Ky Nguyen

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris récemment le décès de notre collègue Ky Nguyen le 8 avril 2020, parmi les premières victimes du Covid en France.

Ky Nguyen était un informaticien très inventif. Venu de l’INIST en 1987 pour exercer la fonction d’ingénieur d’études à l’équipe P.A.R.I.S., il réalisa dans les locaux de la rue du Four la première mise en réseau des ordinateurs pour un laboratoire de SHS au CNRS, puis son ouverture à Internet, dès 1995. Quand les techniciens de l’INRIA s’arrachaient les cheveux en essayant d’installer des réseaux dans les autres laboratoires de sciences humaines et sociales, le nôtre a été l’un des tout premiers à fonctionner, et sans accroc. Ky fut aussi un passeur, une de ces rares personnes qui ont su acquérir une position-clé pour faire communiquer entre eux ces « petits mondes » à l’époque très éloignés l’un de l’autre, celui de l’informatique et celui de la géographie. Il a su impulser une véritable acculturation au monde des informaticiens dans notre unité, ce qui a valu à l’UMR de recevoir le très sélectif label de pôle de compétences du CNRS pour les nouvelles technologies.

On lui doit également la création et le développement du site web de Cybergeo en 1996, une formule d’édition à l’époque tout à fait pionnière. Il en sera le webmestre jusqu’en 2005 et assurera jusqu’à sa retraite la responsabilité de l’informatique pour l’UMR Géographie-cités. Conscient des changements profonds induits par Internet dans nos pratiques documentaires, de recherche et de valorisation, Ky a su guider et manager les équipes qui se sont succédées pour mener à bien cette entreprise très collective en formant les techniciens et les étudiants à ces nouvelles pratiques, et en les aidant à coordonner leur travail, dans le domaine des nouvelles technologies de l’information. Très remarqué pour ses réalisations innovantes, il a reçu la plus haute récompense que le CNRS réserve à ses ingénieurs, le Cristal.

On retiendra que Ky Nguyen a aussi été un homme du monde, c’est-à-dire un homme ouvert sur le monde, sur les différentes parties du monde. De par son histoire personnelle, il entretenait des liens principalement en Europe, en Amérique et en Asie. Ouvert sur une pluralité de cultures, Ky voyageait beaucoup. Depuis son départ à la retraite en 2005, il s’était consacré à des œuvres humanitaires et solidaires, notamment au Vietnam et en France. Il s’était aussi formé à la médecine chinoise qu’il pratiquait. Ky était aussi musicien et jouait régulièrement de l’orgue à l’église de Vernouillet. Empathique et à l’écoute, il a accompagné, jusqu’à ce qu’il tombe malade, les personnes endeuillées de sa paroisse.

Il laisse derrière lui un très grand vide. En ce jour anniversaire de sa mort, nous adressons à sa femme et à ses deux fils l’expression de notre profonde sympathie. Nous ne l’oublions pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.