Bruno Latour et les géographes

Les nombreux hommages à Bruno Latour ont montré à quel point les communautés par lesquels ses travaux ont été saisis ont été variées. Cela reflète entièrement la façon dont sa pensée a évolué : par problématisations successives, avec de Conversation proposée par :
Valérie November
CNRS, LATTS, Ecole des Ponts.
nombreuses inspirations issues de rencontres avec des chercheurs ou des livres de disciplines très diverses.

Bruno Latour, contrairement à ce qu’affirment les auteurs du texte « Latour, géographe amateur ? » a eu plusieurs moments de rencontres de fond avec des géographes francophones – dont l’auteure de ce texte, qui a eu le grand plaisir de coécrire un article avec lui. Ce court article vise à restituer ces moments de rencontres et retracer quelques évolutions conceptuelles qui en sont ressorti : d’un côté, les prémices d’une géographie navigationnelle et d’une pensée résolument relationnelle dans les domaines de l’aménagement, des controverses territorialisées, des risques et des crises, notamment; d’un autre côté, une place certaine donnée désormais aux questions spatiales et environnementales, y compris l’usage de concepts tels que territoiresnote 1, échelles spatiales ou encore mondialisation, du côté de la pensée latourienne.

Ce texte fait partie du débat “Latour, géographe?” animé par Samuel Rufat. Le débat, ouvert à d’autres contributions, a déjà publié plusieurs épisodes sur cybergeo conversation :

Épisode 1 | dès le 17 juillet 2023 | “Latour, géographe amateur?” de David Blanchon et Alexis Gonin
Épisode 2 | dès le 24 juillet 2023 | “Bruno Latour et les géographes” de Valérie November (texte actuel)
Épisode 3 | dès le 31 juillet 2023 | “Quelles géographies avec (ou sans) Bruno Latour ?” de Pierre-Olivier Garcia

 

Pour débattre et compléter le texte de Gonin et Blanchon, il m’a fallu fouiller dans mes archives pour retrouver les circonstances de ce qui selon moi constituent des moments de forte rencontre intellectuelle entre Bruno Latour et des géographes. La liste ci-dessous est donc forcément subjective, car située, tirée de ma propre expérience.

Premier temps : comment la pensée de Latour laisse entrevoir une certaine dimension géographique (1997-2000)

Travaillant sur la géographie des risques, c’est ce que Bruno Latour a dit sur les risques lors de son intervention à la première séance du séminaire dirigé par Claude Gilbert intitulé « risques collectifs et situations de crises » en 1995, qui a attiré mon attention sur ses travaux. J’ai immédiatement dévoré « Nous n’avons jamais été modernes », paru en 1992, dont la lecture m’a bouleversée tant la pensée de Bruno Latour rencontrait des intuitions que j’avais sur les risques, l’assemblage d’humains et de non-humains offrant précisément une définition pertinente des risques. J’ai poursuivi mes lectures par les classiques de la sociologie des sciences et au fur et à mesure que j’arrivais au bout de ma thèse, il était devenu évident que le dialogue entre géographes et sociologues des sciences et techniques pouvait être fructueux dans le domaine des risques (mais pas seulement !). Un chapitre entier est consacré à cette discussion, en particulier à la mise en regard des notions de territoires et de réseau avec des concepts de la sociologie des sciences et des techniques (humains/non-humains, traduction, etc.) (November, 2002). A cette époque-là, il n’existe aucun espace de discussion collectif pour en débattre. A ma connaissance, seuls deux géographes francophones utilisaient ses travaux pour construire leurs recherches : Ola Söderström (2000) et Michel Lussault (1996). Du côté anglo-saxon, sans que je connaisse à ce moment ses travaux, Jonathan Murdoch travaillait aussi au dialogue entre géographes et la pensée latourienne, en mettant en évidence en quoi l’Actor-Network Theory était éminemment spatiale (1998). Il appelait également à construire une géographie des « associations hétérogènes » (1997b)note 2.

En 1997, lors d’échanges avec Bruno Latour, nous avons pu mettre en évidence que de l’espace et des territoires étaient partout dans les théories développées au CSI, mais qu’ils n’y prêtaient pas attention et qu’en cela, la théorie de l’acteur-réseau gagnerait à intégrer des éléments d’analyse géographique (humains et non-humains). Une fois ma thèse terminée, dans laquelle il était membre du jury, nous convenons que je poursuivrai un post-doc au CSI, avec l’objectif d’injecter de « l’espace » dans la sociologie des sciences et des techniques. A l’aube des années 2000, il faut se rappeler que si Latour était déjà incontournable outre-Atlantique, il était particulièrement controversé (et contesté) à ce moment-là en France, notamment chez les sociologues, mais pas seulement. Il était en revanche abondamment convoqué par des géographes anglosaxons, dont Nigel Thrift (1996), Jonathan Murdoch, (1997a ; 1997b ; 1998), et Sarah Whatmore (2002) pour n’en citer que quelques-uns.

De ce rendez-vous initial, qui se transforme en invitation à suivre les séminaires du CSI à partir de 1998 et un post-doc (2000-2001), vont naître plusieurs projets de séminaires amenant d’autres géographes à débattre avec lui.

Deuxième temps : début d’une discussion plus collective (2000-2004)

Le séminaire Politiques de la nature (destiné à accompagner le livre du même nom, publié en 1999) sera le premier espace de discussion collective. Trois géographes français sont successivement invités à discuter de leurs travaux : la spatialité en action pour Michel Lussault (2000), l’écoumène pour Augustin Berque (2000) et le tournant géographique de Jacques Lévy (1999). L’intérêt du croisement d’approches issues la sociologie des sciences et techniques et de la géographie va croissant. La dynamique collective s’élargit et un second séminaire va réunir des géographes et des sociologues des sciences et des techniques (principalement intéressés par les questions de risques et d’environnement). Ce séminaire, intitulé Sociologie et géographie des controverses (environnement-risque), durera 3 ans (2001-2004) et produira un ouvrage collectif intitulé Espaces, savoirs et incertitudes (Rémy et al. (dir.), 2005), préfacé par Bruno Latour. Ce texte, intitulé De la politique du temps à celle de l’espace ? peut être considéré comme sa première contribution explicite au débat géographique.

Cependant, ces années ne sont pas encore très accueillantes pour la sociologie des sciences et techniques et encore moins pour les géographes qui travaillent avec des concepts qui en sont issus. L’itinéraire d’un article co-écrit avec deux collègues (l’une sociologue, l’autre géographe) en est un exemple. Celui-ci portait sur une controverse et mettait en évidence la géographicité des arguments invoqués – qui avaient contribué à modifier profondément le cours de la controverse. L’article est refusé sèchement par la revue de géographie française choisie, avec un argument sans appel : nous n’avons rien compris à la notion de territoire, d’espace et de lieux… Finalement, une première version de l’article sera publiée dans la revue en ligne EspaceTemps (Rémy et al., 2004), puis une version remaniée dans revue Norois (November et al., 2004). Il est intéressant d’observer que cet article, qui n’a connu aucun succès, semble redevenir pertinent puisqu’il a été cité plusieurs fois depuis 2018.

Durant cette période, il est possible d’identifier un troisième moment de dialogue : le colloque Emergence des Cosmopolitiques et refondation de la pensée aménagiste, organisé en 2003 à Cerisy par Jaques Lolive et Olivier Soubeyan. Plusieurs géographes sont invités à débattre de la notion cosmopolitiques proposé à la fois par Bruno Latour et Isabelle Stengers, dont Augustin Berque, Nathalie Blanc, Vincent Berdoulay. Un livre collectif sera publié à l’issue de ce colloque (Lolive et Soubeyan (eds), 2007 ; November, 2007).

Troisième temps : renforcement du dialogue, la géographie insérée dans un projet européen STS (2008-2010)

En 2007, nouvellement arrivé à Sciences Po, en tant que directeur scientifique, Bruno Latour lance un appel ouvert à toute la communauté des chercheurs intéressée : il souhaite proposer une recherche collective sur la cartographie des controverses (jusque-là, uniquement un thème d’enseignement). Cela prendra la forme d’un projet européen intitulé Mapping controversies in Science for Politic (MACOSPOL, http://www.mappingcontroversies.net/), financé dans le cadre du 7e PCRD d’une durée de deux ans (2008-2010)note 3. A l’époque basée à l’EPFL (Lausanne, Suisse), je fais une proposition portant sur une analyse de la spatialité des controverses et le développement d’un prototype de visualisation du suivi d’une controverse en matière d’inondation. Cela deviendra le WorkPackage « Geography » et contribuera à accorder aux éléments spatiaux et temporels une place indiscutable et à définir les prémices d’une géographie navigationnelle (November, Camacho-Hübner et Latour, 2010 ; November, 2008).

Pendant cette période, Bruno Latour, sollicité par la DATAR, commence à travailler sur le mal-être dans les territoires (Latour, 2009), ce qui lui a permis d’amorcer la réflexion qu’on trouvera dans les ouvrages qu’il publiera plusieurs années plus tard, notamment Où atterrir (2017), puis Où suis-je (2021), suite au confinement.

Ce troisième temps est clairement un temps de dialogue renforcé où Bruno Latour, à l’aide des lectures de nombreux géographes propose sa propre définition de la mondialisation et du territoirenote 4, quitte à heurter ceux qui pensent que certaines notions n’appartiennent qu’à une seule et unique discipline.

Quatrième temps : la rencontre de Bruno Latour avec les jeunes géographes (2011 et au-delà)

Bruno Latour a toujours été attiré par les idées nouvelles, peu conventionnelles et hors cadre. C’est pourquoi lorsque des jeunes doctorants géographes et sociologues grenoblois le contactent pour venir parler à leur « latouring club » selon l’intitulé qu’ils ont donné à leur séminaire, il répond présent. Le titre de l’ouvrage collectif parle de lui-même : L’effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux (Tollis, Créton-Cazanave et Aublet (eds.), 2014). D’une façon plus générale, on peut noter que de nombreux doctorant.e.s en géographie ou en aménagement, depuis plusieurs décennies ont mobilisés les théories de l’acteur-réseau ou encore la sociologie de la traduction dans leurs réflexions (et continuent à la mobiliser, cf Gourain 2023). Pas tous ont eu l’occasion de dialoguer en présentiel avec Bruno Latour comme l’ont fait à l’époque les Grenoblois. Cependant, on peut souligner que ce quatrième temps est marqué par les nombreux géographes qui ont été inspirés par la pensée latourienne, dont la liste est bien loin d’être épuisée.

Conclusion

Contrairement à ce qu’affirment Gonin et Blanchon, les géographes francophones ont bel et bien été au rendez-vous, d’abord individuellement, puis plus collectivement. Il y a eu plusieurs possibilités d’échanges de fond avec Bruno Latour et ce bref retour historique en a mis en évidence quelques jalons. Cela n’a pas forcément été très médiatisé, ni visible. Ils/elles ont souvent publié leurs recherches dans des revues anglosaxonnes, plus ouverte à l’époque aux approches des sciences studies. Les quelques lignes ci-dessus montrent que la discussion conceptuelle a permis notamment le débat sur les notions de territoires, des cosmopolitiques, de l’aménagement et de la cartographie (au sens de mapping) des controverses. Faire cette généalogie de la rencontre, a permis d’une part de démontrer qu’elle a bel et bien eu lieu. Elle a également permis de situer ces moments dans leur contexte et de les apprécier dans leur historicité. Dès lors, quand Latour parle de « terrestres » ou encore de « habiter la terre », il est désormais clair qu’il y a une décennie de réflexions géographiques à la clé. Enfin, cela signifie que la pensée de Bruno Latour reste une ressource incroyablement stimulante pour les géographes. Aux futurs géographes de (continuer à) se saisir de cet héritage et de le poursuivre dans des directions innovantes.


Notes


1 – Bruno Latour, sans naïveté aucune, mentionne ainsi dans le résumé d’un article sur la mondialisation écrit pour la DATAR en 2009 qu’il s’agit d’« Une réflexion sur la question du territoire à partir d’une définition non géographique de l’espace. La question des échelles est également posée. Le territoire est ainsi redéfini ainsi que la question du “malheur spatial”. »

2 – Je dois avouer que je suis totalement passée à côté de ce texte crucial au moment de ma thèse et lorsque j’ai pris connaissance de son travail quelques années plus tard, il était trop tard pour le rencontrer. Il était malheureusement décédé.

3 – Le projet MACOSPOL a notamment donné lieu au programme de recherche Forccast (Formation par la cartographie des controverses à l’analyse des sciences et des techniques) au sein de Sciences Po (2012-2020).

4 – « Un territoire, c’est d’abord la liste des entités dont on dépend. Chaque terme est important : c’est une liste et non pas forcément un lieu repérable par une carte ; c’est ensuite une liste d’entités forcément très hétérogènes ; enfin, et c’est le plus important, ce sont les entités dont on dépend, c’est-à-dire dont le maintien ou l’accès est indispensable à sa propre subsistance (au sens très large et pas simplement alimentaire ou élémentaire du terme » (Latour, 2009, p. 13)

 


Bibliographie

 

Berque A., 2000, L’écoumène: introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.

Gourain Y., 2023, La faille et la ville. Itinéraire d’une fabrique conjointe entre les risques et l’urbain à Istanbul. Thèse, Université Gustave Eiffel. Soutenance le 8 septembre 2023.

Latour B., 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.

Latour B., 2005, “De la politique du temps à celle de l’espace ? “. Préface in Rémy E., November V., D’Alessandro C., Charvolin F. (eds.), Espaces, savoirs et incertitudes, Paris, Ibis Press, 5-13.

Latour B., 2009, “La mondialisation fait-elle un monde habitable? ” Territoire 2040, Prospectives périurbaines et autres fabriques de territoire, Revue d’étude et de prospective, DATAR, No. 2, 9-18.

Latour B., 2017, Où atterrir? Comment s’orienter en politique, Paris, La Découverte.

Latour B, 2021, Où suis-je? — Leçons du confinement à l’usage des terrestres, Paris, La Découverte.

Lévy J., 1999, Le Tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin.

Lussault M., 1996, L’espace en actions. De la dimension spatiale des politiques urbaines, HDR, Tours, Université François Rabelais, 2 tomes.

Lussault M., 2000, “Action(s) !”, in : Lévy J., Lussault M., (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin, 11-36.

Murdoch J., 1997a, “Inhuman/nonhuman/human: actor-network theory and the potential for a dualistic and symmetrical perspective on nature and society”, Environment and Planning D: Society and Space, Vol. 15, No.6, 731 – 756.

Murdoch, J., 1997b, “Towards a geography of heterogeneous associations”, Progress in Human Geography, Vol.21, No.3, 321-337. doi:10.1191/030913297668007261

Murdoch J., 1998, “The spaces of actor-network theory”, Geoforum, Vol.29, No.4, 357-374.

November V., 2002, Les territoires du risque : le risque comme objet de réflexion géographique. Berne, Ed. Peter Lang, 339 p.

November V., D’Alessandro C., Rémy E., 2004, “Un lieu en controverse, une controverse qui fait lieu(x) “, Norois, Environnement, Aménagement, Société, Vol.4, No.193, 91-102.

November V., 2007, “Lorsque les risques résistent aux aménagements…. “, in : Lolive J., Soubeyran O. (dir.), L’émergence des Cosmopolitiques, Paris, La Découverte, 165-177.

November V., 2008, “Spatiality of risks”, Environment and Planning A, Vol. 40, No.7, 1523-1527.

November V, Camacho-Hübner E., Latour B., 2010, “Entering in a Risky Territory – Space in the Age of Digital Navigation”, Environment and Planning D, Vol.28, No.4, 581-599.

D’Alessandro-Scarpari C., Rémy E., November V., “L’« espace » d’une controverse”, EspacesTemps.net [En ligne], Travaux, 2004 | Mis en ligne le 18 janvier 2004. https://www.espacestemps.net/articles/espace-controverse/

Rémy E., November V., D’Alessandro C., Charvolin F. (dir.), 2005, Espaces, savoirs et incertitudes, Paris, Ibis Press.

Söderström, O., 2000, Des images pour agir. Le visuel en urbanisme, Lausanne, Editions Payot.

Thrift N., 1996, Spatial Formations, London, Sage.

Tollis C., Créton-Cazanave L., Aublet B. (dir.), 2014, L’effet Latour, Paris Editions Glyphe.

Whatmore, S., 2002, Hybrid Geographies. London: Sage.

 



Citer ce billet
Cybergeo Conversation (2023, 24 juillet). Bruno Latour et les géographes. cybergeo conversation. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfz1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.