Addendum à l’article “Bab el-Mandeb : frictions littorales et maritimes”

Ce post est un addendum à l’article “Le détroit de Bab el-Mandeb et le concept de friction littorale et maritime” publié dans Cybergeo.


Depuis les attentats du 7 octobre 2023 perpétrés par le mouvement terroriste Hamas en Israël et la violente riposte de l’armée israélienne, l’analyse et les hypothèses présentées dans l’article semblent avoir été vérifiées. Reprenons cependant quelques points dans ce contexte relativement simple en mer Rouge malgré les apparences.

Suite à l’attaque du 7 octobre, les Houthies déclarent leur plein soutien au Hamas – dans la lignée de l’Iran – et commencent les frappes contre Israël. Conversation proposée par :
François Guiziou, IDEES Le Havre
Ils débutent alors un ciblage de navires liés à des intérêts israéliens ou à l’économie d’Israël. Ils sont basés sur plusieurs modes opératoires : (1) la demande de déroutage des navires vers la côte ouest du Yémen qu’ils contrôlent ; (2) l’arraisonnement de navires ; (3) les frappes directes de missiles et de drones depuis le littoral. Tout cela a déjà été vu auparavant et est détaillé dans l’article “Le détroit de Bab el-Mandeb et le concept de friction littorale et maritime” publié dans Cybergeo. Il n’y a donc qu’une mutation limitée des moyens avec lesquels ils agissaient précédemment. Cela ne représente qu’une augmentation capacitaire, à la fois en équipement et en portée. Officiellement, une dizaine d’événements violents sont à dénombrer, d’autres ne semblent pas documentés.

Le cas du NYK Galaxy Leader (ro-ro) a probablement été le plus marquant : il s’agit d’un détournement mené par un commando héliporté houthi le 19 octobre 2023, en plein milieu de la mer Rouge à hauteur d’Al Hudaydah. Aux dernières nouvelles (13 décembre 2023), il était toujours à quai au terminal pétrolier d’As Salif à 65 kilomètres au nord du port d’Al Hudaydah. La justification de ce détournement est que la compagnie mère de la compagnie japonaise NYK a pour propriétaire un homme d’affaires israélien. Le ciblage est très aléatoire dans la majorité des cas, sans lien direct avec Israël, et ressemble plutôt à des opportunités de tir dans la zone au large d’Al Hudaydah.

Début décembre 2023, plusieurs compagnies, dont les géants du marché du container Maersk, MSC et CMA-CGM, décident de limiter leurs transits par le détroit de Bab el-Mandeb et le sud de la mer Rouge du fait de la menace des drones et missiles lancés depuis la côte yéménite. Il est notamment question des plus gros navires se comptant en dizaines de milliers d’unités conteneurisées et qui assurent les grandes lignes Europe-Asie via la Méditerranée. Si la menace est réelle pour les équipages, elle est essentiellement financière pour les compagnies. Il s’agit d’empêcher les surcharges que constituent les assurances maritimes – leurs coûts dans les zones soumises aux conflits, voire l’impossibilité d’être assuré – et d’éviter un changement de route à la faveur du cap de Bonne Espérance qui modifierait la logistique mondiale et entrainerait des surcouts importants. Mais surtout, il s’agit d’inciter les différentes marines nationales à intervenir.

Ce chantage à demi-mot a peut-être eu une grande efficacité puisque le 19 décembre 2023 a été annoncée la création d’une coalition de marines visant à assurer une libre circulation en mer Rouge (Operation Prosperity Guardian). Cette décision fait également suite à un épisode intense de violences contre le trafic maritime. Quelques jours auparavant, plusieurs navires de guerre américains et un français ont neutralisé des missiles et des drones visant des navires de commerce. Le nombre d’engins explosifs a été jugé très inquiétant par les deux États. Sous l’égide des États-Unis, cette coalition rassemblerait une dizaine de marines parmi lesquelles la France, le Royaume-Uni, l’Italie ou l’Espagne, potentiellement au détriment des capacités d’autres missions régionales (Atalanta, CTF-150, CTF-151, CTF-153). La Chine et l’Inde ont également un rôle militaire à jouer dans la mesure où elles sont économiquement très liées à la route maritime transitant par la mer Rouge. Ce renforcement de la présence des marines ne peut avoir de résultats qu’associé à des initiatives diplomatiques principalement vers l’Iran. Sans l’appui iranien, les Houthis ne peuvent pas agir, ni militairement, ni politiquement. Encore une fois, si l’influence américaine et plus loin occidentale seront importantes, la Chine pourrait avoir de forts arguments diplomatiques et économiques puisqu’elle est une cliente majeure de l’Iran en ce qui concerne les produits pétroliers[1].

S’il est impossible d’avoir des certitudes quant à l’évolution des conflits régionaux du Moyen-Orient et de leurs déroulements, l’hypothèse d’un règlement rapide de cette crise des missiles en mer Rouge est à favoriser.

Le 20 décembre 2023.


[1] https://www.reuters.com/world/china/china-buys-more-iranian-oil-now-than-it-did-before-sanctions-data-shows-2022-03-01/



Citer ce billet
Cybergeo Conversation (2023, 21 décembre). Addendum à l’article “Bab el-Mandeb : frictions littorales et maritimes” cybergeo conversation. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vezl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.