Latour, géographe amateur ?

Le récent décès de Bruno Latour a fait l’objet de nombreux commentaires, soulignant l’importance de son œuvre en anthropologie, en sociologie, ou en philosophie. Conversation proposée par :
David Blanchon & Alexis Gonin, Université Paris-Nanterre, UMR LAVUE, France
Mais, à notre connaissance1, ses travaux n’ont pas ou très peu eu d’échos dans la géographie française, ce qui peut sembler paradoxal, car Latour, surtout dans ses derniers ouvrages, utilise beaucoup « les mots de la géographie » : territoire (de plus en plus à partir de Face à Gaïa 2015), sol, migration, mondialisation, local, voire la « cartographie des controverses »…

Cette indifférence entre Latour et les géographes est réciproque. Latour n’utilise pas les travaux des géographes, qui ne sont pas reconnus comme une source d’inspiration pour sa pensée, alors qu’ils ont réfléchi depuis fort longtemps (voire depuis le début de la discipline) aux rapports des sociétés à l’espace terrestre qu’il a mis au cœur de ses travaux depuis Face à Gaïa paru en 2015. Ce qui lui a d’ailleurs été reproché, par Michel Lussault en 20202.

Ce texte fait partie du débat “Latour, géographe?” animé par Samuel Rufat. Le débat, ouvert à d’autres contributions, a déjà publié plusieurs épisodes sur cybergeo conversation :

Épisode 1 | dès le 17 juillet 2023 | “Latour, géographe amateur?” de David Blanchon et Alexis Gonin (texte actuel)
Épisode 2 | dès le 24 juillet 2023 | “Bruno Latour et les géographes” de Valérie November
Épisode 3 | dès le 31 juillet 2023 | “Quelles géographies avec (ou sans) Bruno Latour ?” de Pierre-Olivier Garcia

Pour leur part, quelques géographes francophones seulement discutent les travaux latouriens. Certains auteurs de la géographie de l’environnement, L. Lespez et S. Dufour avec la notion d’hybrides (2020), ou E. Rodary et D. Chartier via la political ecology (2016), ou encore de jeunes docteurs en géographie (Tollis et al., 2014). Cette défiance vient peut-être en partie du fait que la géographie francophone entretient plutôt des accointances avec la sociologie bourdieusienne et qu’elle partage avec elle un certain rejet pour l’approche jugée dépolitisante de la théorie de l’acteur-réseau échafaudée, entre autres, par Latour (2005)3. Au contraire des géographes anglophones qui ont beaucoup plus rapidement assimilé les travaux latouriens (Murdoch 1998, Painter 2010, Swyngedouw 1996, Linton 2010), sans s’exempter de les critiquer (Castree 2002, Muller 2015).

Le but de cette conversation est d’ouvrir un débat à partir d’une question simple : que peut-on faire de Latour en géographie ? Quels sont les points d’achoppement et ceux où des rapprochements sont possibles ?

Il ne s’agit pas ici de faire une synthèse, mais bien de voir ce qui pourrait être utile dans les débats actuels en géographie. Parmi les nombreuses pistes possibles, nous avons pris le parti d’envisager les liens entre les écrits de Latour et trois problématiques traitées par la géographie : la dichotomie homme/nature, la relation entre les sciences et le politique, et enfin, les changements environnementaux globaux.

Ébranler la dichotomie « moderne » Homme-Nature

Faisant suite à ses premières enquêtes en sociologie des sciences, les écrits de Latour de la décennie 1990, notamment Nous n’avons jamais été modernes (1991), Politiques de la nature, comment faire entrer les sciences en démocratie (1999) et l’Espoir de Pandore (2001) ont marqué un tournant dans les réflexions sur le lien nature/société.

Comme il le souligne dans l’introduction de Politiques de la Nature, il ne s’agit pas de dépasser la dichotomie nature/société, en adoptant une position surplombante, mais bien de voir comment cette dichotomie a été construite, avec une description précise du fonctionnement de la « constitution moderne ». Pour Latour, celle-ci repose sur un processus de « purification ». Les Modernes se caractérisent par cette volonté de distinguer ce qui est de l’ordre du naturel et ce qui relève du social. Il s’agit d’un double mouvement « d’hybridation » et de « purification ». Selon Latour (1991: 20) : « le mot « moderne » désigne deux ensembles de pratiques différentes qui, pour rester efficaces, doivent demeurer distinctes mais qui ont cessé de l’être. Le premier ensemble de pratiques crée, par « traduction », des mélanges entre genres d’êtres nouveaux, hybrides de nature et de culture. Le second crée, par « purification », deux zones ontologiques distinctes, celle des humains d’une part, celle des non-humains de l’autre. » L’idée que nous retenons est le double processus hybridation/purification. « Sans le premier ensemble, poursuit-il, les pratiques de purification deviendraient vides ou oiseuses. Sans le second, le travail de traduction serait ralenti, limité ou même interdit » (Latour, 1991: 21).

Pour Latour (1999: 35), les « crises » de la nature sont plutôt des « crises de l’objectivité » nées de la « constitution moderne » (Latour, 1991). La séparation en « deux chambres », nature d’un côté, culture de l’autre, ne peut rendre compte des nouveaux objets « chevelus » (s’inscrivant dans une voie ouverte par Michel Serre (1980) sur les « quasi-objets » et « quasi-sujets »), qui « n’ont pas de bords nets, pas d’essences bien définies, pas de séparation tranchée entre un noyau dur et leur environnement, c’est-à-dire les objets pour lesquels le processus de « purification » est impossible” dont l’exemple type est le prion, mais qui s’élargit aujourd’hui au CO2, aux risques environnementaux, etc. Latour s’intéresse peu à la situation spatiale concrète de ces objets, sa spatialité n’est pas celle des géographes tant elle demeure abstraite.

On peut lire l’effort de la géographie de l’environnement depuis le géosystème de Bertrand comme une tentative de dépasser la dichotomie moderne pour remettre au cœur de la discipline les relations entre les sociétés et leur environnement (Veyret et al., 2017). Les risques, les ressources, les pollutions, les paysages sont ainsi des notions qui sont utilisées dans une approche systémique pour montrer les interdépendances entre les sociétés et leur environnement. Mais si les approches systémiques font de ces relations l’objet d’étude central, elles présupposent toujours l’existence de deux ordres et deux approches méthodologiques afférentes différentes, le naturel et le social (par exemple le risque est la rencontre entre un aléa dit naturel et des enjeux sociaux vulnérables), et tombent ainsi sous le coup de la critique latourienne du vain travail par les modernes de « purification » d’objets hybrides. Pour les géographes, assimiler les apports de Latour (1991, 1997), consisterait à considérer les processus socio-biophysiques dans toute leur hybridité (Dufour, Lespez, 2021). Une incorporation de la théorie de Latour ouvrirait un vaste chantier intradisciplinaire de réintégration des méthodes et concepts jusqu’ici séparés des géographies physiques et humaines dans une « géographie hybride » qui ne serait ni moderne, ni post-moderne.

Faire entrer les sciences en démocratie : de l’expertise aux « collectifs »

Face à cette « constitution moderne », le travail de Latour dans Politiques de la Nature est de repenser le rapport à l’écologie, avec comme idée de départ que l’homme et la nature ne sont pas donnés « en soi », mais que l’on accède à la seconde par la connaissance scientifique et que le premier est tout entier enserré dans la politique. D’où le projet de remettre en jeu à la fois et en même temps les quatre concepts que sont « oïkos, logos, phusis et polis » (Latour, 1999 : 11), seul moyen de ne pas se laisser entraîner dans un dualisme strict qui sépare « l’enfer du social » d’un côté et les « lois de la nature » de l’autre, les « représentations » face aux « choses en soi », ou encore « la parole sans autorité » face à « l’autorité sans paroles ».

Une grande partie de la géographie s’est affranchie des approches positivistes surplombantes, et entretien une réflexivité sur ses méthodes en matière d’enquête de terrain, répondant au programme latourien (Volvey et al., 2012). Dans L’Espoir de Pandore (2001), Latour décrit une mission d’étude du sol amazonien organisée par l’IRD pour déterminer les facteurs expliquant les dynamiques de l’écotone forêt/savane. En observant les pratiques sur le terrain, il dévoile comment sont produits les « faits scientifiques », bien loin d’une théorisation « hors sol », comme cela a pu lui être reproché. Dans ce texte peu connu, il livre une description anthropologique fine du rapport des chercheurs à la carte et au territoire, qui n’est pas sans rappeler ce que font les géographes dans leurs « carnets de terrain ». Il est dommage que Latour n’ait jamais eu le temps (ou l’envie ?) d’appliquer aux géographes l’anthropologie comparée des sciences. Dans le même ouvrage, on en trouve des échos avec les questionnements de L. Laslaz sur les questions “d’engagement” ou de “dégagement” des géographes (Laslaz, 2017), où il fait référence à Changer la société, refaire de la sociologie de Latour (2005).

Pour une gaïa-graphie

Latour parachève sa grande œuvre théorique, une anthropologie des modernes, en 2012, avec la parution de l’Enquête sur les modes d’existence qui vient couronner et replacer dans une perspective plus large la théorie de l’acteur-réseau. Il se saisit des mutations globales qui font entrer les sociétés dans un « nouveau régime climatique ». Celui-ci est marqué par l’« intrusion de Gaïa » (Stenger, 2009) : l’environnement ne peut plus être considéré comme le décor où évolue les sociétés humaines, il est un acteur qui bouleverse les structures sociales, économiques, politiques. Latour doit le terme de Gaïa à James Lovelock et Lynn Margulis. Il désigne le système-Terre, la “zone critique” (Latour, Weibel, 2020), cette mince couche qui s’étend de la racine des arbres aux premières strates de l’atmosphère et dans laquelle les êtres vivants habitent et qu’ils ont eux-mêmes formé. Elle peut être comprise comme un enchevêtrement de réseaux d’acteurs interdépendants, qui de proche en proche, forment la totalité de l’espace qu’ils ont rendu habitable. Ces éléments vivants et non-vivants sont dotés d’une puissance d’agir, ce qui oblige à composer avec eux.

Latour participe d’une littérature abondante sur Gaïa et la zone critique nourrie par des climatologues, des géophysiciens, philosophes de l’environnement, architectes (Latour et Weibel, 2020 ; Aït-Touati et Coccia 2021). Aucune mention n’est faite dans ses derniers travaux aux écrits des géographes sur l’écoumène, les relations entre processus biophysiques et sociétés humaines, les changements globaux ou encore la mondialisation. Les exemples traités par Latour demeurent très théoriques. Sans doute une multitude d’études de cas et de descriptions géographiques pourrait être saisies par le prisme latourien. Mais jusqu’à présent, ces deux mondes s’ignorent, peut-être parce que Latour est plus souvent vu en philosophe qu’en interlocuteur d’une géographie pragmatiste et matérialiste, qui interroge des relations situées.

Dans ses derniers essais (2017, 2021, 2022), l’enjeu pour Latour est de proposer des outils de description pour que chacun se situe dans les enchevêtrements de Gaïa. Parmi ceux-ci, Latour avance le concept de territoire, sans référence là encore à la profusion de travaux et de débats qui ont occupé une bonne part de la géographie dans les années 1990 et 2000. Il reprend à Charbonnier (2020) le constat qu’il existe un découplage entre le territoire l’on vit (l’espace vécu ou administratif que l’on habite) et le territoire dont on vit. Ce dernier est le plus souvent invisibilisé par des chaînes de production complexes et mondialisées. Il peut toutefois être décrit si on l’envisage comme l’ensemble des entités (i) dont on dépend pour subsister, (ii) auxquelles on est attaché, et (iii) que l’on est prêt à défendre (Latour 2015, 2021, Maniglier 2021).

Le concept de territoire est saisi par Latour dans un sens géopolitique, et même gaïa-politique : il s’agit de décrire des collectifs qui s’opposent dans le partage de ce milieu commun enchevêtré que constitue le système-Terre (Maniglier 2021). Il s’agit in fine de se situer les uns par rapport aux autres selon des limites qui sont des lignes de clivage qui séparent des collectifs dont les intérêts divergent. Chacun participe de plusieurs territoires et entre parfois en contradiction avec ses propres intérêts, mais Latour (2017, 2021) retrace en guise de boussole une ligne de clivage majeure entre ceux qui maintiennent l’habitabilité de la Terre (« les terrestres » ou « les ravaudeurs ») et ceux qui la détruisent (les « hors-sols » ou les « extracteurs »).

Surmonter les divergences apparentes pour engager des débats féconds

On peut reconnaître à Latour d’avoir porté dans les sphères scientifiques, politiques et médiatiques des débats féconds, entre autres sur la fabrique de la science, la cosmologie des sociétés modernes, ou encore les conséquences de “l’intrusion de Gaïa”. Ces débats sont transversaux, et la géographie, par ses terrains, ses méthodes, ses concepts, peut y contribuer de façon utile. En retour, ces arènes ouvriraient de nouvelles audiences à la géographie.

D’un point de vue méthodologique, Latour considère d’abord les relations entre acteurs (qu’ils soient humains ou non-humains, tout ceux qu’un cours d’action est susceptible de faire agir, et qui relaient en retour une action) comme le fondement du social. Il rejette toute structure macro-sociale définie a priori et surplombante (comme les classes), ou tout contexte “contenant” un monde social. Il n’y aurait pas plusieurs niveaux superposés du local au global, mais uniquement des connexions entre acteurs, qui se retrouveraient ainsi pris, de proche en proche, dans de vastes réseaux entremêlés. Sur le terrain, les géographes ne sont pas en prise avec une certaine échelle, mais bien plutôt avec des acteurs et des processus concrets, en relation les uns avec les autres, dans des temporalités enchevêtrées. Ils décrivent et tentent d’expliquer des assemblages, comme certaines façons de composer des espaces. Si ces assemblages sont ramenés à différentes échelles, et si l’on considère les interactions entre acteurs et phénomènes de différents niveaux comme des jeux d’échelles, il semble possible de se saisir du suivi des réseaux d’acteurs pour considérer leur spatialité, une perspective absente des écrits de Latour. C’est d’ailleurs l’un des apports des travaux sur la mondialisation que de montrer l’étendue de ces connexions. Combiner les deux outils, acteur-réseau et échelle, semble offrir les moyens d’une description fine des situations complexes rencontrées sur le terrain.

Un autre point de débat autour des travaux de Latour est l’incompatibilité théorique forte entre la “théorie acteur-réseau” et les sciences sociales dites “critiques”. Le texte de P. Bourdieu est souvent cité, Science de la science et réflexivité (2001). Des géographes anglophones, souvent d’obédience marxiste, ont également critiqué l’aspect “dépolitisant” des travaux de Latour. Swyngedouw et Ernston (2018) soulignent que Latour en “insistant sur une scission moderniste et en appelant à une réécriture de l’histoire géosociale du monde obscurcit radicalement, réduit au silence et met hors scène ce qui a toujours fait partie intégrante de la trajectoire intellectuelle moderniste”, c’est-à-dire “ les politiques de confrontations qui ont animé les dynamiques historico-géographiques de la modernité”. Selon ces auteurs, Latour par son insistance sur la division entre les “Modernes” et la situation actuelle, “désavoue ce qui est en jeu politiquement et économiquement pour les élites, à savoir la survie socio-écologique de la civilisation capitaliste”.

C’est peut-être un dernier paradoxe du travail de Latour, que d’être à la fois critiqué pour politiser la “Science” et pour dépolitiser la société, alors que son objectif semblait être de repolitiser l’ensemble.

Latour et la géographie, un rendez-vous à ne pas manquer

Quelle que soit l’opinion que l’on peut avoir sur les travaux de Latour, il y a un point très positif pour notre discipline: il a contribué à remettre au centre des débats scientifiques des notions sur lesquelles les géographes sont des experts. S’il représente la figure de proue la plus lue de ce mouvement, il n’est bien sûr pas le seul à travailler les questionnements sur Gaïa : une nébuleuse de chercheurs en philosophie environnementale, en sciences du climat, en histoire, anthropologie et autres disciplines est active et entendue. Il serait dommage que les géographes ne participent pas eux aussi à ces questionnements qui portent dans le fond sur la façon dont des collectifs en prise les uns avec les autres et avec l’espace terrestre coexistent. Ainsi, le philosophe Patrice Maniglier écrivait dans son récent ouvrage (2021) : “Une des thèses centrales de Latour, en particulier ces dernières années, est qu’on ne peut redonner sens à la politique aujourd’hui si on ne la resitue pas dans la question des grands partages de la Terre, c’est-à-dire dans la manière dont les activités humaines prennent place sur une Terre une, au risque d’empiéter sans cesse les unes sur les autres.” Ce qui, à n’en pas douter, est un beau programme pour la géographie.


Notes

1 – Alexis Gonin et David Blanchon remercient Véronique Fourault, Marie-Anne Germaine, Frédéric Landy et Laurent Lespez pour leurs commentaires qui ont grandement contribué à améliorer ce texte.

2 – « Bruno Latour parle de « classes géo-sociales » : cela aurait pu lui évoquer le corpus considérable de la géographie sociale qui a travaillé ces questions depuis presque 50 ans. Cela me pose 1 question d’histoire des sciences ce « retour » fondé sur 1 oubli » @MichelLussault (2020) sur Twitter.

3 – Sur ce point voir par exemple Manouk Borzakian (2021). Bruno Latour, écologie du vide


Références

Aït-Touati F., Coccia E. (2021). Le cri de Gaïa. Penser avec Bruno Latour. Paris : La Découverte.

Bourdieu P. (2001). Science de la science et réflexivité. Paris : Raisons d’agir.

Castree N. (2002). False antitheses? Marxism, nature and actor-networks. Antipode, 34(1), 111-146.

Charbonnier P. (2020). Abondance et liberté: une histoire environnementale des idées politiques. Paris : La Découverte.

Laslaz L. (2017). Jalons pour une géographie politique de l’environnement. L’Espace Politique, vol 32, n°2.

Latour B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes. Paris : La Découverte.

Latour B. (2005). Changer de société, refaire de la sociologie. Paris : La Découverte.

Latour B. (2012). Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes. Paris : La Découverte.

Latour B. (2015). Face à Gaïa: huit conférences sur le nouveau régime climatique. Paris : La Découverte.

Latour B. (2017). Où atterrir? Comment s’orienter en politique. Paris : La Découverte.

Latour B. (2021). Où suis-je ? Leçons du confinement à l’usage des terrestres. Paris : La Découverte.

Latour B., Weibel P. (2020). Critical zones: The science and politics of landing on earth. Harvard : MIT Press.

Latour B, Schultz N. (2022). Mémo sur la nouvelle classe écologique: Comment faire émerger une classe écologique consciente et fière d’elle-même. Paris : La Découverte.

Linton J. (2010). What is Water? The History of a Modern Abstraction. Vancouver : UBC Press.

Maniglier P. (2021). Le philosophe, la Terre et le virus. Latour expliqué par l’actualité. Paris : Les Liens qui Libèrent.

Müller M. (2015). Assemblages and actor-networks: Rethinking socio-material power, politics and space. Geography Compass, vol 9, n° 1, 27-41.

Murdoch J. (1998). The spaces of actor-network theory. Geoforum, vol. 29, n° 4, 357-374.

Painter J. (2010). Rethinking territory. Antipode, vol 42, n°5, 1090-1118.

Chartier, D., & Rodary, E. (2016). Manifeste pour une géographie environnementale. Géographie, écologie et politique. Paris: Les Presses de Sciences Po.

Serres M. (1980). Le parasite. Paris : Grasset et Fasquelle.

Stenger I. (2009). Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient. Paris : La Découverte.

Swyngedouw E. (1996). The City as a Hybrid – On Nature, Society and Cyborg Urbanisation. Capitalism, Nature, Socialism, Vol. 7, n°1, 65-80.

Swyngedouw E., Ernstson, H. (2018). Interrupting the Anthropo-obScene: Immuno-biopolitics and Depoliticizing Ontologies in the Anthropocene. Theory, Culture & Society, vol. 35, n°6, 3–30.

Tollis C., Créton-Cazanave L., et Aublet B. (2014). L’effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux. Paris : Glyphe.

Veyret, Y., Laganier, R., Scarwell, H.-J., (2017). L’environnement. Concepts, enjeux et territoires. Malakoff : Armand Colin.

Volvey A., Calberac Y., Houssay-Holzschuch M. (2012), Terrains de je. (Du) sujet (au) géographique, Annales de géographie, 687-688, 441-461.



Citer ce billet
Cybergeo Conversation (2023, 17 juillet). Latour, géographe amateur ? cybergeo conversation. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfz0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.