De l’autocorrélation spatiale du vote à la présidentielle

Les résultats d’élections sous forme de cartes, quelles que soient les élections, ont toujours ça de frustrant qu’elles n’ont rien de parfait. Si représenter le candidat arrivé en tête par commune ou par département a un certain sens, Conversation proposée par :
Olivier Finance
Université de Strasbourg, Laboratoire Image Ville Environnement
est-ce que le message que cela porte est pour autant pertinent à l’issue du premier tour d’une présidentielle, scrutin national s’il en est ? Pour aller au-delà, ne pas s’en tenir au vainqueur local mais tenter d’avoir un peu de détail dans la structure des votes, faut-il se perdre au milieu de cartes dressées pour chaque candidat ? La distribution des votes pour telle ou telle famille politique à une date donnée étant au moins partiellement dépendante de la distribution des votes pour ces mêmes familles politiques lors de l’élection précédente, ne faudrait-il pas intégrer dans l’analyse une focale temporelle plus large – une manière de tenir compte d’une potentielle inertie ? Enfin, les kilomètres carrés ne votent pas… Pourquoi alors donner tant de place sur la carte aux unités spatiales de grande taille mais peu peuplées et si peu aux grandes villes ?

Pour tenter de répondre – au moins partiellement – à ces questions, la carte qui suit a été produite en prenant le parti de catégoriser chaque intercommunalité note 1 de France métropolitaine à la fois selon la structure du vote au premier tour de la présidentielle de 2022 et l’évolution du vote entre 2017 et 2022. Sept classes cohérentes en résultent, comme autant de groupes d’intercommunalités à la fois proches les unes des autres lorsqu’elles sont dans la même classe et différentes les unes des autres lorsqu’elles sont dans des classes différentes.


Cliquer sur l’image pour l’afficher en grand format


Détours par la méthodologie

Cette carte a été construite à l’aide d’une Classification Ascendante Hiérarchique. Elle synthétise 9 variables décrivant la structure du vote en 2022 (abstention, vote blanc, vote pour chaque famille politique note 2) et 9 variables similaires décrivant l’évolution du vote entre 2017 et 2022. Ces variables sont toutes standardisées et décrivent donc pour les 9 premières des écarts par rapport au vote de l’ensemble des intercommunalités, pour les 9 suivantes des variations positives ou négatives par rapport à l’évolution constatée au niveau de l’ensemble des intercommunalités.


Quelques éléments de lecture

Sans chercher à expliquer les structures de vote diverses selon les lieux, le principal enseignement que l’on peut retenir de cette carte est la très forte autocorrélation spatiale des classes de la typologie. Autrement dit, le vote (sa structure et son évolution) dans une intercommunalité donnée a tendance a être similaire au vote dans un ensemble régional plus vaste. Parmi les 7 classes obtenues, chacune a une structure spatiale assez nette note 3 : l’une est propre à la Corse, une autre à un grand quart sud-ouest, une autre encore aux métropoles, etc. Ceci peut se constater aisément avec les cartes séparant les classes les unes des autres dans la galerie qui suit. On remarquera aussi des structures spatiales locales, en couronnes dans la région parisienne, et urbain-rural dans plusieurs régions. La double focale entre carte classique et anamorphose selon la population totale permet également de relativiser, si besoin est, le poids des unités spatiales de certaines classes.


Galerie de cartes (classe par classe)


En conclusion…
…encore une carte représentant des résultats d’élections qui n’a probablement rien de parfait !


Notes

1 – Merci à Pierre Breteau et Luc Martinon qui ont fait une part importante du travail en construisant un tableau de données au niveau des intercommunalités pour leur article “En cartes : comment ont évolué les résultats des grands partis à la présidentielle entre 2017 et 2022” paru dans Le Monde.

2 – Les familles politiques sont définies de manière suivante :

  • Extrême gauche : Arthaud & Poutou (2017 & 2022) ;
  • Gauche radicale : Mélenchon (2017 & 2022), Roussel (2022) ;
  • Gauche de gouvernement : Hamon (2017), Hidalgo & Jadot (2022) ;
  • Macron (2017 & 2022) ;
  • Droite : Fillon (2017), Pécresse (2022) ;
  • Extrême droite : Le Pen & Dupont-Aignan (2017 & 2022), Zemmour (2022) ;
  • Inclassables : Lassalle (2017 & 2022), Asselineau & Cheminade (2017).

3 – Le choix des intercommunalités comme unité spatiale de base n’y est pas pour rien : cela opère de fait un certain lissage de l’information, qui masque une hétérogénéité interne qui peut être marquée, que ce soit dans des communautés de communes rurales comptant un grand nombre de communes (parfois plus de 100) ou bien dans les grandes métropoles (comme le Grand Paris et ses 7 millions d’habitants).


Post initialement publié sous forme de fil Twitter de 9 tweets le 13 avril, complétés par 16 tweets supplémentaires le 15 avril pour ajouter des clarifications et précisions après des échanges sur Geotamtam et sur Twitter.


2 réflexions sur « De l’autocorrélation spatiale du vote à la présidentielle »

  1. Belle carte, mais j’ai quelques questions :

    – Comment la zone grise peut-elle être catégorisée « fort vote extrême droite en *recul relatif très net* » sachant que toutes les interco française ont vu leur score extrême droite augmenter, à quelques rares exceptions.
    – L’erreur viendrait-elle de votre calcul ? Quand vous calculez l’évolution du vote extrême droite, avez-vous bien additionné comme suit : 2017 (Le Pen + Dupont) et 2022 (Le Pen + Dupont **+ Zemmour**) ?
    – Ainsi votre modélisation ne met pas en évidence des phénomènes locaux marqués comme l’explosion du vote extrême droite dans la Sarthe, par exemple. On y trouve environ +10 points dans toutes les interco. Idem dans le Var les Alpes-Maritimes.

    Source : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2022/04/11/en-cartes-comment-ont-evolue-les-resultats-des-grands-partis-a-la-presidentielle-entre-2017-et-2022_6121640_4355770.html

    1. Bonjour et merci pour ces questions.

      “Relatif” signifie “par rapport à la tendance générale entre 2017 et 2022”. Par exemple “augmentation relative du vote à droite”, cela signifie “compte tenu de l’effondrement de la droite entre 2017 et 2022, dans les intercommunalités de cette classe, le vote à droite s’effondre moins”. À transposer au vote extrême droite donc.

      Comme indiqué dans la carte, le vote extrême-droite inclut bien Le Pen et Dupont-Aignan en 2017, auxquels s’adjoint Zemmour en 2022. Les votes par famille politique sont exprimés en pourcentage des inscrits et l’abstention est très marquée dans les intercommunalités de la zone gris foncé. Le recul relatif de l’extrême droite qui s’y observe est à considérer en gardant en tête cette abstention et le fait que les pourcentages sont basés sur les inscrits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.