Migrations et sélections de populations

Le CGET vient de publier le rapport 2018 de son Observatoire des territoires, qui traite des mobilités résidentielles en France, mesurées précisément entre 1968 et 2014. Préparé sous la direction de Brigitte Baccaïni, l’ouvrage de 121 pages apporte des précisions importantes sur les conséquences territoriales et sociales des changements de logement. Il est assez bien connu que les régions du sud-ouest sont devenues les plus attractives au cours des dernières décennies, tandis que les régions du grand quart nord-nord-est, tout en retenant leurs habitants, perdent relativement de la population du fait d’une faible attraction sur les migrants. Mais le rapport insiste sur un résultat encore plus préoccupant pour le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires, qui souligne la tendance des mouvements migratoires à réduire la mixité sociale, à toutes les échelles de l’observation des territoires. Les migrations non seulement reproduisent mais aussi accentuent les inégalités spatiales de la répartition des catégories sociales. Le rapport s’inquiète aussi des difficultés des populations moins diplômées, qui peinent d’autant plus à trouver un emploi qu’elles sont mobiles, alors que la tendance est inverse pour les plus diplômés.

Des cartes et des graphiques illustrent l’évolution observée depuis les années 1960 jusqu’en 2014. Plusieurs géographes, du CGET ou de laboratoires de recherche, y ont contribué. Le site web du CGET accompagne le rapport avec des outils de visualisation interactive, dans une synthèse illustrée,  et en proposant un outil permettant d’accéder aux principaux indicateurs au niveau de chaque territoire : région, département, et EPCI. Enfin, le site permet de manipuler les sources du rapport.  Il est accompagné d’une note méthodologique et d’un tutoriel détaillant les fonctions du package.

A cette occasion, nous vous invitons à lire ou relire les analyses approfondies publiées dans Cybergeo sur les migrations résidentielles, dans leurs rapports avec les mobilités quotidiennes et internationales et dans différents pays du monde, ou encore à visiter le site interactif du Mobiliscope auquel nous avions consacré un précédent billet.

A lire ou relire dans Cybergeo sur les migrations résidentielles :

… et en rapport avec des migrations internationales :

Waldo Tobler (1930-2018)

Colette Cauvin-Reymond, le 10 mars 2018, analyse la contribution essentielle d’un des grands créateurs de la cartographie scientifique.

De 1956, date de sa première publication, au 20 février 2018 où Waldo Tobler nous a quittés, ce professeur émérite a marqué par ses écrits et ses enseignements plusieurs générations de géographes et de cartographes, et ceci par vagues successives, puisqu’il semble que certains chercheurs le redécouvrent actuellement. Ceci devrait continuer longtemps – et nous ne pouvons que le souhaiter – car ce chercheur a complètement renouvelé, transformé la cartographie et a réellement contribué à ce que cette discipline ait une place à part entière en tant que science ainsi que ce statut lui a été reconnu au colloque de Vienne en 1975. Continuer la lecture