Quelles géographies avec (ou sans) Bruno Latour ?

En 2021, la revue Dialogues in human geography publiait un article de Stuart Elden sur la notion de « terrain », qui permettrait de « discuter la matérialité politique du territoire, et de ses complexités » (Elden, 2021, notre traduction). Conversation proposée par :
Pierre-Olivier Garcia, Université Grenoble-Alpes
Elden y reconnaissait, dans ses efforts passés d’élaboration du concept, un manque de prise en compte la matérialité physique et de ses effets dans la production de l’espace. Une des explications à ce manque était la séparation de la géographie scientifique entre la géographie humaine et la géographie physique. Mais il était convaincu de la capacité de son concept à intégrer cette dimension matérielle de façon non-dualiste.

Ce travail théorique est au fond classique pour la géographie. Les notions de milieu, d’environnement, de géosystèmes, de paysage, de lieu, de métabolisme, de complexe, de socio-écosystèmes et de processus socio-naturels sont quelques exemples plus ou moins récents d’une tradition collective de description et d’analyse de processus hétérogènes. Bien évidemment, la coupure entre géographie humaine et physique a pu, et est encore parfois dans quelques cercles de plus en plus restreints, un obstacle à la prise en charge de ce problème géographique.

Ce texte fait partie du débat “Latour, géographe?” animé par Samuel Rufat. Le débat, ouvert à d’autres contributions, a déjà publié plusieurs épisodes sur cybergeo conversation :

Épisode 1 | dès le 17 juillet 2023 | “Latour, géographe amateur?” de David Blanchon et Alexis Gonin
Épisode 2 | dès le 24 juillet 2023 | “Bruno Latour et les géographes” de Valérie November
Épisode 3 | dès le 31 juillet 2023 | “Quelles géographies avec (ou sans) Bruno Latour?” de Pierre-Olivier Garcia (texte actuel)

 

Les travaux de Bruno Latour et la géographie

Mais ce « grand partage » n’épuise pas le problème. C’est pourquoi les géographies physique (Dufour, 2015), les géographies environnementales (Castree, Demeritt, Liverman, Rhoads, 2009), les géographies des risques (November, Bailly, 2002), les géographies urbaines (Lussault, 2009), les géographies des rapports aux non-humains (Mounet, 2008) et les géographies de l’énergie (Labussière, 2021) ont notamment réalisé des avancées dans l’appréhension de la matérialité et du vivant en géographie.

Parmi les exemples cités, certains citent les travaux de Latour. Ses travaux sont en effet mobilisés par les géographes, quels que soient les moments de sa carrière (schématiquement la sociologie des sciences, la sociologie de l’innovation et l’actor-network-theory, sa critique de la modernité puis enfin la phase « Gaïa » et « Le terrestre »). Ses travaux ont d’ailleurs été l’occasion de dialogues (Lolive, Soubeyran, 2007) et de collaborations (November, Camacho-Hübner, Latour, 2010) avec les géographes.

Pour nous, un des apports fondamentaux de Latour à la géographie contemporaine a été de se permettre de réintroduire l’agentivité des non-humains dans la production de l’espace. Au sein d’une géographie devenue constructiviste, les non-humains pouvaient désormais agir, et plus seulement en tant que système de contrainte ou de détermination (Lussault, 2003). Un des indices de travail de cette hypothèse est une publication de 2012 de Claude Raffestin, une des figures du tournant constructiviste de la géographie (Raffestin, 1978, 2012). Il y présentait en 2012 pour le lectorat anglophone ses concepts de territoire et de territorialité et tentait de les combiner aux apports de l’ANT et de Latour, précisément ceux portants sur les actants qu’il nomme « médiateurs ». La géographie contemporaine pouvait intégrer l’agentivité des non-humains sans pour autant retomber dans le déterminisme ou des facteurs de causalité linéaire via les figures de l’impact et de l’aléa.

Suspendre la figure de l’auteur, comprendre la circulation des savoirs

Mais cette hypothèse et cette esquisse d’une appropriation disciplinaire sont biaisées par la figure de l’auteur. Il serait peut-être utile, dans une perspective historique et archéologique plus rigoureuse, de suspendre la place de Bruno Latour dans l’évolution de la géographie pour observer des circulations, peut-être plus sourdes, besogneuses et modestes (Foucault, 1966). On pourrait questionner la façon dont un ensemble d’énoncés se sont mis en circulation depuis les années 1990 et se sont rencontrés au travers de champs, d’institutions, de controverses, de collaborations et d’événements comme le changement climatique. Dans cette perspective, il serait intéressant d’observer la mise en circulation des savoirs relevant de champs hétérogènes. Ces champs peuvent être linguistiques, telles les géographies anglophones et francophones, disciplinaires, telle l’anthropologie de la nature, la géographie culturelle ou l’histoire environnementale, portant sur des champs, telles les sciences and technology studies et les plus récentes humanités environnementales, ou encore s’inscrivant dans des courants de pensée plus large, tel le pragmatisme. Ainsi, observer par quels objets (e.g. les risques, les réseaux et les infrastructures), énoncés (e.g. les actants et les agencements) et méthodes (e.g la cartographie des controverses) se croisent ces champs dans les savoirs géographiques nous permettrait de mieux saisir comment des géographies ont été parties prenantes de ces reconfigurations des savoirs.

Une dimension morale et normative : la question écologique.

Ne négligeons pas un autre fait. Bruno Latour n’a certes pas toujours été un chantre de l’écologie. Il a pu défendre des auteurs au fondement du néolibéralisme (Latour, 2008) et il a été décrit comme, au fond, profondément moderne (Neyrat, 2016). Mais depuis quelques années, Latour est devenu une des grandes figures françaises de l’écologie politique. Les conférences sur Gaïa et le livre Où atterrir ? avec sa notion des « terrestres » ont eu des réceptions conséquentes dans les sciences sociales attentives à la question environnementale (Latour, 2015, 2017). Le livre sur les « classes géo-sociales » a lui connu une réception plus médiatique et politique (Latour, Schultz, 2022).

Il faut admettre que Latour y propose une géographie. Il pose une géographie générale, Gaïa, qui est pour nous normative avant d’être descriptive. Si cette géographie ne repose pas sur des géographies universitaires et scientifiques, elle répond au manque crucial de récits et d’imaginaires permettant de donner du sens à la catastrophe climatique que nous vivons et qui, sans récits structurants, apparait comme absurde (Ghosh, Iserte, Haeringer, 2021) Celles et ceux qui enseignent la géographie à l’université savent que beaucoup d’étudiants sont angoissés par l’avenir et ne comprennent pas pourquoi « rien » ne se passe alors que nous disposons des connaissances scientifiques. Où atterrir répond de façon normative et politique à cette question, ce que les géographies contemporaines font peu, s’attachant à décrire et analyser le monde scientifiquement.

Après la sociologie et la science politique, la géographie ?

Mais revenons à Stuart Elden. Il proposait un concept permettant de saisir des processus spatiaux hétérogènes. Dans la dernière section de son article, il y discutait la notion de « Terrestre » que Latour définit comme acteur politique. Elden regrettait alors que dans Où atterrir, le seul auteur cité par Latour sur l’espace soit Carl Schmitt (Elden, 2021). En convoquant une conception réactionnaire du territoire, composé d’une homogénéité géographique, sociale et politique, il est aisé d’y emmener de la complexité.

La réponse de Latour à Elden est saisissante (Latour, 2021). Il y présente la géographie comme une discipline divisée entre la description d’un cadre physique et du vécu. Il faudrait enfin, nous dit-il, changer de perspective et admettre que « le cadre lui-même a été entièrement façonné par le vivant de telle sorte que les océans, les montagnes, l’atmosphère elle-même, et bien sûr le climat, sont au vivant ce que la fourmilière est aux fourmis » (notre traduction). Expliquer à la géographie que la Terre n’est pas un cadre fixe mais le résultat d’un ensemble de processus hétérogènes et hybrides est audacieux puisque c’est une de ses questions initiales. Latour, ne citant aucun géographe, amène ainsi l’idée que c’est grâce à la notion de « Gaïa » et du « Terrestre » que l’on pourra adopter ce point de vue dynamique sur la Terre. Cet oubli, ou plutôt négation, du travail collectif des géographes rappelle un tweet de Michel Lussault lors de la parution du dernier livre sur les classes géo-sociales « Bruno Latour parle de « classes géo-sociales » : cela aurait pu lui évoquer le corpus considérable de la géographie sociale qui a travaillé ces questions depuis presque 50 ans. ». Tout se passe ainsi comme si, dans ses derniers travaux, Latour avait avec la géographie une relation similaire à celles qu’il a eu avec la sociologie et la science politique (Favre, 2008; Lamy, Saint-Martin, 2014). Dans un entretien avec les carnets Zilsel, Yves Gingras affirme que Latour a construit dès les années 80 et 90 sa sociologie des sciences en construisant des « ennemis de paille », c’est-à-dire sans citer les sociologues qu’il critiquait (Lamy, Saint-Martin, 2014). Au regard de la réponse de Latour à Elden et de la réaction de Lussault à son dernier ouvrage, la géographie qu’il critiquait était bien un ennemi de paille. Or, faire tabula rasa du passé, de ses héritages et de sa complexité, pour que tout se passe comme si son projet est celui qu’il nous faut, en histoire des sciences comme en aménagement, c’est effectivement résolument moderne.


Bibliographie

 

CASTREE N., DEMERITT D., LIVERMAN D., RHOADS B., 2009, A companion to Environmental Geography. Blackwell Publishing, 588 p.

DUFOUR S., 2015, “Sur la proposition d’une géographie physique critique”, L’Information géographique, Vol.79, N°3, 8‑16.

ELDEN S., 2021, “Terrain, politics, history”, Dialogues in Human Geography, Vol.11, N°2, 170‑189.

FAVRE P., 2008, “Ce que les science studies font à la science politique: Réponse à Bruno Latour”, Revue française de science politique, Vol.58, N°5, 817.

FOUCAULT M., 1966, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines. Gallimard.

GHOSH A., ISERTE M., HAERINGER N., 2021, Le grand dérangement d’autres récits à l’ère de la crise climatique. Marseille, #0, Wildproject, 1 volume (224 p.) p .

LABUSSIÈRE O., 2021, “A coalbed methane ‘stratum’ for a low-carbon future: A critical inquiry from the Lorraine Basin (France)”, Political Geography, Vol.85, 102328.

LAMY, SAINT-MARTIN A., 2014, “Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras »”, Carnet Zilsel. https://zilsel.hypotheses.org/284

LATOUR B., 2008, “Préface. Le fantôme de l’esprit public. Des illusions de la démocratie aux réalités de ses apparitions”, 3‑44 in: Le public fantôme.

LATOUR B., 2015, Face à Gaïa huit conférences sur le nouveau régime climatique. Paris, #0, La Découverte, 1 vol. (398 p.) p .

LATOUR B., 2017, Où atterrir ? comment s’orienter en politique. Paris, #0, la Découverte, 1 volume (155 p.) p .

LATOUR B., 2021, “The anthill and the beam: A response to Elden”, Dialogues in Human Geography, Vol.11, N°2, 200‑202.

LATOUR B., SCHULTZ N., 2022, Mémo sur la nouvelle classe écologique objet comment faire émerger une classe écologique consciente et fière d’elle-même. Paris, #0, Éditions La Découverte, 1 volume (94 p.) p .

LOLIVE J., SOUBEYRAN O. (Éd.)., 2007, L’émergence des cosmopolitiques. [Actes du colloque international l’émergence des cosmopolitiques et la refondation de la pensée aménagiste qui s’est déroulé du 20 au 27 septembre 2003 à Cerisy-la-Salle]. Paris, la Découverte.

LUSSAULT M., 2003, “actant” (M. Lussault & J. Lévy, Éd.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, 38‑39.

LUSSAULT M., 2009, De la lutte des classes à la lutte des places. éditions Grasset & Fasquelle, 221 p .

MOUNET C., 2008, “Vivre avec des animaux « à problème »: Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises”, Revue de géographie alpine, N°96‑3, 55‑64.

NEYRAT F., 2016, La part inconstructible de la terre. Critique du géo-constructivisme. Éditions du Seuil, 378 p .

NOVEMBER V., BAILLY A. S., 2002, Les territoires du risque le risque comme objet de réflexion géographique. Bern, Berlin, Bruxelles [etc.], #0, Peter Lang, 1 vol. (XVII-332 p.) p .

NOVEMBER V., CAMACHO-HÜBNER E., LATOUR B., 2010, “Entering a Risky Territory: Space in the Age of Digital Navigation”, Environment and Planning D: Society and Space, Vol.28, N°4, 581‑599.

RAFFESTIN C., 1978, “Les construits en géographie humaine : notions et concepts”, 55‑73 in: Géopoint 78 : Concepts et construits dans la géographie contemporaine.

RAFFESTIN C., 2012, “Space, territory, and territoriality”, Environment and Planning D: Society and Space, Vol.30, N°1, 121‑141.

 



Citer ce billet
Cybergeo Conversation (2023, 31 juillet). Quelles géographies avec (ou sans) Bruno Latour ? cybergeo conversation. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfz2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.