés d’élaboration du concept, un manque de prise en compte la matérialité physique et de ses effets dans la production de l’espace. Une des explications à ce manque était la séparation de la géographie scientifique entre la géographie humaine et la géographie physique. Mais il était convaincu de la capacité de son concept à intégrer cette dimension matérielle de façon non-dualiste.

Continuer la lecture de Quelles géographies avec (ou sans) Bruno Latour ?

Bruno Latour et les géographes

Les nombreux hommages à Bruno Latour ont montré à quel point les communautés par lesquels ses travaux ont été saisis ont été variées. Cela reflète entièrement la façon dont sa pensée a évolué : par problématisations successives, avec de Conversation proposée par :
Valérie November
CNRS, LATTS, Ecole des Ponts.
nombreuses inspirations issues de rencontres avec des chercheurs ou des livres de disciplines très diverses.

Continuer la lecture de Bruno Latour et les géographes

Latour, géographe amateur ?

Le récent décès de Bruno Latour a fait l’objet de nombreux commentaires, soulignant l’importance de son œuvre en anthropologie, en sociologie, ou en philosophie. Conversation proposée par :
David Blanchon & Alexis Gonin, Université Paris-Nanterre, UMR LAVUE, France
Mais, à notre connaissance1, ses travaux n’ont pas ou très peu eu d’échos dans la géographie française, ce qui peut sembler paradoxal, car Latour, surtout dans ses derniers ouvrages, utilise beaucoup « les mots de la géographie » : territoire (de plus en plus à partir de Face à Gaïa 2015), sol, migration, mondialisation, local, voire la « cartographie des controverses »…

Continuer la lecture de Latour, géographe amateur ?

De l’autocorrélation spatiale du vote à la présidentielle

Les résultats d’élections sous forme de cartes, quelles que soient les élections, ont toujours ça de frustrant qu’elles n’ont rien de parfait. Si représenter le candidat arrivé en tête par commune ou par département a un certain sens, Conversation proposée par :
Olivier Finance
Université de Strasbourg, Laboratoire Image Ville Environnement
est-ce que le message que cela porte est pour autant pertinent à l’issue du premier tour d’une présidentielle, scrutin national s’il en est ? Pour aller au-delà, ne pas s’en tenir au vainqueur local mais tenter d’avoir un peu de détail dans la structure des votes, faut-il se perdre au milieu de cartes dressées pour chaque candidat ? La distribution des votes pour telle ou telle famille politique à une date donnée étant au moins partiellement dépendante de la distribution des votes pour ces mêmes familles politiques lors de l’élection précédente, ne faudrait-il pas intégrer dans l’analyse une focale temporelle plus large – une manière de tenir compte d’une potentielle inertie ? Enfin, les kilomètres carrés ne votent pas… Pourquoi alors donner tant de place sur la carte aux unités spatiales de grande taille mais peu peuplées et si peu aux grandes villes ?

Pour tenter de répondre – au moins partiellement – à ces questions, la carte qui suit a été produite en prenant le parti de catégoriser chaque intercommunalité note 1 de France métropolitaine à la fois selon la structure du vote au premier tour de la présidentielle de 2022 et l’évolution du vote entre 2017 et 2022. Sept classes cohérentes en résultent, comme autant de groupes d’intercommunalités à la fois proches les unes des autres lorsqu’elles sont dans la même classe et différentes les unes des autres lorsqu’elles sont dans des classes différentes.

Continuer la lecture de De l’autocorrélation spatiale du vote à la présidentielle

Ky Nguyen

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris récemment le décès de notre collègue Ky Nguyen le 8 avril 2020, parmi les premières victimes du Covid en France.

Ky Nguyen était un informaticien très inventif. Venu de l’INIST en 1987 pour exercer la fonction d’ingénieur d’études à l’équipe P.A.R.I.S., il réalisa dans les locaux de la rue du Four la première mise en réseau des ordinateurs pour un laboratoire de SHS au CNRS, puis son ouverture à Internet, dès 1995. Quand les techniciens de l’INRIA s’arrachaient les cheveux en essayant d’installer des réseaux dans les autres laboratoires de sciences humaines et sociales, le nôtre a été l’un des tout premiers à fonctionner, et sans accroc. Ky fut aussi un passeur, Continuer la lecture de Ky Nguyen

Thérèse Saint-Julien

Nous avons l’immense tristesse de vous faire part du décès de notre collègue et amie Thérèse Saint-Julien, survenu le 24 novembre 2021. Originaire du Béarn, agrégée de géographie, Thérèse a enseigné de 1966 à 1969 au lycée Jean Dautet à La Rochelle. Docteur d’État ès Lettres et Sciences Humaines en 1980 avec une thèse sur la diffusion spatiale des entreprises dans l’ouest de la France, Continuer la lecture de Thérèse Saint-Julien

Astérix et le griffon, bal(l)ade géographique

Si la bande dessinée compte parmi ses héros les plus célèbres bon nombre de journalistes (Tintin, Ric Hochet, Spirou et Fantasio…) et de marins (Condor, Corto Maltese…), les géographes en semblent absents – Conversation proposée par : Jean-Baptiste Bing
Ingénieur projet – Université de Technologie de Troyes, France
en dépit d’une profession qui, elle aussi, pourrait facilement offrir un moyen narratif justifiant des déplacements d’un bout à l’autre de la planète. Serait-ce la faute de St-Exupéry, et de son très (trop ?) célèbre géographe qui, fidèle à son cabinet, laisse le terrain aux voyageurs et aux « explorateurs » ? En tout cas, avec Astérix et le griffon (signé par Jean-Yves Ferri au scénario et Didier Conrad au dessin) [1], cette lacune est – un peu – comblée : Terrinconus, « géographe de César », y est opposé aux trois héros dans les lointaines terres des Sarmates.

Continuer la lecture de Astérix et le griffon, bal(l)ade géographique

Prise en compte de la TVB dans les PLU : une mise au point d’un praticien de la planification

Cet article est une réaction à l’article 961 publié dans Cybergeo.

Introduction

 

Selon la revue scientifique et technique de Delclaux et Fleury (2020) visant un état des connaissances sur la mise en œuvre de la trame verte et bleue (TVB) et ayant pour but « d’enrichir notre regard sur l’opérationnalisation de la TVB », la prise en compte de la TVB dans les PLU montrerait des difficultés techniques et serait inopérante.Conversation proposée par : Luc Laurent Docteur en écologie, urbaniste et diplômé en architecture, Responsable de Bioinsight Se référant à cette revue, Bonthoux et Chollet (2021) mentionnent que « son inclusion dans les documents locaux de planification urbaine (SCoT, PLUi, PLU) et sa déclinaison dans les villes et les bourgs restent très modestes (Delclaux et Fleury 2020) », conjecturant ainsi la TVB des documents d’urbanisme comme un possible frein aux initiatives écologiques locales. Continuer la lecture de Prise en compte de la TVB dans les PLU : une mise au point d’un praticien de la planification

Geographers, what are your articles worth? The commercial databases in question

This article is the English translation of “Géographes, que valent vos articles ? Les bases de données commerciales en question”. La Lettre de l’InSHS, INstitut des Sciences Humaines et Sociales – CNRS[1], Issue 55, septembre 2018[2].

Introduction

The question of validity and use of bibliometrics databases to characterize the productions of Social Sciences and Humanities (SSH) researchers are constantly revived in France, not only by the Haut Comité à l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES), which is currently establishing its evaluation criteria Conversation suggested by : Michèle Dassa CNRS-InSHS and Christine Kosmopoulos CNRS-UMR Géographie-cités, but also by the Observatoire des Sciences et Techniques (OST)[3], which organized a seminar in May 2018 bringing together specialists from different non-English-speaking countries. Based on the objective publication data produced by RIBAC[4] and the JournalBase comparative database, it seems useful to us to make a new contribution to this reflection here. Continuer la lecture de Geographers, what are your articles worth? The commercial databases in question

Le métro parisien en période pandémique : le privilège de l’immobilité

La pandémie du Covid-19 a largement impacté nos mobilités quotidiennes depuis mars 2020. Les confinements successifs, les injonctions au télétravail, les changements de programmes d’activités Conversation proposée par :
Olivier Finance
Université de Strasbourg, Laboratoire Image Ville Environnement
ou encore une certaine appréhension liée à la potentielle promiscuité dans les rames et les reports modaux liés ont eu des effets marqués sur la fréquentation des transports en commun.

La mobilisation des données ouvertes de la RATP et d’IDF Mobilités permet d’examiner en creux les effets induits de ces injonctions à rester chez soi dans le cas de la métropole parisienne. La comparaison de la fréquentation des stations du métro et du RER entre 2019 et 2020 ouvre la possibilité de cerner à la fois l’ampleur et les disparités spatiales induites par la pandémie du Covid-19 sur les mobilités métropolitaines (Figure 1).

Figure 1
Évolution 2019-2020 du nombre de validations par station du réseau RATP

Continuer la lecture de Le métro parisien en période pandémique : le privilège de l’immobilité

Aménagement urbain : l’avenir des fractales

Pourquoi une approche fractale de la ville

Les discussions récentes ou actuelles sur la périurbanisation du fait de sa généralité (sans parler de « gilets jaunes »), la recherche d’une ville plus « durable », une certaine remise en cause des densités dans un contexte pandémique, Conversation proposée par :
Gabriel Dupuy
CRIA UMR Géographie-cités 8504, France
ne changent pas la donne. Il reste grosso modo un accord scientifique sur la réalité des villes et du phénomène urbain. Cela n’empêche pas une variété de points de vue (Bognon. S. et al.). Les utopies des années 1800 ont laissé leurs traces, qu’il s’agisse d’I. Cerda, d’E. Howard, de C. Sitte, d’A. Soria, de F. L. Wright, de Le Corbusier. Dans le passé, l’urbanisme a beaucoup fonctionné sur ces utopies de villes infinies dans lesquelles trouvaient leur place des fragments que l’on pouvait réaliser. Aujourd’hui, de telles utopies ne sont plus crédibles. Continuer la lecture de Aménagement urbain : l’avenir des fractales

Covid-19, L’empire des courbes

 

Le propos développé dans cette conversation n’est que peu géographique dans l’angle retenu, et que peu académique dans les formulations. Il s’agit d’un petit exercice Conversation proposée par :
Olivier Finance
Université de Strasbourg, Laboratoire Image Ville Environnement
de vulgarisation statistique autour des courbes dont on nous abreuve en ces temps incertains. Regarder une courbe, poser le bon regard dessus, en comprendre le message, ce n’est pas forcément évident pour chacun·e. Ça s’acquiert, mais ça se perd aussi, parfois. À l’inverse, donner à voir une courbe, ou une courbe plutôt qu’une autre, c’est aussi anticiper la façon dont elle sera perçue, présumer ou parfois se méprendre à propos de l’interprétation qui en sera faite. Le propos qui suit prenait initialement la forme d’une série de tweets illustrés ; leur contenu est repris en intégralité et en l’état sous forme d’un diaporama à visualiser ou télécharger ci-après.

Continuer la lecture de Covid-19, L’empire des courbes