Compter, classer, catégoriser

Paul Gourdon, doctorant en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’UMR Géographie-cités, nous communique l’annonce suivante, accompagnée ci-dessous d’un appel à communications.

Cette année la JIG (journée des jeunes chercheur-es de l’Institut de Géographie) propose un appel à communication pour questionner la tension entre catégorisation et hiérarchisation. La journée aura lieu le mercredi 3 avril et aura pour invitée d’honneur Denise Pumain. Vous trouverez ci-dessous l’AAC tel qu’il est communiqué sur les listes de diffusion, aussi, n’hésitez pas à le partager (auprès des masterant-es, doctorant-es et post-doctorant-es de votre connaissance).

Au-delà de cette seule journée, l’ampleur du sujet invite sans doute à élargir le débat, notamment car des thèmes connexes font l’actualité dans les autres sciences sociales (la conférence annuelle de la BSA de 2019 porte sur les hiérarchies sociales ; le CERREV organise un colloque sur le travail des données et les conséquences méthodologiques et épistémologiques de la « culture de la mesure »). Ainsi, un retour sur les opérations de catégorisation et sur les usages de la hiérarchisation, dans l’activité scientifique et dans le monde social, permet sans doute d’engager un travail réflexif large pour les géographes, au-delà des distinctions entre approches quantitatives et approches critiques. Toutes les réflexions et propositions sur ce thème sont les bienvenues.

AAC JIG 2019

Compter, classer, catégoriser. Approche, usage et critique de la hiérarchisation
Mercredi 3 avril 2019 – Institut de géographie, Paris

Date limite d’envoi des propositions : 21 janvier 2019

L’utilisation et la formulation de catégories afin de penser le réel structurent largement l’activité de recherche en sciences sociales et en sciences de la nature. Implicitement ou explicitement, l’usage de ces catégories repose sur des hiérarchisations, qu’il s’agisse d’en produire pour ordonner les phénomènes étudiés ou de mettre en cause des processus de domination. L’objectif de cette journée est d’inciter les jeunes chercheur.e.s à explorer cette tension entre catégorisation et hiérarchisation. Il s’agit autant de questionner ce que ces procédés permettent de penser (organiser/différencier) que d’interroger leurs effets (domination/contestation) ou encore de proposer des alternatives. Cette année, la JIG vous propose de repenser, à partir de vos problématiques de recherche, des concepts structurants dont la portée varie du général au particulier. Nous invitons les jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales et en sciences de la nature (docteur.e.s, doctorant.e.s, étudiant.e.s de Master 2) à articuler, s’il.elle.s le souhaitent, leurs réflexions autour de trois grands axes.

Continuer la lecture

Les métiers de la ville en débat

Atelier participatif
(source : Agence Ville ouverte)

En France comme ailleurs, délimiter le périmètre des métiers de la ville est une question presque toujours controversée. Dans les débats, de manière récurrente, on oppose des corporations (les architectes contre les ingénieurs au début du XXe siècle), on met en tension des savoir-faire (planification versus projet), on envisage l’idée de projet selon différentes acceptions (gestion de processus versus spatialisation d’intentions), etc. Cette question prend maintenant d’autant plus d’acuité que les intervenants de la fabrique urbaine sont devenus plus nombreux et hétérogènes : aux architectes, ingénieurs, économistes des premiers temps, s’ajoutent désormais des acteurs de l’action sociale de proximité, de l’animation socioculturelle ou encore de la communication.

C’est dans ce contexte que Cybergeo a publié dans sa rubrique Débats, entre avril 2016 et septembre 2018, sept textes aux formats et statuts divers, sous la responsabilité de Laurent Matthey et Antoine Fleury. Chacun à leur manière, ces textes reviennent sur les enjeux de la détermination des savoirs et savoir-faire légitimes de la fabrique urbaine, ainsi que sur les cursus susceptibles de former les professionnels.

Le dernier en date est signé par Véronique Biau, architecte-urbaniste en chef de l’État et docteure en sociologie. L’auteure y met en perspective les interrogations actuelles sur les référentiels (de métiers, de compétence, d’enseignement) et sur la qualification professionnelle en urbanisme, par rapport aux analyses menées sur les métiers et organisations de la fabrication de la ville depuis une quinzaine d’années. Nous vous invitons à le lire et, à cette occasion, à relire les six autres textes, qui contribuent tous ensemble à ce débat, fondamental pour toutes les personnes qui s’intéressent à la ville, à sa gestion et à son aménagement. Le débat n’étant pas clos, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos textes si vous souhaitez réagir à ceux qui ont déjà été publiés ou ajouter votre pierre à l’édifice !

A lire ou relire dans Cybergeo :

Redécouvrir Albert Demangeon

Denis Wolff, spécialiste des travaux de ce « géographe de plein vent », nous informe :

Après avoir organisé une journée d’études consacrée au géographe Albert Demangeon, la Bibliothèque Mazarine présente une exposition. Intitulée Albert Demangeon (1872-1940) : Méthodes, archives et combats d’un géographe de plein vent, elle permet d’admirer de nombreuses archives que la famille et les descendants de l’illustre géographe y ont déposées : on y découvre des carnets de terrain, des photographies, des dessins, des manuscrits, des notes de lecture, une correspondance très riche…

Cette exposition révèle la diversité de son œuvre comme de ses terrains de recherche, et témoigne de son inscription dans l’école française de géographie, notamment par sa thèse sur la Picardie puis sa participation à de grandes œuvres, telles la Géographie universelle. Elle dévoile certaines de ses méthodes, telles les enquêtes par questionnaires, et son inscription dans l’actualité de son époque. Elle démontre enfin son intérêt constant pour la pédagogie.

A cette occasion, un ouvrage a été édité qui n’est pas un catalogue mais reprend nombre de documents présentés dans l’exposition (cf. ci-contre) ; sa recension paraîtra prochainement dans Cybergeo. Un dossier de presse a également été réalisé. Rappelons que la liste des écrits de Demangeon avec leurs comptes rendus est déjà parue dans Cybergeo.

Visiter cette exposition, c’est aussi découvrir une bibliothèque splendide face à la Coupole et à la Seine. Elle dure jusqu’au 4 mai. L’entrée y est libre pendant les heures d’ouverture. Voir tous les renseignements pratiques sur le site de la Bibliothèque Mazarine.

 

Waldo Tobler (1930-2018)

Colette Cauvin-Reymond, le 10 mars 2018, analyse la contribution essentielle d’un des grands créateurs de la cartographie scientifique.

De 1956, date de sa première publication, au 20 février 2018 où Waldo Tobler nous a quittés, ce professeur émérite a marqué par ses écrits et ses enseignements plusieurs générations de géographes et de cartographes, et ceci par vagues successives, puisqu’il semble que certains chercheurs le redécouvrent actuellement. Ceci devrait continuer longtemps – et nous ne pouvons que le souhaiter – car ce chercheur a complètement renouvelé, transformé la cartographie et a réellement contribué à ce que cette discipline ait une place à part entière en tant que science ainsi que ce statut lui a été reconnu au colloque de Vienne en 1975. Continuer la lecture