Instagram, une source pour la recherche et l’enseignement en géographie ?

Texte commenté :
Piganiol V., 2017, « Instagram, outil du géographe ? », Cybergeo : European Journal of Geography, rubrique E-Topiques.

Ce texte, récemment publié dans la rubrique E-Topiques, ouvre un questionnement qui dépasse le propos de l’auteur en lui-même : Instagram, réseau social basé sur la photographie désormais célèbre, peut-il constituer une source intéressante, pertinente et fiable pour le géographe ? L’angle d’approche originel de l’auteur est celui de l’enseignement de la géographie (en particulier dans le secondaire), mais en repartant du titre, des questionnements similaires peuvent être esquissés concernant la recherche en géographie. Auparavant, il est important de revenir rapidement sur les attributs de localisation des photographies publiées sur le réseau social et sur l’usage potentiel d’Instagram dans l’enseignement.

Attributs de localisation des photographies sur Instagram

Capture d’écran d’une photographie postée par l’astronaute Thomas Pesquet ; on remarquera le champ de localisation indiquant « Valleta, Malta » et l’usage de hashtags relatifs à des lieux (#Valletta, #Malta, #Europe)

Les photographies publiées sur Instagram sont associées à des métadonnées et notamment des attributs de localisation, comme l’indique bien l’auteur. Ces attributs peuvent être associés aux photographies postées par le·la publicateur·trice par deux procédés distincts : le champ de localisation et les hashtags (des mots-clés, en français « mots-dièse »). En renseignant le premier, le·la publicateur·trice choisit un lieu unique dans une banque de lieux ; une fois la photographie mise en ligne, cette information apparaît directement sous son pseudonyme (voir la capture d’écran reprise du texte commenté ; ceci concerne les photos 1 à 3 du texte commenté). L’ajout de hashtags relatifs à des lieux par le·la publicateur·trice est fréquent, indépendamment du renseignement ou non du champ de localisation (par exemple #malta ou #europe concernant la photo 1). Mais dans les deux cas, il convient d’être vigilant face à ces métadonnées : leur ajout est facultatif et elles sont déclaratives ; rien n’empêche le·la publicateur·trice d’associer un lieu à une photographie sans que celle-ci n’y ait été prise.

L’utilisateur cherchant des photographies d’un lieu précis peut alors lancer une recherche par localisation (les informations du champ de localisation, par exemple Presqu’île Malraux – Strasbourg) ou par hashtag désignant un lieu (par exemple #presquilemalraux). Outre les limites précédemment relevées, notons également que les échelles de localisation ne sont malheureusement pas imbriquées : une recherche sur le lieu France (ou le hashtag #France) ne permet pas de visualiser les photographies dont le champ de localisation est renseigné comme étant Strasbourg (respectivement dont le seul hashtag utilisé est #Strasbourg). Aussi, notons que cette information de localisation constitue un enjeu commercial important : lorsqu’un·e publicateur·trice souhaite indiquer un lieu précis, il trouvera dans un certain nombre de cas plus facilement les commerces et entreprises situées à proximité du lieu recherché que le lieu en lui-même, par exemple le Centre Commercial Rivétoile plutôt que la Presqu’île Malraux.

Instagram comme outil pédagogique

Lorsque l’on considère Instagram du point de vue d’un·e « consommateur·trice d’images » plus que de celui des photographes, par exemple un·e enseignant·e à la recherche de supports pédagogiques ou un·e élève/étudiant·e à la recherche de documents photographiques pour un devoir précis, le réseau peut ainsi apparaître comme une banque d’images qui ont la propriété, pour certaines, d’être localisées. Il est alors possible de trouver facilement des images d’un très grand nombre de lieux.

Au-delà des atouts d’Instagram exposés par l’auteur, et de la masse de photographies publiées sur cette plateforme qui en fait désormais un acteur incontournable, il faut cependant noter que d’autres plateformes présentent elles aussi des atouts indéniables et qui peuvent même sembler supérieurs. Sensibiliser les élèves et étudiant·e·s aux enjeux de la géolocalisation peut s’avérer plus approprié en ayant la possibilité de visualiser une carte des photographies géolocalisées ; cela n’est pas possible sur Instagram (la fonctionnalité a été supprimée) mais l’est sur Google Earth ou sur FlickR, le service de partage de photos de Yahoo. Cette dernière plateforme a par ailleurs l’avantage de proposer des photographies sous diverses licences, et notamment des licences libres. En effet, les images présentes sur Instagram ne sont en rien dans le domaine public ; elles restent théoriquement la propriété de leurs auteurs. FlickR, à l’inverse, permet de ne chercher que des images sous licence Creative Commons, voire dans le domaine public ; cela permet également de sensibiliser les élèves et étudiant·e·s aux questions de propriété sur Internet.

La valeur ajoutée d’Instagram par rapport à une recherche iconographique via d’autres moyens (Google Images, FlickR, archives institutionnelles en ligne, etc.) reste très limitée. Mais il est vrai que la masse de photographies disponibles (l’usage d’Instagram dépassant de loin celui de la plateforme FlickR) implique que les seules photos effectivement géolocalisées sur Instagram se comptent en millions.

Instagram comme corpus de recherche en géographie ?

Enfin, au-delà des aspects pédagogiques, le géographe du titre du texte aurait très bien également pu s’entendre comme un chercheur en géographie. Le réseau social Instagram peut-il constituer une source là aussi intéressante, pertinente et fiable ? On peut s’étonner du nombre limité de recherches s’appuyant sur Instagram en géographie, là où de nombreux travaux s’appuient sur Twitter voire Facebook. Il n’est pourtant pas impossible de s’appuyer sur ce corpus comme source d’une recherche, comme cela a été réalisé (certes de manière sporadique) dans d’autres disciplines. L’accès aux données d’Instagram (via une API dédiée) est certes plus difficile que sur le réseau Twitter par exemple, mais il reste possible de collecter en masse des données provenant d’Instagram.

Cela a permis a des chercheurs de collecter et d’exploiter les photographies publiées sur Instagram pour classifier les photographes selon les catégories d’images postées, qu’elles correspondent à des paysages, des objets ou du texte (Hu et al., 2014). L’espace est absent de ce premier exemple, mais intervient dans quelques autres exemples à suivre, même si c’est de manière souvent très limitée. Hochman et Schwartz se sont amusés à analyser le « rythme visuel » de New York et Tokyo en calculant une « couleur moyenne » des photographies publiées dans ces villes au fur et à mesure de la journée (2012). Des procédés similaires ont permis de révéler comment l’ouragan Sandy (qui s’est abattu sur New York en novembre 2012) et les coupures d’électricité associées ont influencé les couleurs dominantes des photographies publiées par les New-Yorkais·es (Hochman & Manovich, 2013). Enfin Rodriguez Dominguez et al. révèlent eux aussi des anomalies spatio-temporelles dans les pratiques de la ville par les utilisateurs d’Instagram à New York, en révélant en quoi la localisation des photographies publiées les jours d’événements particuliers (tempête Jonas, ComicCon) diffère de jours habituels (2017).

Lieux fréquentés et photographiés par les touristes (en rouge) et par les locaux (en bleu) à Paris, sur la base des photographies publiées sur FlickR – Réalisation Eric Fischer

Encore une fois, malgré la richesse des données disponibles, l’espace reste très peu considéré lorsque sont réalisés des travaux prenant comme source de données principale Instagram. Les pratiques de la ville, les ressentis des utilisateurs d’Instagram dans divers quartiers d’une ville, les représentations des habitants d’un quartier ou des personnes de passage, les interactions entre lieux, sont autant de thématiques qui pourraient être abordées grâce à ces données. Cela se rapproche par ailleurs d’un travail effectué par Eric Fischer à partir de photographies postées sur la plateforme FlickR : en détectant quels utilisateurs de la plateforme sont des habitants d’une ville, et quels utilisateurs ne sont que de passage, il a pu cartographier pour un grand nombre de villes, les pratiques distinctes des locaux et des touristes (voir ci-dessus l’exemple de la région parisienne, où l’on peut facilement comparer le Champ de Mars ou le château de Versailles aux arrondissements de l’Est parisien).

Aux géographes désormais de répondre (collectivement ?) à la question de l’intérêt, de la pertinence et de la fiabilité d’Instagram comme corpus de recherche !


3 réflexions au sujet de « Instagram, une source pour la recherche et l’enseignement en géographie ? »

  1. Ping : OpenEdition – La lettre n° 355 | 31 janvier 2018

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

    • Bonjour,
      Nous vous remercions pour cette mise en avant d’un de nos tous premiers posts sur ce nouvel espace de conversation autour des publications de la revue Cybergeo !
      Olivier Finance au nom de l’équipe de Cybergeo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.