Encore un effort pour devenir territorial…..

L’exploitation dans le discours politique de termes fortement polysémiques issus du lexique courant constitue une démarche sans cesse recommencée ! Nous avions déjà eu le couple France d’en haut / France d’en bas qui permettait de disqualifier les élites et qui subsumait une proximité à l’égard des couches populaires. La facilité de ces oppositions binairesConversation proposée par :
Bernard Elissalde
Université de Rouen, France
 telles que Paris contre la province, «le pays légal» contre «le pays réel», a toujours fait recette. D’un côté, ceux qui dominent, qui ont le pouvoir, ceux de « la haute » selon l’ancienne expression populaire, et de l’autre, ceux d’en bas, les petits, les anonymes, parfois qualifiés de « vrais gens ». Construites sur les clivages de l’espace social et politique, ces antonymies témoignent de la possibilité toujours renouvelée d’exploiter des hiérarchies implicites inscrites dans le vocabulaire usuel (Rémi-Giraud, 2005)[1].

Désormais c’est au tour du territoire, ou plutôt des « territoires », de connaître leur heure de gloire. L’utilisation du pluriel permet de s’adresser à tous les niveaux de gestion du pays et surtout aux édiles trop longtemps négligés par le pouvoir central. En attendant les résultats concrets de ce retour en grâce, l’analyse s’est déplacée en intégrant des verbes performatifs dans le champ lexical. On s’engage à « s’appuyer sur nos territoires », à « réarmer nos territoires », à « investir dans nos territoires », et même à « libérer les territoires »[2]. Autant d’expressions qui tentent de retrouver la proximité avec les élus, et à travers eux avec le peuple, mais qui sonnent, par ailleurs, comme autant d’aveux reconnaissant la « verticalité » des choix antérieurs.

Les promoteurs des « sciences territoriales » en général, et les géographes en particulier doivent-ils se réjouir de cette logorrhée territoriale?  En évoquant le regretté Jean Paul Ferrier[3] qui proclamait que « La géographie, ça sert d’abord à parler du territoire » on pourrait en première lecture se satisfaire de voir ses vœux se réaliser. Par-delà les éléments de langage propres à la communication politique, cette insistance conduit néanmoins à s’interroger pour savoir de quel territoire il s’agit ici?

Même si le territoire jacobin est depuis longtemps devenu obsolète dans sa forme, c’est d’abord et avant tout aux circonscriptions administratives porteuses d’élus auxquelles il est fait allusion dans le discours officiel. Le chantier sans cesse recommencé des réformes territoriales à la recherche du maillage optimal, qualifié selon les jours de « meccano » ou de « millefeuille », et qui semble toujours courir après une réalité sociétale qui lui échappe, n’épuise pas les ressources du territorialisme institutionnel. Que signifie cette main tendue aux circonscriptions locales, dans un pays qui, ayant réformé les différents échelons de son maillage administratif (métropoles, pays, intercommunalités, régions), pensait avoir réglé les questions de souveraineté territoriale ?  Quels sont les fondements de cette nouvelle attitude ? Va-t-on vers davantage de décentralisation en instillant plus de droit à la différenciation pour des collectivités publiques ? Ou bien cherchera-t-on à introduire davantage d’Etat à l’échelon territorial en réhabilitant, en situation d’urgence, le couple maire-préfet, aussi ancien que la République?

Pour autant, même sans faire de procès d’intention sur la sincérité du projet ni sur l’efficience du patchwork imaginé, cette réhabilitation des territoires ne constituerait qu’une partie du long chemin qui mène à une véritable prise en compte des processus de territorialisation.

Evoquer les territoires dans la bouche des responsables nationaux c’est reconnaitre que l’on ne peut plus se contenter de raisonner globalement ou à des niveaux « méta » et abstraits, mais qu’il faut désormais affiner l’analyse à une échelle où l’on peut davantage se colleter au réel. La chose n’est pas nouvelle. Ce qui est nouveau c’est le recours le plus fréquent à contourner le niveau national pour y substituer des réussites ou des traitements locaux. Glorifier les territoires, c’est aussi déplacer la focale pour la question économique sociale.  Alors que les mêmes appartenances sociales se rencontrent partout, les territoires, eux, dans une vision idiographique, possèdent chacun leur personnalité. Tous différents, les territoires régionaux et métropolitains peuvent aussi, selon cette logique, être mis en concurrence les uns avec les autres et la mondialisation reconnaîtra les siens…

Invoquer le territoire comme viatique pour se rapprocher des citoyens ne règle, cependant, qu’une partie du problème. C’est oublier un peu vite que dans les territoires il y a aussi des dominants et des dominés, que les acteurs locaux ont des aptitudes et des intérêts qui peuvent se révéler inconciliables, et que les sociétés locales hébergent des « premiers de cordée » qui revendiquent et agissent dans un sens qui ne va pas forcément vers de l’intérêt général. On sait depuis la multiplication des recherches sur la proximité, que celle-ci, indépendamment des systèmes productifs locaux peut, comme dans toute communauté, également générer des conflits et des rapports de force internes. Aborder les questions de citoyenneté dans les territoires sans évoquer une refonte des formes de gouvernance territoriale laisse pourtant un goût d’inachevé. Comment imaginer différents modes de régulation permettant d’adosser les priorités sur un large consensus et instaurer dans le temps, des mécanismes de participation afin de trouver des réponses aux enjeux auxquels un territoire se trouve confronté ?

Conçu comme un objet complexe, le territoire dans son acception géographique contemporaine, ne peut se concevoir sans intégrer la question des territorialités. Sans faire de « name dropping, » la liste est longue[4] de ceux qui se sont penchés sur les territorialités multiples vécues par les populations, à travers les mobilités contemporaines et la « multidimensionalité » des modes de vie (souvent contraints, parfois choisis) qui débordent bien au-delà des unités spatiales juxtaposées ou emboîtées proposées au fil des réformes administratives. La sur-territorialisation dont ne parviennent pas à se défaire nos édiles n’a pas abouti, loin s’en faut, à une mise en cohérence et en harmonie des différentes politiques publiques répondant aux besoins de nos sociétés.

S’il fallait nuancer ces critiques, on pourrait signaler que le fait d’aborder les problèmes par un détour territorial ne relève pas non plus d’une spécificité française. Depuis longtemps les programmes ESPON d’aménagement du territoire européen proclament le « territory matters » et au fil des rapports valorisent la « place-based approach ». Plus récemment, le couple « hard space/soft space » a tenté de trouver des solutions en proposant de différencier les découpages administratifs et les circonscriptions d’action publique. Intégrant fortement la question des territorialités, les slogans utilisés, par les deux camps, avant et après le referendum du Brexit ont largement fait référence à des représentations territoriales telles que « Global Britain », « Middle England », « Left Behind Britain »[5]. Ces expressions et les « narratives » qui les accompagnaient ont pesé fortement dans les choix des électeurs.

Les questions soulevées ici ne concernent pas uniquement les ravaudages des politiques territoriales, mais aussi les politiques sectorielles qui présentent aussi des implications territoriales. Le mauvais exemple de la polarisation de la carte universitaire[6] induite par la future loi de programmation de la recherche 2021-2030 dite LPPR, démontre s’il en était besoin l’écart, par ailleurs bien connu, entre le dire et le faire que porte cette nouvelle séquence territoriale. Confrontés à ce double traitement de la question territoriale, les géographes ne peuvent qu’adresser ce message aux décideurs qui invoquent le territoire : allez, encore un effort pour être vraiment territorial !!


[1] Rémi-Giraud S, 2005, « France d’en haut / France d’en bas : Raffarin tout terrain » Mots. Les langages du politique 2005/1 (n 77),

[2] Lors de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale, le Premier Ministre Jean Castex a employé le mot « territoire » à 25 reprises. Le lendemain, lors de sa prise de parole au Sénat, il l’a également utilisé 33 fois

[3] Ferrier. J.P., 1984, Antée1, La géographie, ça sert d’abord à parler du territoire ou le métier des géographes, ed Edisud, Aix en Provence.

[4] Au risque d’en oublier certains, citons entre autres Claude Raffestin , Xavier Piolle, Guy Di Méo, Martin Vanier, Philippe Estebe,

[5] Sykes.O, 2020, A many and invisible kingdom? – the lost and found territories of ‘Brexit Britain’, Géocarrefour, 94.3.2020.

[6] Analyse produite par un collectif d’enseignants-chercheurs et de chercheurs de l’Université de Paris et du CNRS (septembre 2020)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.