Toponymie et géographie

La Place d’armes à Oran (source : Wikipedia Commons)

Cybergeo a publié récemment dans sa rubrique E-Topiques un texte consacré aux noms des places d’Oran. L’auteure – qui a rédigé une thèse sur les conceptions, formes et usages des places de cette ville algérienne – y donne à voir leur émergence, leur importance et leur signification, en insistant sur les permanences ou à l’inverse les changements, en lien avec des contextes politiques et urbains qui se reconfigurent. Elle conclut que « les places d’Oran s’illustrent par la variation de leurs noms, qui symbolisent chaque passage marqué par un évènement politique, un changement de régime ou une chute du pouvoir ». Ce texte fait écho à une recension publiée il y a quelques années par la revue et qui portait sur l’ouvrage de Florence Bourillon intitulé Changer les noms de rues de Paris. La Commission Merruau – 1862 où l’historienne décrit une entreprise toponymique et politique majeure : le changement et l’attribution des noms de rues du Grand Paris haussmannien. Frédéric Giraut évoque « une entreprise remarquable de construction d’un paysage toponomastique qui relève des différentes dimensions du nationalisme banal et capital, et de l’affirmation de la modernité urbaine dans l’univers quotidien ». Ces deux textes publiés à plusieurs années d’intervalle témoignent de la diversité des sources à disposition des chercheurs travaillant sur cet objet : cartes et plans constituent une première source qui peut être complétée par des arrêtés, délibérations et autres documents écrits, permettant de mieux comprendre la logique et les enjeux des choix de dénomination. Les deux textes rappellent aussi combien les noms de rues sont politiques. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que la toponymie (les noms de rue constituent une sous-catégorie onomastique au sein des toponymes) soit devenue un objet de recherche à part entière pour les géographes, qu’ils travaillent sur l’Afrique du Sud post-apartheid ou sur les savoirs vernaculaires des peuples autochtones.

Rappelons au passage que la revue accueille bien volontiers vos propositions spontanées de manuscrits à publier dans les rubriques « Revue de livre » et « E-Topiques » (pour des textes atypiques, éclectiques, utopiques, mais toujours géographiques). Contactez-nous !

A lire ou relire dans Cybergeo :

Should the ECTQG be institutionalized?

The 20th European Colloquium on Theoretical and Quantitative Geography was held in York from 7 to 11 September 2017. Organized by our colleagues from the University of Leeds, Michelle Morris, Mark Birkin and Nick Malleson, it brought together some 80 participants from 20 different countries, a large majority of Europeans but also a few colleagues from Canada, Chile, the United States, Nigeria, Russia and Tunisia. The quality of the interventions leaves no doubt about the vitality of this non-institution, completely informal and self-organized, which holds symposium every two years since 1978! At least two articles in Cybergeo comment on the importance and sustainability, as well as the most salient meanings, that of David Unwin in 1999 and that of Sylvain Cuyala in 2016. We will remember from York in 2017 a tribute to the work of Sir Alan Wilson, and “Wilson’s boys” (John Stillwell, Frank Southworth, Martin Clarke, Mark Birkin and Michael Batty), the Consumer Data Research Center (CDRC), innovative applications in health geography, of the ESRC network for the study of obesity, supplemented by a conference by Anne Vernez-Moundon… and a variety of presentations by young researchers, all exciting, perhaps to be discovered one day in Cybergeo? Our blog is open to the discussion of proposals for thematic sessions for the next meeting, organized by Geoffrey Caruso of the University of Luxembourg. Grab your pens!

Faut-il institutionnaliser l’ECTQG?

Le 20e Colloque Européen de Géographie Théorique et Quantitative s’est tenu à York, du 7 au 11 septembre 2017. Organisé par nos collègues de l’université de Leeds, Michelle Morris, Mark Birkin et Nick Malleson, il a réuni environ 80 participants issus de 20 pays différents, une grande majorité d’Européens mais  aussi quelques collègues du Canada, du Chili, des Etats-Unis, du Nigeria, de Russie et de Tunisie. La qualité des interventions ne laisse aucun doute sur la vitalité de cette non-institution, complètement informelle et auto-organisée, qui tient colloque tous les deux ans depuis 1978 ! Au moins deux articles parus dans Cybergeo en commentent l’importance et la durabilité, ainsi que les significations les plus saillantes, celui  de David Unwin en 1999 et celui de Sylvain Cuyala en 2016. Nous retiendrons de celui de York en 2017 un hommage aux travaux de Sir Alan Wilson, et des « Wilson’s boys » (John Stillwell, Frank Southworth, Martin Clarke, Mark Birkin, Michael Batty), les travaux du CDRC (Consumer Data Research Center), des applications innovantes en géographie de la santé, notamment issues du réseau de l’ESRC pour l’étude de l’obésité, complétées par une conférence d’Anne Vernez-Moundon. Et une diversité de présentations de jeunes chercheurs, toutes passionnantes, à découvrir peut-être un jour dans Cybergeo ? Notre blog est ouvert à la discussion de propositions de sessions thématiques pour la prochaine réunion, organisée par Geoffrey Caruso de l’Université de Luxembourg. A vos plumes !