Gilles Ritchot (1935-2021)

Gilles Ritchot, géographe québecois et l’un des plus importants spécialistes contemporains de géomorphologie et de dynamique urbaine, est décédé le 27 janvier 2021, à l’âge de 85 ans.

Entré en licence à la faculté de géographie de l’Université de Montréal en 1957, Gilles Ritchot y devint assistant à partir de 1961 après un séjour, interrompant ses enseignements en 1963 pour soutenir une thèse de 3e cycle à l’université de Strasbourg sous la direction de Jean Tricart. Admis à l’agrégation en 1967, il quitta l’Université de Montréal en 1969 pour l’Université Laval à Québec, où il enseigna jusqu’à 1999. Conversation proposé par :
Jean-Paul Hubert
Université Gustave Eiffel, France
Il apparaît ainsi sur la page web de son département de géographie, en tant qu’ancien professeur, avec pour champ d’expertise « Géographie structurale ».

Cet intitulé administratif est probablement semblable à celui de bien d’autres universitaires « canadiens français » de sa génération. Il cache en fait la trajectoire d’un géographe extraordinaire : esprit exceptionnel et brillant à la culture encyclopédique, mais orateur timide enclin à répondre aux objections par de cinglantes provocations sans se préoccuper des conséquences. Gilles Ritchot laisse une œuvre riche mais difficile, déroutante par le style et la complexité des concepts. Pour la majorité des lecteurs de ce texte, son nom ne dira rien. Certains en auront peut-être entendu parler comme d’un auteur à ne pas mettre entre toutes les mains (donc pas celles des étudiants), exaltant ses disciples et n’évitant pas les errements. Je ne suis pas seul à avoir la conviction que, non seulement son œuvre est d’une grande rigueur et forme un tout cohérent, mais qu’elle mérite une place majeure dans l’histoire des idées géographiques. Je voudrais dans ce court essai en son hommage apporter quelques arguments à cet effet.

Un trait marquant de sa production scientifique est qu’elle a, à partir des années 1975-80, embrassé la géographie physique et la géographie humaine d’une façon extrêmement originale. Ce n’était, faut-il le préciser, ni en suivant les maîtres du tournant du XXe siècle qui étudiaient la façon dont la première conditionne la seconde, ni en anticipant la réflexion sur l’anthropocène qui analyse la relation inverse. Il existe en géographie une tradition structurale qui se concentre, on le sait, sur la façon dont des formes cachées déterminent les processus qui modèlent les formes présentes et observables, à l’exemple tant rabâché de l’érosion différentielle expliquant les cuestas. Mais Gilles Ritchot en a révolutionné la démarche. Dans son étude sur le Mont Royal parue en 1967, il rejeta le recours aux formations lithologiques enfouies, pour expliquer ce relief par une autre structure morphologique fondée sur des écrasements et des étirements du substrat rocheux inélastique. Par un deuxième coup de maître, en 1977, il mit au point une démarche structurale pour la géographie humaine, lors d’un projet pluridisciplinaire sur le patrimoine immobilier de Montréal pour le ministère des affaires culturelles du Québec, mené avec l’économiste Gilles Lavigne et les urbanistes François Charbonneau et Pierre Gascon. Pour cela, il mit à jour des structures spatiales de valorisation à la fois culturelles et économiques, ainsi que de domination politique, conditionnant la dynamique de l’édification immobilière. Il en naquit la théorie de la forme urbaine qui lui permit d’établir des liens durables avec l’autre côté de l’Atlantique, notamment avec l’Institut de Géoarchitecture à Brest, l’EHESS ou l’Université de Paris 1.

Gilles Ritchot est simplement parti du fait que les deux géographies objectivent des formes, qu’elles soient visibles depuis le niveau du sol ou d’un point en hauteur. Pour les expliquer, il a théorisé avec une très grande technicité les façons dont des formes peuvent en engendrer d’autres en « piégeant » des forces. Ces forces sont érosives dans un cas, socio-politiques dans un autre. Ce sont elles qui modèlent le relief ou les établissements humains. Mais, en étant canalisées par des attracteurs de ces dynamiques, elles peuvent être conçues à l’intérieur d’un discours théorique rigoureux, comme l’agent de l’engendrement d’une forme par une autre, ainsi que de la disparition de celle-ci.

L’énoncé de sa géomorphologie structurale fondée sur une autonomie relative des formes du relief vis-à-vis du substrat géologique a été stabilisé dans un ouvrage paru en 1975. Elle s’est développée dans l’élaboration de modèles d’échelles régionales et continentales. La « théorie de la forme urbaine » en revanche a connu une évolution à étape. Elle fit d’abord référence, mais sans allégeance, à Marx et à la psychanalyse dans une optique d’aménagement urbain. À partir de 1989, elle s’appuiera davantage sur les concepts de la sémiotique structurale d’Algirdas-Julien Greimas ou les interdits anthropologiques de Claude Levi-Strauss, sans qu’on puisse non plus identifier son structuralisme géographique à celui de la science des signes ou de l’anthropologie. Cette reformulation a été réalisée avec la collaboration de Gaëtan Desmarais dans le projet d’une rencontre avec le courant des recherches sur un structuralisme dynamique, mené par Jean Petitot à l’EHESS dans l’inspiration de René Thom. La réalisation de cette rencontre donna une impulsion nouvelle aux travaux de Gilles Ritchot, au risque cependant de les rendre plus difficiles à saisir dans la communauté géographique. Elle lui permit à mon sens d’élargir drastiquement la perspective temporelle des études de morphogenèse, de sortir du contexte industrialo-capitaliste et de les mener sur le temps long ; ce qu’il fera pour Rome après avoir suivi et encadré le travail de Gaëtan Desmarais sur Paris. Elle a aussi autorisé une approche transculturelle grâce à laquelle Gilles Ritchot a pu montrer comment à partir du XVIIe siècle, les Européens n’ont pu occuper et valoriser des positions en Amérique du Nord qu’en s’insérant dans l’espace des Amérindiens, et non en le détruisant. Cela peut, me semble-t-il, faire de son livre Québec forme d’établissement une contribution théorique passionnante aux approches et aux discussions postcoloniales.

La discontinuité n’est qu’apparente entre les deux énoncés de la théorie. La perspective épistémologique a évolué mais le questionnement géographique est inchangé. D’ailleurs, certains auteurs ont à peu près à la même époque nourri des œuvres, autrement médiatisées mais malheureusement (de mon point de vue) dépourvues de dimension géographique, en parvenant à connecter ces grands corpus théoriques avec les découvertes de l’anthropologie et des analyses originales de l’économie, la dette ou la monnaie. A titre tout personnel, je pense aux écrits de David Graeber ou de Paul Jorion, entre autres, qui pourraient être utilement utilisés par la géographie structurale après qu’elle a fait profit des théories de René Thom ou de René Girard.

La théorie de la forme urbaine suscita un certain intérêt dans les années 1980 et 90. Un numéro spécial des Cahiers de Géographie du Québec préparé avec Guy Mercier (volume 36, n°98, 1992) lui fut consacré, qui diffusa les concepts de « contrôle politique de la mobilité » (résidentielle), trajectoires « endorégulées » ou « exorégulées », « valorisation positionnelle », ou le controversé et difficile à saisir « vacuum ». Mais l’existence et le statut de ces « pièges » canalisant le travail morphogénétique des forces sociales se noyèrent dans les débats idéologiques qui se déchaînaient dans les années 1980-2000, lorsqu’on s’acharnait à mettre à bas marxisme, psychanalyse ou structuralisme, à cause de leur indéniable tendance à se muer en systèmes clos, mais sans se rendre compte qu’on faisait le lit du néolibéralisme. Si l’on veut bien reconsidérer aujourd’hui ces débats à bonne distance épistémologique, on remarquera que les développements dans la modélisation des systèmes complexes font entrevoir également une sorte d’unification des géographies, axée sur les notions d’attracteurs, bifurcations ou gradient de potentiel. Toutefois, et comme le rappellent les promoteurs de cette approche modélisatrice et mathématique, la connaissance géographique ne peut se fonder uniquement sur des algorithmes simulant les dynamiques sans jamais se tromper, et produisant des formes sans qu’on puisse au fond les comprendre.

Pourquoi comprendre une forme d’établissement humain, direz-vous ? Les exemples ne manquent pas. D’abord pour respecter des façons d’habiter les territoires selon des valeurs enracinées par d’autres civilisations ou simplement dans une autre relation à la nature, mais pas seulement. Pour savoir aussi à quoi une instance politique s’expose quand elle tente de changer cette forme et d’en pervertir le sens en renchérissant, par exemple, la mobilité à l’intérieur d’un habitat dispersé, en cloisonnant des positions urbaines ostentatoires pour les protéger d’incursions extérieures, en en fermant d’autres qui devaient servir de relais à des trajectoires sociales ascendantes, etc. Face à une demande sociale émergente, la géographie ne manquera pas de revenir à des théorisations conceptuelles dépassant la trivialité de la dichotomie centre-périphérie pour formuler des hypothèses plus élaborées. Elle assumera alors que ces hypothèses puissent être fausses et confortera sa scientificité. C’est bien ce que nous a légué Gilles Ritchot, grâce à sa passion de comprendre les formes et qui, pour empêcher qu’elles ne soient ravalées à de simples enveloppes sans autonomie, combattit passionnément les réductionnismes sans se préoccuper de sa popularité.

Bibliographie

Gilles Ritchot a publié en 2018, en tirage limité, un ouvrage ultime intitulé : « Le legs spirituel de Champlain », où il indique hors texte la sélection des ouvrages qu’il voulait mettre en exergue. Elle est ici reproduite à une mise aux normes près, avec ses annotations entre parenthèses :

« Le mont Royal ». Revue de Géographie de Montréal, numéro spécial sur Montréal. Volume XXI, n°1 et 2, 1967. (Deux articles)

« Géomorphologie et géographie ». Revue de Géographie de Montréal, vol.XXII, n°2, 1968, pp. 69-79. (Essai)

Essais de géomorphologie structurale. Québec, Presses de l’Université Laval, 1975, 388p.

Études de géographie structurale. Québec. Université Laval, Centre de recherches en aménagement et développement. Cahier spécial du CRAD n° 15, 1991, 219p.

« La géographie structurale dynamique à la rencontre de l’archéologie, de l’anthropologie et de l’ethnohistoire ». Recherches amérindiennes au Québec, 1998, vol. XXVIII n° 2 pp. 41-50. (Article)

« La portée critique d’une nouvelle géographie régionale structurale : un retour sur l’Histoire du Québec selon Maurice Séguin ». Cahiers de géographie du Québec, 1998, vol. 41 n° 117 pp. 449-460. (Note)

Québec forme d’établissement. Paris, L’Harmattan, 1999, 508p.

La géographie structurale (Desmarais, auteur principal). Paris, L’Harmattan, 2000, 147p.

Québec et tabous. Montréal, Nota Bene, 2003, 79p.

« Montréal entre secret et mensonges » in Isabel Marcos, Dynamiques de la ville. Paris, L’Harmattan, 2007, pp.18-48. (Article d’ouverture)

La morphogenèse de Rome. Paris, L’Harmattan, 2011, 598p.

Cinq Conférences. Paris, L’Harmattan, 2014, 113p.

Je me permettrai d’y rajouter pour l’information des lecteurs l’ouvrage collectif de 1985, représentatif de la première élaboration de la théorie de la forme urbaine :

Feltz, Claude et Ritchot, Gilles (éditeurs), Forme urbaine et pratique sociale, Longueuil Québec / Louvain la Neuve, Le Préambule / Editions CIACO, (1985) 303p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.