Tourisme et numérique

L’aire d’influence des placeurs de géocaching au Havre

À partir de la session 2018, « Les espaces du tourisme et des loisirs » constituent une nouvelle question au programme du CAPES et de l’agrégation externe. C’est l’occasion de revenir sur deux publications récentes de Cybergeo qui présentent toutes deux l’intérêt d’aborder le tourisme selon une entrée chère à notre revue : le numérique. Le plus récent porte sur le géocaching, « jeu collaboratif mondial porté par une société privée et alimenté par une communauté de pratiquants ». En l’illustrant par l’exemple du Havre (France), les auteurs insistent sur les nouveaux rapports qui sont en train de s’établir entre les internautes, organisés en collectif, et les territoires. Ils proposent ce faisant de revisiter la notion de « territoire connecté », considérant que le numérique devient « un support technique de reconnexion de l’homme à son environnement de proximité ». En même temps, l’article rappelle combien les nouveaux outils numériques peuvent participer de la mise en tourisme des espaces locaux, un processus qui ne va évidemment pas sans instrumentalisation politique. C’est l’objet d’un autre article, publié il y a quelque mois et qui attirait notre attention sur le recours au numérique dans les politiques touristiques, à travers le cas de l’Émilie-Romagne (Italie). Rappelant que le marketing territorial et la promotion touristique s’appuient souvent sur des documents iconographiques « pour ériger un territoire en destination et susciter le désir de visite chez le touriste potentiel », l’article propose une méthode originale pour analyser les images diffusées par le site Internet et le compte Facebook dédiés à la promotion touristique. Il montre in fine combien, par le choix des images diffusées, l’administration régionale entend peser sur les choix de fréquentation des touristes, tout en donnant un rôle actif à la population locale. En définitive, ces deux articles – qui n’épuisent pas la thématique du tourisme au sein de la revue – donnent à voir l’ampleur des nouvelles articulations produites par le numérique entre les individus, les pouvoirs locaux et les territoires, en même temps que les brouillages entre des catégories trop binaires telles que, par exemple, touristes et habitants.

A lire ou relire dans Cybergeo :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *