Les Jeux Olympiques et Paralympiques à l’heure des villes globales. Analyse des candidatures ratées puis réussies de Paris et Tokyo

Avant-propos : cet article propose une analyse comparative des candidatures de Paris et de Tokyo pour l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques lors des éditions 2008, 2012, 2016, 2020 et 2024. L’analyse présentée ne traite pas de l’influence du report lié à la crise du Covid 19 de Tokyo 2020 en 2021.

Introduction
Les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) de Tokyo 2020 et Paris 2024 sont annoncés comme exemplaires sur les plans environnementaux et budgétaires. Afin d’éviter la construction d’équipements trop ambitieux comme à Athènes, de ne pas reproduire la ségrégation socio-spatiale induite par la préparation des Jeux de Rio ou de Pékin, et pour ne pas s’aligner sur le niveau de dépenses de l’édition de Sotchi, les porteurs des candidatures des capitales japonaise et française s’appuient sur l’expérience des Jeux de Londres et sur les engagements climatiques Conversation proposée par :
Alexandre Faure
Post-doc – Fondation France-Japon de l’EHESS, France
pris lors des Conférences des Parties. Ils promettent des Jeux compacts, avec un faible impact sur la ville et une optimisation du fonctionnement de l’événement fondée sur les atouts de ces deux métropoles : un réseau de transport existant efficace, des infrastructures sportives nombreuses aux normes internationales, une expérience de l’accueil des grands événements, et une renommée internationale liée à leur patrimoine culturel et architectural.

Ces projets olympiques à court terme (8 ans entre la désignation de la ville hôte et la tenue des Jeux), sont inscrits dans des stratégies urbaines plus larges. En effet, les dossiers de candidatures sont l’occasion pour les autorités publiques locales et nationales d’amender les stratégies urbaines existantes en accélérant le développement des zones devant accueillir des équipements et des infrastructures olympiques. Par son calendrier et par l’importance de l’événement au niveau international comme au niveau local, les JOP permettent de mobiliser des ressources et de renforcer ou de créer les coalitions nécessaires à la poursuite des objectifs de transformation urbaine (Andanovich et al. 2011 ; Homma et al. 2013). Comme le montre John Lauermann, les candidatures peuvent être considérées comme des « catalyseurs », la gouvernance du comité de candidature impose de chercher des consensus entre les parties-prenantes, contribuant ainsi à transformer leurs objectifs au gré de la définition du projet urbain olympique. Le projet urbain olympique est alors un agrégat et une synthèse des agendas politiques des acteurs de la candidature (Baim, 2009 ; Leopkey, 2009 ; Lauermann, 2016a).

Les candidatures pour l’accueil des JOP prennent place dans un contexte de compétitions inter-étatiques et inter-urbaines prononcées. (Preuss, 2004 ; Liao et al, 2006 ; Andranovich et al., 2011 ; Kontokosta, 2012 ; Shin, 2014 ; Viehoff et al, 2015). Alors que la compétition pour l’obtention des éditions de 2022, 2024 et 2028 est marquée par une diminution du nombre de villes candidates et par une opposition importante dans certaines villes ayant conduit au retrait de plusieurs candidatures (Fabry et al., 2020), cet évènement apparaît comme un instrument de légitimation des politiques d’attractivité et de compétitivité fondées sur une vision néolibérale de la ville. Ainsi, les sites retenus pour Tokyo 2020 et Paris 2024 sont au cœur des stratégies urbaines des autorités locales et nationales japonaises et françaises. La baie de Tokyo qui accueille le village olympique est l’objet d’une multitude de projets publics et privés visant à déplacer certaines fonctions urbaines (marchés, ports) et à développer l’immobilier de bureaux et les résidences luxueuses en lieu et place d’anciens sites industrielles installés sur des terre-pleins construits sur l’océan (Machimura, 1998 ; Kuniko, 2003 ; Sorensen et al., 2010 ; Appert et al. 2017). À Paris, les principaux sites sont concentrés en périphérie du centre historique, notamment en Seine-Saint-Denis autour des nouvelles gares du Grand Paris Express. L’objectif est de développer un quartier regroupant des immeubles de standings et des bureaux pour favoriser la mutation économique de ce territoire, tout en gardant un objectif de mixité sociale par la reconversion d’une partie du village en logements sociaux. Dans ces deux villes, les sites olympiques sont des symboles de la requalification de quartiers populaires aux activités dépréciées par la globalisation. De ce fait, les projets urbains olympiques des éditions 2020 et 2024 ne marquent pas une rupture, ils sont intégrés à une stratégie de développement plus globale dont l’origine est antérieure et extérieure aux candidatures.

De nombreux travaux ont mis en lumière les projets urbains olympiques de villes candidates par l’étude simultanée des dossiers de candidatures et des documents d’urbanisme. Ces travaux se concentrent sur des candidatures uniques récentes comme celle du Cap 2004 (Hiller, 2000), Toronto 2008 (Oliver, 2003), Londres 2012 (Baim, 2009), Chicago 2016 (Mowatt and Travis, 2015), Boston 2024 (Lauermann, 2016), ainsi que sur des candidatures à répétition comme Boston (Kassens-Noor, 2019) et Istanbul (Bilsel and Zelef, 2011). D’autres études privilégient une approche historique comme dans les travaux sur Lyon 1968 (Benneworth and Dauncey, 2010), Delhi 1992 (Bandyopadhyay, 2014) et Berlin 2000 (Alberts, 2009). Ces études ont permis de mettre en lumière le lien entre la candidature et les stratégies urbaines, à la fois en montrant comment les autorités locales utilisent les JOP pour accélérer le développement de certains projets, mais aussi en révélant l’importance de la préparation de la candidature pour approfondir les stratégies existantes en enrichissant les diagnostics et en favorisant l’apparition de coalition d’acteurs. Néanmoins, ces études donnent assez peu d’importance aux arguments écrits dans les candidatures. Cette absence d’intérêt scientifique pour l’analyse des arguments présents dans les dossiers vient tout d’abord du format des dossiers eux-mêmes. Les dossiers de candidature pour les Jeux de 2008 et précédents étaient fondés sur une description des institutions, du projet olympique et sur des aspects techniques précis, en laissant très peu de place pour l’explication des choix. Après 2008, le CIO impose que les dossiers soient complétés par une explication de la « vision » et du « concept » des Jeux, comprenant aussi bien une justification de l’excellence de la candidature et de la ville candidate, tout en intégrant des garanties sur les valeurs de l’olympisme et la réalisation du projet urbain olympique.

En reprenant la distinction faite par John Lauermann, entre les projets à court-terme induits par la candidature aux JOP, et les stratégies urbaines de long-terme, et l’étude de leurs héritages distincts (comment le projet urbain olympique influence la stratégie urbaine par la création de coalitions d’acteurs ; et comment les stratégies urbaines de long-terme dictent au projet urbain olympique ses grandes lignes), nous faisons l’hypothèse que le dossier de candidature peut aussi avoir une influence sur le récit de la ville fait par les acteurs publics locaux et nationaux, tout comme ces acteurs peuvent utiliser la candidature pour affirmer le récit général de leur action sur la ville.

Ainsi, l’objectif scientifique de cet article est de comprendre dans quelle mesure l’étude d’un dossier de candidature permet de dégager les éléments argumentatifs relevant de la justification de l’orientation de son projet urbain olympique, et simultanément de la légitimation de la stratégie urbaine à long terme préexistante à la candidature. Pour cela, nous souhaitons interroger deux notions centrales des argumentaires déployés pour les candidatures de Paris 2008, 2012 et 2024 et de Tokyo 2016 et 2020, à savoir la compacité et la sobriété. L’analyse de ces deux notions montre une uniformisation des récits urbains autour des candidatures pour les JOP de 2020 et de 2024, ainsi qu’une affirmation du statut de ville globale de Tokyo et de Paris.

Nous commencerons tout d’abord par rappeler les approches scientifiques existantes dans les études urbaines vis-à-vis des Jeux Olympiques (1), avant de préciser notre positionnement dans ce champ (2), et de présenter le matériau analysé et son intérêt (3). La seconde partie de l’article commencera pas une présentation des contextes dans lesquels les candidatures de Paris et de Tokyo ont été présentées depuis 2008 (4), avant d’étudier l’utilisation des notions de compacité et relative à la sobriété dans les cinq dossiers (5). Finalement nous montrerons que les arguments déployés dans ces dossiers servent avant tout à affirmer le statut de ville globale de Paris et de Tokyo (6).

1. L’héritage des Jeux Olympiques, et des candidatures. État de la littérature sur les études olympiques.

L’analyse des arguments présents dans les dossiers de candidature amène à poser la question de l’héritage de ce dossier pour l’image de la ville candidate. Dans la littérature scientifique sur les JOP, l’héritage des candidatures est un sujet récent, émergeant autour des années 2010 et faisant suite à de nombreux travaux sur la notion d’héritage. L’héritage olympique est l’un des objets liés aux JOP les plus étudiés, à la fois en études urbaines, en économie et en architecture. Les premières études portant sur l’influence des Jeux se sont attachées à la question de l’héritage légué par les Jeux (Chappelet, 2012), tant sur le plan urbanistique qu’architectural (Andanovich et al. 2011 ; Homma et al. 2013). Plus récemment, des chercheurs ont essayé de mettre en place des modèles d’évaluation de l’héritage, de son utilisation après les Jeux et de la capacité des acteurs à entretenir cet héritage (Disckson et al. 2011 ; Preuss, 2015 ; Girginov, 2018). Cette évaluation intègre notamment l’impact social et environnemental. Parallèlement, une partie de la recherche actuelle sur l’héritage olympique s’est emparée du discours politique sur les Jeux dits « durables » pour en comprendre la portée, mais aussi pour en critiquer les lacunes (Leopkey, 2009 et 2012 ; Shalini, 2013 ; Gold 2015). Si le discours écologique et sociale accolé aux Jeux est l’objet de critiques et d’interrogations, c’est aussi le cas de la notion d’héritage puisque son utilisation par le Comité Olympique tout comme par les comités de candidature entraîne un surenchérissement de la valeur donnée à celui-ci à travers la communication politique (MacAloon, 2008).

Les économistes, de leur côté, ont tenté de mesurer si oui ou non, les JOP génèrent de la croissance. Cependant, ces travaux n’ont pas permis de définir des résultats consensuels : les résultats oscillant entre une croissance supplémentaire marginale et ou une dilution dans des dynamiques globales et ou locales limitant la capacité des chercheurs à trouver des éléments tangibles pour la mesurer (Hiller, 2000 ; Flyvbjerg, 2018 ; Surborg et. al., 2008 ; Kassens-Noor, 2012 ; Benneworth, 2010 ; Smith, 2012 ; Spirou, 2013 ; van Wynsberghe et. al., 2013 ; Viehoff, 2015 ; Gouguet et. al., 2017). D’autres études ont aussi tenté de montrer les effets négatifs de l’obtention et de l’accueil des Jeux Olympiques, sans réussir à définir un cadre général (Lenskyj, 2000 et 2002 ; Baade et Mathson, 2002 ; Chalip’s, 2006 ; Preuss, 2007 ; Watt, 2013). De fait, les études sur l’économie des Jeux montrent que la multiplicité des contextes des villes hôtes rend difficile l’établissement d’un modèle spécifique à l’économie des Jeux.

Enfin, des travaux plus récents ont porté sur les conséquences de candidatures à répétition et sur l’héritage lié aux candidatures échouées. La multiplication des candidatures pour l’accueil de grands évènements (JOP, exposition universelle, coupes du monde…) favorise l’obtention des Jeux Olympiques et Paralympiques (Lauermann, 2014 ; Salisbury et al., 2017). Cela s’explique par l’acquisition d’une expérience et de compétences spécifiques à l’écriture de candidatures par les comités nationaux, répondant le plus précisément possible aux exigences du CIO, facteur essentiel de la course à l’investiture venant s’ajouter à l’influence diplomatique dont l’ampleur est plus difficile à mesurer (Salisbury et al., 2017). La capacité d’une candidature à obtenir le soutien d’un large spectre du corps politique au niveau national et local est considérée comme un facteur de réussite fondamental par le CIO. Par conséquent, même en échouant, le processus de candidature offrirait aux porteurs du projet et à la ville candidate, des effets positifs concernant la structuration politique autour d’une éventuelle nouvelle candidature. John Lauermann indique que les coalitions d’acteurs créées dans ce cadre améliorent la compétitivité internationale par la diffusion d’une image positive de la ville et de ces acteurs. La multiplication des candidatures aurait quant à elle l’avantage d’approfondir les projets urbains grâce à la nécessité d’établir de nombreux diagnostics sur la ville, ses problèmes, et ses atouts (Lauermann, 2016a).

2. Tokyo 2020 et Paris 2024, affirmation du statut de ville globale.

Il existerait donc des modèles non pas économiques pour les Jeux, mais des modèles de candidatures. Cet article à pour but de comparer les arguments communs aux candidatures de Paris et de Tokyo (2008, 2012, 2016, 2020 et 2024) pour en faire surgir les continuités et les ruptures. Nous serons alors en mesure de savoir si elles forment un modèle spécifique pour les Jeux ou si elles forment deux candidatures différentes et non-conciliables.

L’héritage, qu’il prenne la forme d’un développement économique, ou d’aménagements urbains et de gestes architecturaux, est aussi symbolique. Il permet à des acteurs publics de nourrir un récit en faisant apparaître une rupture que les Jeux symboliseraient. Comme le montre Yoshimi concernant les Jeux de 1964 à Tokyo, le pouvoir central et local ont utilisé cette date pour annoncer le retour du Japon dans le concert international, comme un pays développé et un leader technologique (Yoshimi, 2019). Tout en montrant que l’héritage olympique peut être associé à une transformation profonde de la ville hôte et de sa région, les études existantes s’attachent finalement très peu à démontrer le caractère performatif du récit inscrit dans les dossiers de candidatures. Pour autant, dans la lignée du travail de John Lauerman (2014), Salisbury et. al., considèrent le processus de candidature comme un moment durant lequel les acteurs de la ville hôte peuvent mettre en place des outils pour générer un projet urbain, consolider sa gouvernance et ainsi participer à légitimer le récit que les acteurs font de la ville. Ils analysent les liens existant entre les acteurs publics et privés d’une ville avec le CIO et les autres comités ayant portés une candidature auparavant, induisant un transfert de compétences et de connaissances d’une édition à une autre (Salisbury et. al., 2017). Ce transfert de compétences et de connaissances a nécessairement une influence d’un point de vue de l’argumentation inscrite au dossier. Non seulement ce transfert existe entre des candidatures de villes différentes, comme c’est le cas entre la candidature de Londres pour 2012 et de Tokyo pour 2020, mais aussi et surtout entre des candidatures d’une même ville, comme nous le montrerons dans cet article pour les candidatures de Paris 2008, 2012 et 2024, et Tokyo 2016 et 2020.

Ainsi, il existe entre certaines candidatures, des modèles argumentatifs centrés autour de l’utilisation des Jeux au service de l’économie urbaine à partir de modes d’interventions différents. John Lauermann propose de distinguer trois types de candidatures : 1) les candidatures étatiques nationalistes (Sotchi, Istanbul, Pékin), 2) les candidatures pour le développement urbain (Barcelone, Athènes, Sydney), 3) les candidatures « confiantes » (New-York, Londres, Los Angeles). Ces candidatures confiantes sont marquées par un argument renversant le bénéfice entre les Jeux et la ville : ce serait la ville globale, par sa renommée et sa capacité de rayonnement qui serait bénéfique à l’olympisme, et non pas la ville qui bénéficierait de l’apport des Jeux.

L’objectif de cet article, est de montrer que les argumentaires des candidatures de Tokyo 2020 et de Paris 2024 ont en commun d’être devenus des candidatures confiantes en comparaison des arguments utilisés pour 2008, 2012 et 2016 relevant plutôt de candidatures fondées sur le développement urbain. Cela se caractérise par l’affirmation de Jeux sobres et compacts basés sur la capacité de ces villes à accueillir un tel évènement sans avoir besoin d’une transformation urbaine spécifique. L’obtention des Jeux viendrait alors renforcer leur statut de ville globale pour laquelle l’accueil d’un mega-évènement est une fonction urbaine à part entière.

3. Analyser et étudier les dossiers de candidatures, une comparaison évidente mais délicate

Les dossiers de candidature de Paris 2008, 2012, 2024 et Tokyo 2016 et 2020 sont tous composés de trois volumes, dont les plans sont assez proches d’un dossier à l’autre, sans être identiques (voir tableau ci-après). Notons que les dossiers de candidatures remis au CIO sont écrits dans les deux langues officielles de l’institution, le français et l’anglais. Nous avons décidé de comparer les versions françaises de ces dossiers.

  • « Oui Paris 2008 : Ville candidate », Groupement d’intérêt public Paris 2008, 2000.
  • « Paris 2012 : Ville candidate », Comité de candidature Paris 2012, 2004.
  • « Tokyo 2016 : Candidate city », Tokyo 2016, 2008.
  • « Tokyo 2020 : Discover Tomorrow », Tokyo 2020 Olympic Games Bid Committee, 2013.
  • « Dossier de candidature : Paris ville candidate Jeux Olympiques 2024 », Paris ville candidature Jeux Olympiques 2024, 2016.

En comparant les plans des dossiers ci-dessus, il apparaît que Paris 2024 présente un format singulier par rapport aux dossiers précédents. Cette singularité est directement le résultat de la réforme du Comité International Olympique soumise par Thomas Bach à partir de 2013 lors de son élection. Cette réforme, intitulée Agenda 2020 est appliquée à partir des candidatures de 2022 et 2024 dans le but d’apporter aux villes candidates une expertise dans la construction de leur candidature, de leur dossier et des objectifs qu’elles poursuivent (page 13, Olympic Agenda 2020 midway report, CIO). Comme le montre le rapport intermédiaire, l’un des objectifs est de favoriser un projet urbain olympique inscrit dans la durée et qui promeut au maximum les installations existantes sur la construction de nouveaux équipements (page 5, ibidem). Cet objectif est directement lié aux candidatures de Paris et Los Angeles (page 7, ibidem), dont les budgets pour la construction de nouvelles infrastructures sont très faibles, relativement aux candidatures précédentes.

Ce point pose cependant la question de la prévalence de l’objectif de sobriété. Dans le document Olympic Agenda 2020, Midway report, l’origine de cet objectif est donnée au CIO : « The IOC to actively promote the maximum use of existing facilities and the use of temporary and demountable venues. The maximum use of existing facilities and the use of temporary and demountable venues is systematically promoted. This led to the 2024 candidate cities, Los Angeles and Paris, having significantly lower infrastructure budgets than in the past » (page 7, ibidem). En comparant les dossiers de candidatures, on note cependant que cet objectif était inscrit dans les dossiers bien avant 2013 et la réforme de Thomas Bach, comme nous allons le voir plus après. Par ailleurs, la réforme proposée par l’Agenda olympique 2020 ne décrète pas d’objectif de compacité.

La comparaison des dossiers de candidature s’inscrit dans un contexte local et national, tout comme dans les tendances du mouvement olympique. De la même manière, les débats au sein du CIO prennent à la fois en compte des logiques propres aux membres de ce comité, ainsi que les questions sociales, économiques et politiques traversant les villes hôtes et candidates. De ce fait, les contextes nationaux et locaux peuvent avoir une influence sur les débats engagés par le CIO. Ces débats sont actuellement nourris par la critique du coût élevé des infrastructures et des équipements olympiques construits dans des métropoles comme Athènes et Rio, ou dans une petite ville comme Sotchi, se traduisant par la diminution de l’attractivité des JOP auprès des populations des villes potentiellement candidates comme Rome et Budapest (Fabry et al., 2020). Il n’est donc pas anodin que la réforme de l’Agenda 2020, qui met en valeur les candidatures limitant au minimum les constructions nouvelles, ait lieu alors que les candidatures de villes globales possédant une grande partie des infrastructures et équipements requis, sont nombreuses (Londres, Paris, Tokyo, Los Angeles, New York, Pékin). Il est alors difficile de savoir si les candidatures de Tokyo 2020 et Paris 2024, construites sur des investissements limités, promouvant le développement durable et la gestion prudente des dépenses, interviennent comme des réponses à l’Agenda 2020, ou si elles en sont, au moins partiellement, à son origine.

Pour répondre à cette interrogation, nous proposons dans la partie suivante de comparer les dossiers de candidatures de Paris et Tokyo d’avant la réforme (2008, 2012 et 2016) et ceux qui interviennent pendant la mise en place de l’Agenda 2020 (2020 et 2024). Le but est de comparer dans les dossiers de candidature les arguments avancés et les engagements pris par les organisateurs, afin de mieux définir ce que les concepts de compacité et de sobriété signifient pour ces acteurs, tout en les plaçant dans des contextes, locaux, nationaux et internationaux spécifiques pour chaque candidature. Cette comparaison permettra de mettre au jour les continuités et les ruptures argumentatives liées à ces deux concepts centraux des candidatures de ces deux villes.

4. D’un argument de rayonnement international (Paris 2008, 2012 et Tokyo 2016), à celui de la reconstruction nationale (Tokyo 2020 et Paris 2024).

La candidature de Paris en 2001 pour les Jeux de 2008 a lieu après plusieurs échecs français pour Lille et Paris dans les années 1980 et 1990. Cette candidature est présentée principalement à partir de la question du développement durable et de la protection de l’environnement (vol. 1, page 54-60, Paris 2008). Elle est portée par un gouvernement de cohabitation gauche-droite (1997-2002), dans un contexte de transformation radicale du paysage politique local avec l’alternance de 1998 au conseil régional d’Ile-de-France et la position très précaire du maire de Paris entre affaires de corruption et division dans sa majorité (Faure, 2018). La candidature avait été émaillée de conflits politiques forts entre droite et gauche, entre la mairie de Paris soutenue par le Président de la République d’un côté, et le conseil régional soutenu par le gouvernement de l’autre. Le gouvernement avait notamment jugé inopportun de porter une candidature quatre ans après Athènes alors que la règle informelle de l’alternance des continents semblait suivie par le CIO. Il est probable que ce manque d’unité politique et les conflits entre les différents échelons au moment des réformes de décentralisation aient pu avoir une influence négative dans l’évaluation du dossier par le CIO qui donne à l’unité politique derrière la candidature une place centrale dans les critères d’évaluation (Salisbury et al. 2017). Suite à l’échec pour les JOP de 2008, Paris est de nouveau candidate pour 2012 et perd face à Londres. Cette candidature, plus ambitieuse, sera un moment important de remise en cause pour le comité national olympique français (Mercier et Fillion, 2005 ; Issert et Luzenfichter, 2006). La victoire de Londres alimentera un discours de déclin de la région parisienne sur le plan économique et symbolique dans les années 2000 (Faure, 2018). La ville ne sera finalement pas candidate pour 2016 et 2020, mais pour l’édition de 2024, parallèlement à une candidature pour l’accueil de l’exposition universelle en 2025. Cette dernière sera abandonnée peu après l’investiture de Paris pour les Jeux de 2024.

La candidature du comité olympique japonais pour Tokyo 2016 intervient au milieu des années 2000, avant la crise financière. Il s’agit pour les porteurs japonais de promouvoir des Jeux ayant un faible impact sur la ville, tant du point de vue de la construction des infrastructures et des équipements que de l’organisation des services publiques de transports durant la période des Jeux (Vol. 2, page 5, Tokyo 2016 ; Vol. 3, page 95, Tokyo 2016). La candidature de 2016 échoue face à celle de Rio, beaucoup plus ambitieuse concernant les équipements et les changements urbains annoncés notamment en matière d’infrastructures de transport. La candidature du Brésil pour 2016 possédait un atout majeur face au Japon, celui de s’appuyer sur la candidature réussit pour l’accueil de la coupe du monde de football en 2014 (la candidature est intervenue au cours du printemps 2007). Cette double candidature est un avantage significatif (Lauermann, 2016a ; Salisbury et al., 2017).

Suite à cet échec, le comité japonais porte une nouvelle fois la candidature de Tokyo pour 2020. Le tremblement de terre, suivi d’un tsunami et d’un accident nucléaire en 2011 n’ont pas diminué l’ambition du comité olympique japonais. Celui-ci utilise l’argument de la reconstruction et du besoin d’unité face à la catastrophe pour la justifier. Le dossier dit vouloir prendre « le meilleur de 2016 » et s’inspirer de Londres (vol. 1, préface, Tokyo 2020). Plus encore, le Japon porte plusieurs candidatures pour d’autres évènements importants tels que la coupe du monde de rugby 2019 (candidature en 2009) et l’exposition universelle de 2025 ; notons d’ailleurs que la France accueillera aussi la coupe du monde de rugby un an avant les JOP en 2023.

Finalement, les objectifs inscrits dans la candidature de Tokyo pour 2020 sont similaires à ceux de 2016. Le succès des Jeux de Londres et la concordance des objectifs de Tokyo avec ceux-ci ont pu favoriser l’investiture de Tokyo tout comme le respect de la règle informelle de l’alternance des continents, alors même que la similarité des objectifs entre les candidatures de 2016 et 2020 contraste avec des contextes économiques et environnementaux fondamentalement différents.

Les deux cartes suivantes sont les synthèses des dossiers de candidature de Paris 2008, 2012 et 2024, puis de Tokyo 2016 et 2020. Dans le cas de Paris, si des changements spatiaux interviennent notamment concernant la localisation du village olympique, les candidatures de Tokyo ne sont pas fondamentalement différentes. Tokyo 2020 reprend le découpage en deux zones proposé pour 2016 et modifie légèrement l’emplacement du village olympique tout en réintégrant le stade de 1964 au cœur du projet urbain.

Le tableau ci-dessous récapitule les candidatures françaises et japonaises pour des mega-évènements. Il montre que les candidatures fonctionnent par grappes pour les deux pays, particulièrement denses pour la période 2016-2024.

5. La compacité et la sobriété : deux éléments centraux des projets urbains olympiques tokyoïte et parisien.

Comme nous l’avons indiqué en introduction, la compacité est utilisée dans les cinq dossiers (2008, 2012, 2016, 2020 et 2024) pour caractériser la configuration spatiale des sites olympiques choisis. Dans le tableau suivant, nous comparons les caractéristiques de la compacité dans chacun des dossiers. De fait, la compacité est avant tout définie comme une proximité géographique. Dans le second tableau, nous avons comparé la définition de compacité présente dans les dossiers.

La compacité des sites n’est pas une référence immédiate à la notion de « ville compacte », mais bien plus l’expression de la proximité des sites avec le village olympique. La proximité des sites intervient dans deux arguments présents dans chacun des cinq dossiers : le confort des athlètes et des délégations, ainsi que la poursuite d’objectifs environnementaux. Il s’agit dans les deux cas de mettre en valeur l’une des singularités des Paris et de Tokyo, à savoir une extrême densité urbaine, un réseau de transport public très développé et des infrastructures nombreuses en périphérie immédiate du centre-ville. De ce fait, la compacité est aussi accompagnée d’un argument visant à montrer la sobriété des Jeux.

Nous utilisons ici le mot sobriété pour définir une vision des Jeux avec un faible nombre de constructions nouvelles, un faible impact sur les finances publiques et avec un argument de bonne gestion. De fait, à Paris comme à Tokyo, les dossiers de candidatures mettent en avant le fait que les sites existants sont nombreux et que la construction de quelques nouveaux bâtiments entre dans les stratégies à long terme des décideurs publics. Cependant, en faisant la liste des bâtiments supplémentaires à construire, on constate une différence importante entre la candidature pour Paris 2024 avec une construction supplémentaire annoncée dans le dossier, et Tokyo 2020 avec huit constructions supplémentaires.

Pour autant, les constructions sont nombreuses, notamment d’un point de vue des équipements supplémentaires construits spécifiquement pour les Jeux.

Comme nous le voyons sur le tableau ci-dessus, les équipements supplémentaires sont plus nombreux que les équipements prévus. Le CIO définit les équipements prévus par les installations dont la construction avait été planifiée avant la candidature pour les Jeux Olympiques, contrairement aux équipements supplémentaires. On notera plusieurs éléments dans ce tableau, tout d’abord le passage du stade olympique de Tokyo du statut de supplémentaire en 2016 à celui de prévu en 2020, alors que la situation est plus complexe. Le stade prévu en 2016 est un stade totalement nouveau, construit sur la Baie, il est donc effectivement un supplément à ce qui existe. Mais le stade prévu pour 2020 est une rénovation du stade de 1964. Dans les faits, les autorités japonaises prévoient de garder seulement quelques éléments de l’ancien stade et de reconstruire par-dessus ces éléments un nouveau stade. Cette reconstruction est décidée pendant la candidature de Tokyo pour les Jeux de 2020 et devrait donc être classée en site supplémentaire. Ensuite, dans la candidature de Paris pour 2008, une seconde grande salle est prévue en supplément des salles existantes. Celle-ci deviendra malgré l’échec de la candidature un projet, pérenne, bien que son exécution soit lente. Il s’agit aujourd’hui du projet de salle Bercy Arena II, inscrite comme installation prévue dans la candidature pour 2012 et 2024. Finalement, l’élément le plus important de ce tableau est l’accroissement du nombre d’équipements supplémentaires prévus dans le cadre de la candidature de Tokyo pour 2020 par rapport à 2016. Cela vient nuancer notre hypothèse initiale qui voudrait que la candidature de Tokyo 2020 s’appuie plus que celle de 2016 sur un projet urbain olympique limitant le nombre de nouvelles constructions. Si pour 2016, la majorité des sites sont considérés comme existants, ce n’est plus le cas pour 2020. Cependant, cette inflation du nombre des équipements est liée à une modification du statut d’équipements existants nécessitant des travaux pour le dossier de Tokyo 2016, à un statut de sites supplémentaires dans le cas du dossier de Tokyo 2020. Cette modification du statut est difficile à analyser, car les caractéristiques des sites sont les mêmes ou sont très proches (Ariake Arena, installations de l’île de rêve).

En comparant grâce au tableau ci-dessous, les définitions données au concept olympique dans les candidatures et que nous avons regroupées sous la notion de sobriété/responsabilité, il apparaît une continuité très forte entre quatre dossiers (Paris 2008, 2012, 2024 et Tokyo 2016) et une inflexion dans le dossier de Tokyo pour 2020. En effet, si les cinq dossiers essaient de montrer que Paris et Tokyo possèdent une grande partie des infrastructures et des équipements nécessaires (à la fois au niveau des sites sportifs, des infrastructures de transports et des hébergements) à l’accueil des compétitions. Les installations supplémentaires et ou prévues, doivent répondre aux « besoins des habitants » de ces métropoles, sans pour autant que les documents ne précisent comme sont évalués ces besoins. De plus, les dossiers de candidatures associent la limitation des constructions permanentes à leur engagement en faveur de la protection de l’environnement et du développement durable, mais ne font pas mention de la volonté de diminuer les coûts de construction est d’entretien. De manière générale, les dossiers ne proposent jamais de diminuer les coûts, mais plutôt de ne dépenser que ce qui est nécessaire. Parallèlement, les objectifs de développement durables ne sont pas fixés précisément dans les dossiers de candidature et ils restent dans le domaine de la promesse induite par une tendance globale à la mise en valeur d’objectifs environnementaux flous, à laquelle les JOP ne font pas exception (Leopkey, 2009 et 2012 ; Shalini, 2013 ; Gold 2015). Finalement, les apports promis par les candidatures de ces deux villes au mouvement olympique sont d’une autre nature que les investissements dans les infrastructures, à savoir l’augmentation de l’image des Jeux par le patrimoine, la culture et la gastronomie.

6. Deux villes globales en quête de légitimité.

Dans les dossiers de Tokyo pour 2016 et 2020, apparaît une notion spécifique absente des candidatures de Paris, à savoir celle de métropole mature. Appert et Languillon-Ausserl définissent la maturité comme la combinaison d’une stagnation démographique, d’un vieillissement de la population, d’une relative stagnation de la croissance économique notamment du fait du fléchissement du marché immobilier (page 7, Appert et al., 2017). Dans ce contexte, les candidatures de Tokyo seraient interprétables comme des instruments politiques visant à soutenir la croissance économique par la valeur assurantielle sur l’immobilier du projet urbain olympique (page 3, ibidem). L’étude conclue par la possibilité de classer les villes olympiques à partir de plusieurs critères entre des villes globales olympiques matures (Londres, Tokyo, Paris), des villes olympiques émergentes et des métropoles olympiques régionales. Dans ce contexte, les candidatures de Londres, Paris et Tokyo s’appuient sur une volonté de renforcer le secteur immobilier dans la continuité des grands programmes de rénovations urbaines de ces métropoles dont les quartiers olympiques sont l’une des composantes.

En nous basant sur les travaux de John Lauermann, nous proposons de classer Londres, Paris et Tokyo dans une même catégorie liée à la ville globale, à partir d’une analyse argumentative des dossiers de candidatures. En effet, si les villes globales présentent des projets urbains olympiques spécifiques, ces dossiers sont aussi des outils de diffusion d’un récit de la ville globale. Or ce récit politique de la ville globale ne prend pas les mêmes habits en 2008 et en 2024, alors même qu’ils se fondent sur les atouts de compacité et de sobriété des candidatures. En comparant les dossiers de 2008, 2012, 2016, 2020 et 2024, il apparaît que seuls les dossiers victorieux (2020 et 2024) sont caractérisés par un argumentaire « confiant ».

En 2008, en 2012 et en 2016, les dossiers de candidatures mettent en avant « des Jeux qui redessinent la ville » (vol. 2, introduction, Paris 2008), marquant « les esprits et les cœurs d’une génération de français » (vol. 1, introduction, Paris 2012). La candidature de Tokyo 2016 commence par une longue introduction sur l’héritage des Jeux de 1964 pour la ville et le pays. Profondément, ces candidatures sont construites d’un point de vue argumentaire afin de montrer ce que les projets urbains olympiques apportent à la ville. Ce n’est plus le cas avec les candidatures pour 2020 et 2024.

La candidature de Paris pour 2012 laisse entrevoir un changement d’approche par rapport à la candidature pour 2008. L’accent est mis sur ce que la ville de Paris peut apporter à l’olympisme : « La candidature de Paris à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2012 repose sur une ambition et une vision : enrichir toujours plus l’expérience olympique par un mélange unique d’excellence sportive et de créativité culturelle ; apporter une « french touch » à la célébration de cette superbe fête universelle que le Mouvement Olympique offre à l’humanité depuis Pierre de Coubertin » (vol. 1 introduction, Paris 2012). La candidature de Tokyo pour 2020 est aussi marquée par cette position dès la première phrase : « Tokyo est la ville où le monde entier afflue pour découvrir le futur. Portée par une culture de l’innovation en continue et par sa jeunesse dynamique, la ville s’est illustrée au fil du temps par sa faculté à dessiner de nouvelles tendances mondiales. […]. Tokyo utilisera sa culture de l’innovation pour apporter sa contribution au sport et à l’Olympisme sur le long terme » (vol. 1, introduction, Tokyo 2020). Finalement, la candidature pour 2024 présente des arguments similaires : « Les Jeux olympiques de Paris 2024 offriront une nouvelle vision de l’« olympisme en action ». Dans le berceau du Mouvement olympique moderne, ils seront organisés dans un esprit unique de célébration universelle. Paris, l’une des villes les plus stimulantes, sera mise à la disposition des athlètes pour qu’ils partagent avec le monde leurs exploits et leurs incroyables histoires » (vol. 1, page 12, Paris 2024).

Conclusion : Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020 et Paris 2024, un récit de la puissance des villes globales.

Les dossiers de candidature de Paris et de Tokyo mettent en avant une transformation dans le rapport de ces deux villes aux Jeux Olympiques. Les candidatures pour 2008, 2012 et 2016 interviennent dans une période de stagnation économique et de rénovation urbaine de la périphérie des centres de ces deux agglomérations. Les arguments utilisés sont en faveur du développement durable et de la sobriété, deux grands principes caractérisés dans les dossiers par la mise en valeur de la compacité des sites retenus et par la limitation de la construction de nouvelles infrastructures. Ces trois dossiers présentent les avantages qu’elles tireront de l’accueil des Jeux : une accélération de la réalisation des stratégies urbaines et une amélioration des infrastructures et des équipements notamment dans le domaine de l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap.

Les candidatures de Tokyo 2020 et Paris 2024 diffèrent des précédentes. Le tremblement de terre de 2011 au Japon et les attentats de 2015 en France donnent à ces candidatures l’objectif de la reconstruction de l’image de ces villes. La compacité et la sobriété deviennent, dans l’argumentaire, des atouts urbains montrant la puissance de ces villes capables de rassembler sur un territoire restreint la quasi-totalité des sites de compétition, le village olympique, le centre des médias et de les relier par un réseau de transport efficace et existant. Il s’agit au final de deux candidatures proposant de « sublimer » l’évènement grâce à leur patrimoine matériel et immatériel.

Ce basculement confirme deux hypothèses développées par Lauermann d’un côté et par Salisbury et al. de l’autre. Les deux candidatures réussies sont des candidatures « confiantes », dans le sens ou le dossier tente de démontrer l’intérêt pour le mouvement olympique de choisir des villes globales comme Paris et Tokyo comme hôte. Ces villes n’auraient pas besoin des Jeux, mais elles peuvent apporter aux Jeux une image meilleure fondée sur une organisation efficace et peu dépensière grâce aux multiples fonctions, équipements et infrastructures déjà disponibles en leur sein. Une phrase du dossier de Tokyo 2020 résume cette affirmation de la puissance des villes globales : « L’été dernier, Londres 2012 a prouvé qu’une grande métropole très développée est toujours en mesure d’avoir un impact considérable, positif et d’envergure international » (vol. 1, page 3, Tokyo 2020). Pour autant, ces candidatures de 2020 et 2024 ne sont pas en rupture avec les candidatures précédentes pour 2008, 2012 et 2016. Il y a un transfert visible d’un dossier à un autre mis en avant par la similarité des concepts développés dans les dossiers alors même que les contextes sociaux, politiques et économiques sont fondamentalement différents.

L’étude des dossiers de candidatures de Tokyo et de Paris amènent cependant un certain nombre de questions qui restent à explorer. La première est le lien avec les stratégies globales des deux villes. Dans les dossiers, il est fait référence à plusieurs reprises d’une adéquation entre le projet urbain olympique et la stratégie régionale ou métropolitaine, sans que les dossiers ne précisent exactement le lien entre les deux. Le seul indice se situe dans le dossier de Tokyo pour 2020 dans lequel il est précisé que le plan « Tokyo Vision 2020 » et l’ancien plan « La Grande transformation de Tokyo » (plan à 10 ans), seraient tous les deux inspirés de la candidature de Tokyo pour 2016 (vol. 1, page 5, Tokyo 2020). Dans ce cadre, nous souhaiterions mener des entretiens avec les organisateurs de Tokyo 2020, des employés et des élus du Gouvernement Métropolitain de Tokyo afin de mieux comprendre l’imbrication du projet urbain olympique tokyoïte avec la stratégie du TMG[1].

La seconde question est celle de l’influence du CIO sur les objectifs fixés par les villes. Comme nous l’avons vu, la réforme de l’Agenda 2020 intervient au moment même ou les objectifs qu’elle définit sont appliqués par les villes candidates dans leur dossier. Si on entrevoit les grandes lignes de l’Agenda 2020 dans les candidatures de 2008, 2012 et 2016, rien n’indique que les instances du CIO s’en sont inspirées.

Enfin, d’un point de vue général, la situation actuelle liée à la pandémie de Covid-19 interroge l’organisation de ces grands évènements rassemblant des millions de spectateurs et des dizaines de milliers de participants du monde entier. Si les Jeux de Tokyo n’ont finalement pas lieu, ou s’ils ont lieu sans spectateurs étrangers et avec un nombre de participant restreint, la justification des dépenses pour préparer l’événement deviendra très difficile. Le seul report de l’événement pourrait égaler le coût de la préparation des Jeux (renégociation des contrats des partenaires et des diffuseurs, remboursement des billets, maintien de nombreux emplois, location du village olympique et des sites, coûts liés aux mesures sanitaires…). De plus, l’élection de Los Angeles en même temps que Paris, pour les Jeux de 2028, laisse une marge de manœuvre inédite pour le CIO, avec un délai de quatre ans supplémentaires avant de lancer un nouvel appel à candidatures pour les Jeux de 2032.

Londres, Paris, Tokyo et Los Angeles ont en commun d’avoir été sélectionné 3 fois chacune pour accueillir les Jeux d’été. Le parachèvement des objectifs de durabilité et les critiques envers le coût des investissements pour les équipements olympiques pourraient amener le CIO à trouver une formule favorisant plus encore les villes globales, voire à changer le format des JOP. Nous devrions connaître la réponse à cette dernière question d’ici à 2024.

Bibliographie :

Alberts H. C., 2009. « Berlin’s failed bid to host the 2000 Summer Olympic Games: urban development and the improvement of sports facilities ». International journal of urban and regional research, Vol. 33, No.2, 502-516.

Andranovich G., & Burbank M. J., 2011, « Contextualizing Olympic legacies ». Urban Geography, Vol. 32, No.6, 823-844.

Appet M., Languillon-Aussel R., 2017, Impact des Jeux Olympiques sur la recomposition des sociétés matures : le cas de Tokyo à travers ses comparaisons internationales, IOC Olympic Studies Centre.

Baim D., 2009, « Olympic-driven urban development ». In: Gavin P, & Iain M., (eds.), Olympic Cities: 2012 and the remaking of London (pp. 73-84). Surrey: Ashgate Publishing Limited.

Bandyopadhyay K., 2014, « In search of an Olympic legacy: the story of India’s failed Olympic bid », Sport in Society, Vol. 17, No.5, 609-616.

Benneworth P., & Dauncey H., 2010, « International urban festivals as a catalyst for governance capacity building », Environment and Planning C: Government and Policy, Vol. 28, No.6, 1083-1100.

Bilsel C., & Zelef H., 2011, « Mega Events in Istanbul from Henri Prost’s master plan of 1937 to the twenty-first-century Olympic bids », Planning Perspectives, Vol. 26, No.4, 621-634.

Chalip L., 2006, « Towards social leverage of sport events », Journal of sport & tourism, Vol. 11, No.2, 109-127.

Chappelet JL., 2012, « Mega sporting event legacies: a multifaceted concept », Papeles de Europa, No. 25, 76-86.

Dickson T. J., Benson A. M., & Blackman D. A., 2011, « Developing a framework for evaluating Olympic and Paralympic legacies », Journal of sport & tourism, Vol. 16, No.4, 285-302.

Fabry N., Zeghni S., 2020, « Pourquoi les villes ne veulent-elles plus accueillir les Jeux Olympiques ? Le cas des JO de 2022 et 2024 », Revue Marketing Territorial, 4.

Faure A., 2018, Les temporalités politiques et urbanistiques du Grand Paris. Bâtir une métropole hors-norme, thèse en Études Urbaines sous la direction de Marie-Vic Ozouf-Marignier, EHESS.

Flyvberg B., 2008, « Public planning of mega-projects : overestimation of demand and underestimation of costs », In : Priemus H., Flyvberg B., van Wee B. (ed), Decision-Making on Mega-Projects. Cost-Benefit Analysis, Planning and Innovation, Edward Elgar, Cheltenham, 120-144.

Gold J. et Gold M., 2008, « Olympic Cities : Regeneration, City Rebranding and Changing Urban Agendas », Geography Compass, Vol. 2, No.1, 300-318.

Gold J., & Gold M., 2015, « Legacy, sustainability and Olympism: crafting urban outcomes at London 2012 ». Staps, Vol. 3, No.105, 23-35.

Girginov V., 2018, Rethinking Olympic legacy, London: Routledge, 215 p.

Gouguet JJ., & Lesay JD., 2017, Paris 2024 : des jeux accélérateurs de développement territorial, Publications d’architecture et d’urbanisme, Paris.

Hiller, H. H., 2000,. « Mega‐events, urban boosterism and growth strategies: an analysis of the objectives and legitimations of the Cape Town 2004 Olympic Bid ». International journal of urban and regional research, Vol. 24, No.2, 449-458.

Homma K., Maumoto N., 2013, « A theoretical approach for the Olympic legacy study focusing on sustainable sport legacy ». The international journal of the history of sport, Vol. 30, No.12, 1455-1471.

Kassen-Noor E., 2012, Planning Olympic Legacies: Transport Dreams and Urban Realities, London: Routledge, 160 p.

Kassens-Noor E., 2019, « “Failure to adjust”: Boston’s bid for the 2024 Olympics and the difficulties of learning Olympic wisdom », Environment and Planning A: Economy and Space, Vol. 51, No.8, 1684–1702.

Kontokosta C., 2012, « The prince of victory : The impact of the Olympic Games on residential real estate markets », Urban Studies, 49(5), 961-978.

Kuniko F., 2003, « Neo-industrial Tokyo : Urban Development and Globalisation in Japan’s State-centred Developmental Capitalism », Urban Studies, Vol 40, 249-281.

Lauermann J., 2014, Legacy after the bid ? IOC Olympic Studies Centre.

Lauermann J., 2016a, « Temporary projects, durable outcomes: Urban development through failed Olympic bids? », Urban Studies, Vol. 53, No.9, 1885-1901.

Lauermann J., 2016b, « Boston’s Olympic bid and the evolving urban politics of event-led development » Urban Geography, Vol. 37, No.2, 313-321.

Lauermann J., 2017, Politics as early as possible: Democratizing Olympics by contesting Olympic bids. Protest and resistance in the tourist city, London: Routledge.

Lenskyj H. J., 2000, Inside the Olympic industry: Power, politics, and activism. SUNY Press.

Leopkey B., 2009, The historical evolution of Olympic Games legacy, Ottawa: University of Ottawa, 37 p.

Leopkey B., & Parent M., 2012, « Olympic Games legacy: from general benefits to sustainable long-term legacy », The international journal of the history of sport, Vol. 29, No.6, 924-943.

Liao H., Pitts A., 2006, « A brief historical review of Olympic urbanization », The International Journal of the History of Sport, 23(7), 1232, 1252.

Machimura T., 1998, « Symbolic use of globalization in urban politics in Tokyo », International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 22, No.2, 183-194.

MacAloon J., 2008, « ‘Legacy’ as managerial/magical discourse in contemporary Olympic affairs », The international journal of the history of sport, Vol. 25, No.14, 2060-2071.

Mowatt R. A., & Travis J., 2015, « Public participation, action, and failure: A case study of the 2016 Olympic bid », Loisir et Société/Society and Leisure, Vol. 38, No.2, 249-267.

Oliver R., 2014, « The legacies of losing: rethinking the ‘failure’ of Toronto’s Olympic Games bids », Sport in society, Vol. 17, No.2, 204-217.

Preuss H., 2007, « FIFA World Cup 2006 and its legacy on tourism », In : Conrady R., & Buck M., Trends and issues in global tourism, Springer, 83-102.

Salisbury P., Leopkey B. & Tinaz C., 2017, “Examining Positive Outcomes of Unsuccessuful Olympic Bids”, Final report for the ICO Olympic Studies Centre Advanced Olympic Research Grant Programme.

Shalini S. & Stubbs W., 2013, « Green Olympics, green legacies? An exploration of the environmental legacies of the Olympic Games », International review for the sociology of sport, Vol. 48, No.4, 485-504.

Shin HB., 2014, « Urban spatial restructuring event-led development and scalar politics », Urban Studies, 51(4), 2961-2978.

Smith A., 2012, Events and Urban Regeneration. The strategic use of events to revitalise cities, Routledge, Londres

Sorensen A., Okata J. & Fujii S., 2010, “Urban Renaissance as Intensification : Building Regulation and the Rescaling of Place Governance in Tokyo’s High-rise Manshon Boom”, Urban Studies, n°47, 556-583.

Spirou C., 2013, « The quest for Global City Statuts : politics, neo-liberalism and stadium development », in Lefebvre S., et al., Les nouvelles territorialités du sport dans la ville, Presses Universitaires du Québec.

Surborg B, Van Wynsberghe R. & Wyly E., 2008, « Mapping the Olympic growth machine », City, Vol. 12, No.3, 341–355.

Viehoff V., 2015, Mega-event cities : urban legacies of global sports events, Ashagate, Farnham.

Watt P., 2013, « It’s not for us’ Regeneration, the 2012 Olympics and thegentrification of East London », City, Vol. 17, No.1, 99-118.

van Wynsberghe R., Surborg B. & Wyly E., 2013, « When the Games come to town: Neoliberalism, mega-events and social inclusion in the Vancouver 2010 Winter Olympic Games », International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 37, No.6, 2074–2093.

Yoshimi S., 2019, « 1964 Tokyo Olympics as Post-War », International Journal of Japanese Sociology, 80-95


[1]              L’auteur de l’article devait effectuer un terrain de recherche au Japon au milieu de l’année 2020 et pendant les Jeux de Tokyo afin de réaliser ces entretiens et d’accomplir une observation des sites et des aménagements urbains prévus pour l’évènement. Les conditions sanitaires et la fermeture des frontières ont retardé la réalisation de cette partie de l’enquête, tout comme le report des Jeux en 2021 remet en cause les protocoles d’enquête initiaux.


Une réflexion sur « Les Jeux Olympiques et Paralympiques à l’heure des villes globales. Analyse des candidatures ratées puis réussies de Paris et Tokyo »

  1. Pour approfondir la connaissance des métropoles japonaises, voici quelques références de travaux récents :
    AVELINE-DUBACH N. (2019), The Financialization of Rental Housing in Tokyo. Land Use Policy, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02440007/document

    BUHNIK S. (2017), “The dynamics of urban de-growth in Japanese metropolitan areas: What are the outcomes of urban recentralisation strategies?”, Town Planning Review, 88 (1), pp.79-92. https://doi.org/10.3828/tpr.2017.7

    BUHNIK Sophie, (2017) « Contre le déclin urbain, la ville compacte. Retour sur quinze années de recentralisation urbaine au Japon », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Contre-le-declin-la-ville-compacte.html.

    BUHNIK S. (2017), « La promotion de la ville compacte a-t-elle amélioré l’accès aux ressources urbaines dans les métropoles japonaises ? Une observation à partir des dynamiques de décroissance de la conurbation d’Ōsaka-Kyōto-Kōbe », in Divya LEDUCQ, Helga-Jane SCARWELL & Patrizia INGALLINA (dir.), Modèles de la ville durable en Asie / Asian Models of sustainable city : utopies, circulation des pratiques, gouvernance, Bruxelles, Peter Lang, coll. EcoPolis, p. 363-380, http://www.metropolitiques.eu/Contre-le-declin-la-ville-compacte.html.

    HOLTHUS B., GAGNE I., MANZENREITER W., WALDENBERGER F. (2020), Japan Through the Lens of the Tokyo Olympics, London, Routledge. https://www.routledge.com/Japan-Through-the-Lens-of-the-Tokyo-Olympics-Open-Access/Holthus-Gagne-Manzenreiter-Waldenberger/p/book/9780367471682

    KAWAI, K., SUZUKI, M., SHIMIZU, C. (2019), “Shrinkage in Tokyo’s Central Business District: Large-Scale Redevelopment in the Spatially Shrinking Office Market,” Sustainability, 11(10), 2742.
    LÜTZELER Florian (2014), « Population Increase and ‘New-Build Gentrification’ in Central Tokyo », Erdkunde n°62/4, pp. 287–299., https://www.mdpi.com/2071-1050/11/10/2742

    N’DIAYE O., AVELINE-DUBACH N., LE GOIX R. (2018), « L’adoption du smart grid par les promoteurs japonais : une perspective immobilière sur la smart city », L’Espace géographique, 47, 4, 289-304
    https://core.ac.uk/download/pdf/231931851.pdf

    OHASHI H., PHELPS N.(2020) Diversity in decline: The changing suburban fortunes of Tokyo Metropolis, Cities, vol 103, 102693 https://www.researchgate.net/publication/336748679_

    PHELPS N., OHASHI H. (2018), Edge City Denied? The Rise and Fall of Tokyo’s Outer Suburban “Business Core Cities”, Journal of Planning Education and Research, https://www.researchgate.net/publication/325123114_Edge_City_Denied_The_Rise_and_Fall_of_Tokyo's_Outer_Suburban_Business_Core_Cities

    SORENSEN A., Tokaido Megalopolis: lessons from a shrinking mega-conurbation, International Planning Studies, 24:1, 23-39, https://www.researchgate.net/profile/Andre_Sorensen/publication/330687263_Tokaido_Megalopolis_lessons_from_a_shrinking_mega-conurbation/links/5ca35e25a6fdcc12ee8c6387/Tokaido-Megalopolis-lessons-from-a-shrinking-mega-conurbation.pdf

    YUI Y., KUBO T., MIYAZAWA H. (2017), Shrinking and Super¬ Aging Suburbs in Japanese Metropolis, Sociology Study, Vol. 7, No. 4, 195‐204, https://www.researchgate.net/profile/Tomoko_Kubo3/publication/321221881_Shrinking_and_Super-Aging_Suburbs_in_Japanese_Metropolis/links/5b875356a6fdcc5f8b710d7e/Shrinking-and-Super-Aging-Suburbs-in-Japanese-Metropolis.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.