Les métiers de la ville en débat

Atelier participatif
(source : Agence Ville ouverte)

En France comme ailleurs, délimiter le périmètre des métiers de la ville est une question presque toujours controversée. Dans les débats, de manière récurrente, on oppose des corporations (les architectes contre les ingénieurs au début du XXe siècle), on met en tension des savoir-faire (planification versus projet), on envisage l’idée de projet selon différentes acceptions (gestion de processus versus spatialisation d’intentions), etc. Cette question prend maintenant d’autant plus d’acuité que les intervenants de la fabrique urbaine sont devenus plus nombreux et hétérogènes : aux architectes, ingénieurs, économistes des premiers temps, s’ajoutent désormais des acteurs de l’action sociale de proximité, de l’animation socioculturelle ou encore de la communication.

C’est dans ce contexte que Cybergeo a publié dans sa rubrique Débats, entre avril 2016 et septembre 2018, sept textes aux formats et statuts divers, sous la responsabilité de Laurent Matthey et Antoine Fleury. Chacun à leur manière, ces textes reviennent sur les enjeux de la détermination des savoirs et savoir-faire légitimes de la fabrique urbaine, ainsi que sur les cursus susceptibles de former les professionnels.

Le dernier en date est signé par Véronique Biau, architecte-urbaniste en chef de l’État et docteure en sociologie. L’auteure y met en perspective les interrogations actuelles sur les référentiels (de métiers, de compétence, d’enseignement) et sur la qualification professionnelle en urbanisme, par rapport aux analyses menées sur les métiers et organisations de la fabrication de la ville depuis une quinzaine d’années. Nous vous invitons à le lire et, à cette occasion, à relire les six autres textes, qui contribuent tous ensemble à ce débat, fondamental pour toutes les personnes qui s’intéressent à la ville, à sa gestion et à son aménagement. Le débat n’étant pas clos, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos textes si vous souhaitez réagir à ceux qui ont déjà été publiés ou ajouter votre pierre à l’édifice !

A lire ou relire dans Cybergeo :

Agricultures (péri)urbaines

Source : Région Ile-de-France

De nombreux articles de presse ou posts de blog se sont récemment fait l’écho d’une tendance qui semble prendre de l’ampleur dans les modes de gestion et d’aménagement actuels de la ville : l’agriculture urbaine. Les journées des agricultures urbaines en Méditerranée, organisées du 7 au 9 novembre 2017 à Marseille, ou encore les résultats de l’appel à projets « Réinventons la métropole » lancé il y a un an par la Métropole du Grand Paris n’y sont sans doute pas étrangers. Si Cybergeo n’a pas encore reçu de propositions d’articles concernant la mise en culture – qui semble s’accentuer – d’espaces jusque-là délaissés au cœur de la ville dense, comme par exemple les toits, les parkings ou les caves, nous avons plusieurs articles invitant à repenser les liens entre ville et campagne au prisme des processus de périurbanisation. Un premier propose une méthodologie d’analyse et de modélisation spatiale à l’échelle d’une (ancienne) région française, le Languedoc-Roussillon, pour mieux comprendre les logiques spatiales de l’urbanisation et des transformations de l’espace agricole. À partir d’enquêtes menées autour de Toulouse et Albi, deux autres articles s’intéressent plutôt aux acteurs périurbains que sont d’une part les collectivités locales, d’autre part les agriculteurs, et ce de manière très complémentaire. Le lecteur y découvrira ainsi les quatre façons pour les maires d’envisager l’agriculture périurbaine : « en tant qu’activité en train de disparaître, en tant qu’activité contribuant à la gestion de l’urbanisation communale, l’espace agricole comme «zone verte» et comme patrimoine et enfin en tant qu’activité économique ». En ce qui concerne les agriculteurs, il pourra y prendre la mesure des paradoxes soulevés par « l’ancrage des producteurs en grandes cultures dans les territoires périurbains, territoires qui sont désormais organisés par des acteurs non agricoles ». Au-delà de la différence d’approche, les différents auteurs attirent par ailleurs l’attention sur une évolution possible (ou nécessaire ?) du métier d’agriculteur dans ce contexte : multifonctionnalité des exploitations agricoles, développement de nouveaux biens et services pour la vie urbaine, etc.

A lire ou relire dans Cybergeo :