La science ouverte est une vraie révolution !

Un an après le lancement du Plan national pour la science ouverte en France, se tenaient les 18 et 19 novembre 2019 les Journées Nationales pour la Science Ouverte (JSNO2019), à Paris. Elles ont été l’occasion de faire le point sur les politiques institutionnelles des établissements et des agences de financement, mais aussi de présenter des projets nationaux et européens (Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, University College London Library services, European Open Science Cloud (EOSC)), ou internationaux (Université de Mexico) et d’aborder les questions de l’intégrité scientifique (exposé de Olivier Le Gall) et de l’évaluation (Table Ronde).

Je reviendrai ici sur deux interventions particulièrement engagées. Tout d’abord en début de journée celle de Jean Chambaz (Président de Sorbonne Université), biologiste de formation, qui dénonce sans concession le système capitalistique des grandes maisons d’édition privées, dont les bénéfices colossaux exploitent sans vergogne le travail des chercheurs. Il ne faut pas se le cacher “il s’agit en partie d’une guerre commerciale et nous avons face à nous des prédateurs qui cherchent à faire du profit sur la science” J. Chambaz ne fait pas de distinctions entre les “prédateurs”. Il y a bien, selon lui, une prise de conscience mais “nous avons face à nous des entreprises très puissantes qui proposent constamment de nouveaux services”. En effet, elles sont déjà engagées dans les archives ouvertes, mais aussi sur les dépôts de données et sur les logiciels de fouille de données. La recherche scientifique doit constamment innover pour éviter d’être totalement asphyxiée. A juste titre J. Chambaz souligne les points faibles de certaines déclarations sur la science ouverte comme le Plan S (2019), qui réunit plusieurs agences de financement européennes dont l’ANR en France. Le plan S se décline en 10 principes, qui acceptent de fait les APC (Article Processing Charges) c’est-à-dire les frais versés par les auteurs aux éditeurs pour qu’un article soit mis en accès ouvert. Ne risque-t-on pas de voir se faire un accord politique avec les éditeurs au détriment des institutions d’enseignement supérieur et de recherche ? Les APC vont-ils devenir le modèle unique de l’accès ouvert aux publications ? Les SHS, mais aussi les communautés des biologistes, des mathématiciens, des physiciens s’élèvent contre cette nouvelle hégémonie commerciale : le système des APC commence à rapporter davantage aux grands éditeurs que les profits issus des abonnements aux revues. Pourtant, pendant plusieurs décennies, ces abonnements souvent groupés en « bouquets » insécables dans des contrats dont le montant n’est pas dévoilé par les institutions publiques avaient déjà ruiné les fonds de la recherche scientifique dans le monde et très étroitement restreint l’accès à la connaissance.

Alors, lorsqu’en fin de journée Antoine Petit (PDG du CNRS) prend la parole pour détailler très concrètement la Feuille de route du CNRS pour la science ouverte, rendue publique le même jour, un vent d’espoir se met à souffler parmi le public. Ce projet ambitieux, volontaire et totalement assumé, vise à s’émanciper le plus possible des éditeurs privés, des coûts des APC et des logiciels bibliométriques d’impact produits par ces mêmes sociétés très lucratives. En 2020, annonce A. Petit, 100% des publications des chercheurs du CNRS devront être en accès ouvert et ré-utilisables. Grâce à l’obligation de leur dépôt dans les archives ouvertes HAL, les données de la recherche seront FAIR-isées (Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables, Réutilisables) ; les outils de fouilles textuelles et des données seront promus ; l’évaluation des chercheurs se fera en conformité avec la déclaration de San Francisco DORA (2012) signée par le CNRS en 2018, qui prône une évaluation qualitative et non quantitative. Ce sont les résultats qui doivent être évalués, non la revue dans laquelle ils sont publiés. L’idée est aussi d’introduire des dispositifs d’auto-évaluation qui permettront au chercheur d’expliquer la portée, l’impact des productions qu’il aura choisi de présenter et sa contribution personnelle. Toutes les formes de productions/contributions seront enfin prises en compte, et non plus seulement les articles dans les revues à comité de lecture et leurs différents indices d’impact.

Est-ce à dire que le CNRS va se désabonner de ces outils bibliométriques ? L’annonce n’a pas été faite, mais il semble bien que la voix des acteurs de la recherche ait enfin été entendue au plus haut niveau. Beaucoup ont démontré l’inadéquation et la perversité des indicateurs bibliométriques du Web of Science ou de Scopus pour évaluer la science, l’absurdité des classements et l’effet stérilisant de l’injonction « Publish or Perish » à laquelle la science est inféodée depuis près de 40 ans. Pour reprendre le mot d’Antoine Petit, la science ouverte, “ce n’est pas une évolution, mais une révolution !”. La science ouverte incarne un nouveau paradigme qui rend possible la réconciliation de la science avec la société et avec elle-même, pour le bénéfice de tous. Avec la science ouverte, la science retrouve ce qui fait l’essence de son activité.

Les villes et les fractales, éléments de réponse à C. Tannier et P. Frankhauser

Maxime Forriez1,a

1 : Chercheur – HIGHFI – HF-LAB, 41, boulevard des Capucines, 75 002 Paris

a : maxime.forriez@highfi.net

Reponse aux billets de C Tannier et de P Frankhauser (Version pdf)

En complément et en opposition partielle avec la réponse de P. Frankhauser [Frankhauser, 2018] au billet de C. Tannier [Tannier, 2018], je tiens à apporter ma modeste contribution au débat. À la différence des deux auteurs précédents qui sont spécialisés depuis longtemps dans le champ de la géographie urbaine via les méthodes et techniques de l’analyse spatiale, et qui furent tous deux mes enseignants lors de mon master recherche en 2006, mes travaux analysent la fractalité globale observable sur les objets géographiques dans un cadre théorique inédit [Forriez, 2010] [Forriez et al., 2010]. De fait, mon opinion couvre un domaine beaucoup plus large et plus ambitieux de par son extrême généralité. Afin de ne pas digresser, je me contenterai de faire une analyse linéaire du texte de C. Tannier. Néanmoins, ce texte exposera bien une posture scientifique engagée.

Continuer la lecture